chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Comprendre la fièvre hémorragique qui frappe notre pays et ce qu’il faut faire

Date de publication:2014-03-23 14:49:24
  2014-03-23 14:46:14

C’est une fièvre,  c’est-à- dire qu’elle se manifeste par une montée de température  suivie en cinq jours en moyenne de saignements  cutanés et muqueux, qui font toute sa gravité. Elle est très contagieuse+++ avec une mortalité très élevée, autour de 80% des personnes atteintes.

Sur le virus et sa Géographie

Il est très proche du virus de Marburg, un filovirus, dont les premiers cas connus datent de 1967. On parlait alors de virus de Marburg-Ebola. En 1976 une épidémie s’est déclarée en Afrique centrale (nord-Congo et sud-soudan), avec plusieurs centaines de morts. La contagion interhumaine est très forte, imposant des mesures d’isolement strictes.

Comment se présente la maladie ?

-Incubation silencieuse de 7 jours, la personne atteinte ne souffre apparemment de rien, mais est déjà contagieuse

-Puis se déclenche ce qui ressemble à une grippe :

.fièvre rapidement très forte, douleurs musculaires et grande fatigue, diarrhée avec des ulcérations (plaies) de la bouche et de la langue, vomissements.

.La peau se couvre de  petites taches ou macules sombres  et de petites papules, dits rash maculo-papuleux

.Puis des saignements de la peau et des muqueuses internes. Le malade perd du sang, interne et externe. C'est la phase de contagion maximale. Le rein et le foie sont rapidement "mis à genoux". Autant dire que dans nos conditions l'issue est souvent fatale.

Le taux de mortalité est extrêmement élevé, autour de 40 à 90% des cas.

Le diagnostic et les mesures à prendre

La maladie se reconnait par ses signes précités, le diagnostic sur des examens de laboratoire pour mettre en évidence le virus et/ou les anticorps dans le sérum du malade par IFD, résultant de la réaction de l’organisme. Rappelons une nouvelle fois que les antibiotiques n’ont aucun effet sur les virus.

Les mesures sanitaires

1) Isolement obligatoire et confinement sécurisé des personnes atteintes est de rigueur et le personnel médical soumis à des règles strictes de contact et de traitement des malades. Toute défaillance à ce niveau entraine une flambée spectaculaire de la maladie. Les déplacements entre la zone contaminée et les zones saines doivent être rigoureusement réglementés. Sinon la maladie s'étend comme un incendie.

Le traitement pour le moment est symptomatique : lutte contre les effets de la maladie: saignements,  fièvre, la dénutrition accélérés, les surinfections et la déshydratation.

Au moindre soupçon, il faut, avec des mesures d’hygiène strictes, faire parvenir les échantillons au niveau d’un laboratoire spécialisé, dit de « haute sécurité », niveau P4, possédant les moyens matériels de bioconfinement.

Remplacer des pertes  liquidiennes et sanguines, lutter contre la dissémination virale, les surinfections, la dénutrition, dans notre état de dénuement sanitaire presque complet relèverait de l'exploit, surtout en zones densément peuplées.

L’espoir de traitement étiologique et mesures préventives

Un traitement est en cours d’expérimentation aux USA. Il a été mis au point par une équipe américaine  dirigée par James Pettit, de l’Institut de recherche de l’armée américaine et le laboratoire Kentucky Bioprocessing d’Owensboro.

Ce traitement dit MB-003 a permis de protéger efficacement 100% des singes volontairement infectés par le virus si l’infection remonte à moins d’une heure. C’est donc un traitement à l’état expérimental pour le moment, et qui suscite de grands espoirs.

Certains scientifiques pensent par ailleurs que le singe et la Chauve-souris seraient les principaux réservoirs de virus dans la nature. Il ne faut pas oublier que nous partageons 99% de nos gênes avec les grands singes, qui sont abattus et vendus par certains sous forme de « viande de brousse ». Les Chauves-souris seraient aussi consommées dans certaines zones. Les travaux tendent à montrer que c'est justement l' espèce porteuse saine de la maladie.

Manger du singe est donc très dangereux, ce qui se fait pourtant chez nous et tout le monde se tait pudiquement là-dessus...

Des pratiques de déforestations massives sont mises en cause dans l'éclatement de foyers, sous la pression de l'augmentation continue de la population humaine, habitudes qui doivent impérativement cesser. Il faut les laisser tranquilles dans leur biotope et ne pas le détruire. Pour préserver la biodiversité et notre santé.

La Guinée victime du régime en place

Depuis 1958 il n'existe aucun plan, aucune politique planifiée de santé de la population et de protection de la nature. Les autorités ont commencé par nier, puis minimiser l'épidémie.

Faut-il rappeler qu’en 56 ans d’indépendance nous n’avons pas un seul laboratoire de ce type, et même pas d’hôpital moderne du tout ? CHU délabrés, centres hospitaliers régionaux à l'abandon. Les personnalités du pouvoir  vont se soigner à l'extérieur aux frais du contribuable et cela ne semble gêner personne.

1-Aucun député ne pose cette question sur la table

2- Notre pays paye dans le domaine sanitaire très lourdement les incuries de tous les régimes qui se sont succédés sa tête.

3-Notre système de santé est le dernier dans tous les compartiments dans la région ouest-africaine.

Maintenant nos autorités font croire qu'elles tiennent plus ou moins la situation en mains. C'est faux et criminel. La Communauté internationale, sans se faire d'illusions, comme d'habitude à travers des organisations comme Médecins sans frontières viendra à notre secours, alors que certains de  nos propres médecins qualifiés mais peulhs, de l'intérieur et de l'extérieur, pour des raisons relevant du crétinisme politique et ethnique le plus complet, sont écartés et mis sur la touche depuis la venue au pouvoir d'Alpha Condé.

Les gardes-forestiers sont envoyés au Fouta et non en région forestière: ce ne sont donc pas des garde-forestiers, tout le monde l'aura compris maintenant.

Nous avons sans relâche attiré l’attention sur cet état déplorable. Consultez la rubrique santé de Guineelibre. Sans apparemment  susciter beaucoup d’intérêt de la part de nos compatriotes. C’est triste pour nous.

C'est un fait: à technicité égale, nous sommes beaucoup plus efficaces chez-nous que les étrangers, car connaissant intimement les us et coutumes de notre pays.

Etre obligés d'être des spectateurs impuissants devant les  drames qui se déroulent sur notre sol!

Thierno A DIALLO, médecin.
Guineelibre.com

 

Article recommandé :

Guinée : Alpha Condé est-il encore crédible pour parler des audits de 2011 ?

Où en est-on toujours pour les résultats des audits, promis une nouvelle et autre fois par Alpha Condé sur France 24, le samedi 25 janvier 2014 depuis  Davos ?

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.