chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Réponse aux questions de M. Lamarana Petty Diallo dans l’émission du 14.12.2013 de Média d’Afrique

Date de publication:2013-12-18 13:56:41

2013-12-18 13:54:11

Ce 14 décembre  2013, M. Lamarana Petty Diallo, Professeur de Lettres-Histoire en France a été l’invité  de la radio « Média d’Afrique ». J’ai pris le temps d’écouter  l’enregistrement avec beaucoup d’attention. Il a posé une série de questions  adressées aux auteurs des articles qu’il a cités dont je fais partie. Par  respect pour lui, je réponds à certaines de ces questions en tant que concerné  et administrateur d’un des sites qui ont publié les articles en question.

Monsieur Diallo, vous dites : « Des gens, des agitateurs, qui utilisent des problèmes internes de l’UFDG pour se mettre en valeur. Ils mettent Bah Oury en avant. Je ne partage pas le fait que des gens veuillent manipuler Bah Oury parce qu’ils veulent se mettre en valeur. Je ne partage pas le fait que des gens veuillent manipuler Diallo Sadakaadji parce qu’ils veulent se mettre en valeur. On n’envoie pas un homme en politique. L’homme doit venir lui-même en politique. Moi je n’ai pas vu des déclarations de Diallo Sadakaadji, une déclaration préliminaire, pour dire "je m’engage en politique". J’ai vu des articles par-ci par-là pour dire que nous ferons ceci nous ferons cela. Nous créons ceci, nous créons cela. Un jour paf, Monsieur Diallo Sadakaadji, intervention de Monsieur Diallo Sadakaadji : un espoir pour la Guinée ! Si Diallo Sadakaadji veut se lancer en politique, je crois que ce sera à lui, c’aurait été mieux que ce soit lui-même au lieu que ce ne soit des gens qui disent que M. Diallo Sadakaadji se lance en politique pour que Diallo Sadakaadji vienne derrière. ».

Monsieur Diallo, votre jugement-ci est malheureusement dû au manque d’information en partie et influencé par votre volonté de défendre un leader politique que vous considérez sien. Ce qui affecte forcement l’objectivité que l’on attend de vous en tant que grand intellectuel et personnalité ressource.

Je trouve insultant tant pour Bah Oury que pour Diallo Sadakaadji d’affirmer qu’ils sont manipulés par des personnes qui veulent se mettre en valeur. Connaissez-vous vraiment ces deux personnes ?

Bah Oury est de loin un supérieur sur tous les plans de vos présumés manipulateurs (âge, instruction, expérience professionnelle, sociale et politique). Il s’agit ici d’un des plus grands cerveaux du continent africain qui a, en plus, plus de 25 ans de lutte politique derrière lui. C’est ce jeune guinéen qui a été major au Baccalauréat, option Sciences Mathématiques, à Dakar en 1977 avec mention très bien. Sa prestation était si bonne que le Président sénégalais de l’époque (Senghor) a décidé de « récompenser un brillant et travailleur élève » en lui octroyant la nationalité sénégalaise et une bourse d’études supérieures en France. En France, il fréquentera des grandes écoles d’élites françaises et confirmera son intelligence, son talent, son sérieux, son sens de discipline et sa personnalité de bon travailleur.

(Bah Oury ne fait pas partie des intellectuels mal formés ou tordus du PDG. Remarquez que même les Cellou Dalein Diallo, dits hauts cadres compétents de notre administration utilisent le mot "Hémicycle" comme synonyme d’Assemblée Nationale (Lire ses déclarations). Pour ceux qui ne le savent pas, un hémicycle est une salle ou un lieu semi-circulaire, garni de gradins destinés à recevoir des spectateurs, des auditeurs ou les membres d'une assemblée. Ce n’est pas ce qu’on a en Guinée).

C’est la génération « Coco-lala et Baba la baa kéréba » que nous sommes qui va manipuler ce génie et dinosaure politique en même temps ? C’est Bah Oury qui est le concepteur des projets de lutte contre la dictature et les violations des droits de l’homme en Guinée. Nous, nous ne faisons que suivre ses pas ou le soutenir dans ce combat. Parmi tous les pays du monde, il n’y a que la Guinée qui déteste et marginalise ses enfants de la qualité de Bah Oury ; méfaits et conséquences des 26 ans de Sékou Touré et son PDG sur la Guinée. C’est pourquoi ce pays peine à s’en sortir tant politiquement, économiquement que socialement.

Quant à Diallo Sadakaadji, il s’agit d’un homme qui, de par son intelligence, son esprit d’initiative et son combat personnel, a réussi ce qu’aucune personne portant le titre de « Professeur » n’a réussi dans ce monde. Je dis bien dans le monde et non en Guinée seulement. Il est le genre de personnes qui emploient les Professeurs en leur donnant les moyens de travail et en leur disant ce qu’ils doivent faire. Je sais que les gens sous-estiment les commerçants guinéens qui sont synonymes d’analphabètes, bien que tout le monde compte sur eux. Mais je vous informe que Diallo Sadakaadji n’était pas un commerçant guinéen. C’est un homme d’affaires d’origine guinéenne qui est rentré dans son pays par amour de sa patrie et de ses compatriotes. Ce sont ces derniers qui l’ont surnommé Sadakaadji à cause de ses œuvres humanitaires et de sa grande compassion pour les faibles (pauvres et malades).

M. Diallo, vous n’avez certainement pas lu ou fait attention pour déchiffrer les messages et interventions passées de Diallo Sadakaadji. Sinon, vous auriez compris que l’homme en question est venu lui-même en politique comme vous le préconisez. Nous, nous n’avons fait que l’approuver dans la mesure où nous nous retrouvons dans son discours et ses projets politiques.

Le groupe international qui avait été fondé pour superviser tout le processus de la transition politique en Guinée (GIC-G) comprenait :

la CEDEAO, l’Union du Fleuve Mano (UFM), l’Union Africaine, la CEN-SAD, l’Organisation de la Conférence islamique (OCI), l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), l’Union européenne, les Nations Unies, la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque africaine de développement (BAD), les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies ( Etats Unis d’Amérique, Royaume uni, France, Russie), l’Allemagne, l’Espagne et le Japon. Le Canada a participé en qualité d’observateur.

Le caractère politique des interventions de Diallo Sadakaadji a été clair pour tous ceux qui comprennent le langage politique depuis que l’opposition a accepté la dissolution unilatérale, par Alpha Condé, de ce groupe, le report illégal des législatives jusqu’à ce que son parti soit prêt comme à la présidentielle 2010, le manque de solidarité manifeste de l’opposition et de la direction de l’UFDG avec les victimes d’accusations, d’arrestations et de massacres arbitraires de la part d’Alpha Condé qui cherche à installer un régime de terreur à l’image du PDG dans notre pays. Quelques extraits des interventions de Diallo Sadakaadji:

1- Interview de Diallo Sadakaadji en novembre 2012 :

 « Je compte rentrer bientôt en Guinée, pour partager les peines de mes concitoyens. … J’ai quatre mots qui sont indissociables: la prière, la paix, le pardon et la prospérité pour chacune des régions que je souhaite unies, solidaires et indivisibles »

Le journal Le Sénégalais titrera dans sa réaction: « En exil forcé à Dakar : Diallo Sadakaadji prépare son grand retour »

Ma réaction personnelle le 17 novembre 2012 :

« Un des cadeaux qu’Alpha Condé pourrait avoir fait à la Guinée est de pousser ce genre d’homme à sortir de la réserve et s’intéresser à la politique, c’est de faire de cet homme d’affaires patriote, un opposant politique » (Lire).

Réaction de Jeune Afrique :

« Principal bailleur de fonds de Cellou Dalein Diallo durant la campagne présidentielle de 2010, Sadakaadji Diallo avait fui la Guinée dès l'annonce de la victoire d'Alpha Condé, son ennemi juré (les deux hommes eurent un jour une rude empoignade à l'hôtel Méridien de Dakar), pour s'installer dans la capitale sénégalaise. Très bien vu de l'ancien président Lansana Conté, il conserve une grande influence dans la communauté peule. Envisage-t-il de se lancer en politique ? Seule certitude, il s'est éloigné depuis peu de Cellou, à qui il reproche de ne pas suffisamment jouer son rôle d'opposant ».

Réaction de l’équipe de guineepresse.info où se trouve le lien sur JA : lire !

Suite à cette dernière réaction, des groupes de compatriotes d’Afrique, d’Europe, d’Asie et de l’Amérique ont pris contact avec nous pour une large concertation dans la plus grande confidentialité. Un message important fut envoyé au désormais adversaire politique déclaré du dictateur guinéen Alpha Condé et dont nous partageons les vues politiques: le prier de ne pas rentrer en Guinée avant que les conditions politiques et donc sécuritaires ne soient d’abord réunies. Et pour le moment, de toutes les personnes qui ont participé à la concertation, c’est moi seul qui entre en contact avec Elhadj Diallo Sadakaadji en cas de nécessité. Il n’a donc absolument rien à avoir avec les différents textes qui circulent autour de sa personne ou contre ses détracteurs.

Réaction du porte-parole du PEDN, Aboubacar Sakho:

« Comment une telle créature peut-elle avoir les qualités requises pour participer au redressement économique de la Guinée ? … Les guinéens, toute catégorie confondue, attendent de pieds ferme, le retour plusieurs fois annoncé par certains journaux africains, sénégalais en particulier, de Diallo Sadakaadji pour faire de la politique. »

2- Interview de Diallo Sadakaadji du 16 janvier 2013 :

« Je compte rentrer bientôt en Guinée, pour partager les peines de mes concitoyens. En tant que citoyen guinéen, je ne peux rester indifférent au malheur artificiellement entretenu de mes compatriotes que j’ai l’ardente obligation morale d’aider. J’ai quatre mots qui sont indissociables: la prière, la paix, le pardon et la prospérité pour chacune des régions que je souhaite unies, solidaires et indivisibles » (Lire).

3- Interview de Diallo Sadakaadji du mercredi 6 novembre 2013 :

« La Guinée est tellement favorisée par la nature que certains ont souvent parlé de scandale géologique. En réalité, le véritable scandale du pays est la médiocrité de son leadership ».

A propos de l’Accord du 3 juillet 2013, il déclare :

 « L’opposition n’a pas simplement commis une erreur d’appréciation mais une faute stratégique en acceptant le maintien de Waymark pour le départ duquel beaucoup de manifestants se sont battus, ont été grièvement blessés et ont perdu la vie. Un sacrifice inutile qui pèsera longtemps sur la conscience des signataires de l’opposition ».

« Mes compatriotes souffrent énormément et leur souffrance ne me laisse pas indifférent. J’ai envie de partager avec eux ce que j’ai et ce que je sais, en leur proposant une alternative politique ».

Réaction du site Lejour : « Diallo Sadakaadji annonce sa rentrée en politique ! » (Lien).

Réaction de guineepresse dont vous avez fait allusion : « Guinée: la dernière sortie de Diallo Sadaka. Un nouvel espoir pour le changement ? »

Voyez-vous Monsieur Diallo, c’est l’homme lui-même qui s’est lancé en politique et nous, nous sommes venus derrière et non l’inverse. Mais rassurez-vous, il ne nous a pas manipulés non plus. Nous sommes ensemble parce que nous partageons la même philosophie politique et avons le même but : faire dégager Alpha Condé et son système d’apartheid.

Monsieur Diallo, vous dites : « Franchement, moi j’ai été contacté. Et ma réponse est celle-là : je suis derrière le Fouta, et derrière et avec ceux-là qui luttent contre la dictature d’Alpha Condé et son système. Si le Fouta met un chien devant pour dire à l’unanimité "Nous sommes avec ce chien, je suis avec ce chien là. Autrement dit jusqu’à preuve du contraire, je suis derrière le leader du Fouta, donc Cellou Dalein Diallo. Je le dis clair et net. Le jour que ceux-là qui disent que "Voilà, ça ne marche pas à l’UFDG. Voilà les faiblesses de Cellou auront l’unanimité et qu’ils le montreront et que le Fouta entier dira : "Nous avons besoin d’un nouveau leader, je serais avec ce nouveau leader. »

Je suis entièrement d’accord avec vous ici. Et je vous assure que Diallo Sadakaadji va plus loin que vous dans cette logique. Le motif de son engagement en politique est d’empêcher ce régime tribal dangereux d’Alpha Condé de sévir en Guinée au-delà de son mandat légal qui expire en 2015, afin de sauver la Guinée qui n’avait jamais été aussi divisée et qui se trouve au bord de l’implosion. Après la Ceni et les législatives 2013, toute personne raisonnable sait à présent que l’opposition actuelle ne fait pas le poids devant Alpha Condé et son régime tribal criminel. C’est pourquoi Diallo Sadakaadji a décidé d’aider à mettre sur pieds un mouvement politique transversal pouvant fédérer tous ceux (des 4 régions de la Guinée et de la diaspora) qui luttent contre la dictature d’Alpha Condé et son système mafieux. Un signe très significatif du grand succès de l’initiative Diallo Sadakaadji s’est déjà manifesté : beaucoup de cadres et de personnalités ressources avaient certes soutenu Cellou et l’UFDG, mais n’ont jamais accepté d’adhérer à son parti. Pour l’option Diallo Sadakaadji, même ces personnes sont engagées à être membres actifs.

« Quand nous aurons chassé Alpha Condé par la mobilisation du peuple au cas où il voudra s’imposer par la force ou obtenu les conditions de l’organisation des élections équitables et transparentes, alors on verra qui peut mieux fédérer les Guinéens et obtenir les meilleures chances de gagner contre le candidat du parti au pouvoir pour mettre cette personne en avant. Que l’intéressé soit de notre groupe, Cellou le leader actuel de l’opposition ou quelqu’un d’autre. Le plus important est de sauver notre pays et y rendre la démocratie irréversible. »

Nous a préconisé Diallo Sadakaadji au cours d’une de nos concertations. Si, personnellement je n’avais pas foi en cet homme dans ce sens, je ne l’aurais jamais soutenu politiquement ou travailler dans un mouvement politique avec lui.

Monsieur Lamarana Petty Diallo, quant à votre question « Est-ce qu’on peut fonder un parti sur des injures et des diffamations ? Est-ce qu’on peut fonder un parti sur des mises en gardes ? »

Je vous signale non seulement que guineepresse n’est pas un parti mais aussi et surtout que les articles en question viennent plutôt des gens qui dénoncent ces pratiques de la part de l’UFDG sous la direction de Cellou Dalein Diallo. C’est le journaliste et militant des droits de l’homme Idrissa Sampiring DIALLO qui a été victime de calomnies et de menaces de la part des cellules de l’UFDG, parce qu’il a reçu Bah Oury et Sadio Barry dans son émission-radio. Même Cellou Dalein a été directement impliqué dans ces manouvres, malheureusement. C’est l’opérateur économique Alpha Amadou Kourou Diallo qui est intervenu pour calmer l’affaire entre Cellou Dalein et le promoteur de la radio accusé de permettre que Bah Oury y ait la parole parce qu’ils seraient tous deux de Pita ! Même dans les E-mails internes de l’UFDG, le neveu de Cellou qui est l’actuel fédéral de l’un des bureaux de l’UFDG de Londres a osé écrire de tels propos en qualifiant les autres d’un petit groupe de ressortissants de Pita qui soutiendraient Bah Oury. Aucune réaction de la direction du parti ! Aussi, le jeune Sow qui a affiché une banderole au siège de l’UFDG demandant la libération des prisonniers et le retour de Bah Oury a été publiquement menacé de mort par les gardes-du-corps de Cellou en personne. Des responsables du parti et proches de Cellou dont Elhadj Lelouma seraient également partis jusqu’à transmettre leurs menaces aux parents du jeune. C’est ce qui est dénoncé dans l’article « Mise en garde à Cellou Dalein Diallo et à son entourage ! » par d’autres jeunes révoltés que nous ne connaissons pas personnellement. Nous avons simplement publié l’article que nous avons reçu, parce que les faits relatés sont vérifiables.

Qui divise vraiment l’UFDG et le Fouta M. Diallo, les responsables de ces manœuvres ou bien ceux qui les dénoncent ?

Vous dites : « Est-ce qu’on veut créer un parti contre l’UFDG et Cellou Dalein Diallo ? Dans tous ces articles, on ne critique pas le pouvoir. »

C’est exactement la question que nous avons aussi posé le dimanche 24 novembre 2013 sur la radio Hafianews. Car, c’est Cellou Dalein et ses proches qui considèrent le soutien ou la création d’un parti avec l’implication de Diallo Sadakaadji comme une menace contre eux. C’est eux qui sont allés jusqu’à se plaindre à la Coordination du Fouta avec des mensonges tels que « Sadio Barry et Bah Oury soutiennent Diallo Sadakaadji qui aurait un deal avec Alpha Condé ».

J’ai directement discuté là-dessus avec le président de la Coordination Haali Pular qui semblait même être convaincu de ces mensonges.

Notre combat politique à nous ne vise que le régime d’apartheid d’Alpha Condé et de son RPG, personne et rien d’autre. Ce qui m’étonne le plus, est que vous vous offusquiez de mon article « UFDG: des actions qui n’honorent ni le parti ni son Président Cellou Dalein ! » (Lire).
Je me demande si vous avez lu son contenu ? Car, je n’ai écrit cet article que pour dénoncer légitimement les manœuvres de mensonges et de diffamations dont j’ai fait objet de la part du réseau de Cellou Dalein Diallo qui est parti se plaindre et faire ce rapport à la Coordination Nationale Haali Pular. Devrais-je laisser ces mensonges fleurir et se répandre dans le monde entier, comme l’UFDG l’a maladroitement fait dans l’histoire de l’eau empoisonnée ?

Par ailleurs, sachez que tous les auteurs d’articles dont vous parlez à savoir les membres du mouvement Justice pour Bah Oury et le jeune Sow qui fut menacé de mort par les gardes du corps de Cellou etc. sont des membres de l’UFDG. Le surnommé Américain n’est pas un anonyme. Il est connu sous cette appellation au sein du parti. Il était même le Coordination des Fédérations UFDG du Royaume Uni. 

En lisant sur le Net, ne vous limitez pas aux titres seulement M. Diallo ! Donnez-vous le temps de lire le contenu avant de fustiger l’auteur d’un article ! Vous comprendrez que concernant les articles que vous avez cités, il s’agit des réactions à des actions d’injures, de mensonges, de diffamations et de violences du clan Cellou Dalein de l’UFDG pour une simple différence de tendance (au sein de l’UFDG) ou d’opinion (pour les journalistes et ceux qui veulent soutenir ou créer un autre parti).

Vous demandez : « Qu’est-ce qui lie Cellou Dalein, Sadio Barry et Diallo Sadakaadji ? ».

Ce qui  nous lie, c’est le Fouta, la Guinée et le combat politique contre la dictature actuelle. Bah Oury n’avait pas de contact avec Diallo Sadakaadji. Il a dû prendre connaissance des interviews de ce dernier, comme vous, dans la presse. Ce sont les journalistes qui lui ont posé la question sur son opinion au sujet de la venue éventuelle de l’ancien bailleur de fonds de l’UFDG dans l’arène politique. C’est ainsi qu’il a apprécié le discours politique et affirmé qu’il soutient le combat que l’homme d’affaires annonce, qui n’est autre que le sien depuis toujours : pour l’instauration d’un véritable Etat de droit en Guinée. Je peux vous assurer que Bah Oury n’est pas le seul leader de l’actuelle classe politique à soutenir Diallo Sadakaadji. Vous vous en apercevrez bientôt !

Monsieur Diallo, en 2010, une pareille situation vous a également conduit à vous attaquer à des personnes qui avaient commencé à critiquer le général Sékouba Konaté dans sa gestion de la transition. Vous avez compris plus tard que ces personnes avaient raison. Ce serait le cas cette fois-ci aussi. Je vous le promets ! Non seulement Diallo Sadakaadji fédérera tout le Fouta sans exception, mais il va réconcilier et unir toute la Guinée autour d’un projet national de justice, de développement et de prospérité pour tout le monde.

Cordialement,

SADIO BARRY,
Administrateur de guineepresse.info


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.