chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Les mensonges grossiers du mercenaire Idrissa Chérif

Date de publication:2014-03-26 07:01:59

2014-03-26 06:58:05

Parti d'Abidjan  pour Ouagadougou pour y mendier chez le général Konaté et chez Tibou Kamara,  Idrissa Chérif a profité de cette occasion pour accorder une interview à un  journal burkinabé. Il prétend être   à la tête d'un parti fantôme :  Alternance pour le changement et la démocratie. Un parti qui n'existe que dans  la tête de ce pyromane qui prend ses chimères pour la réalité.

La vérité : le mercenaire Chérif Idrissa, l'homme qui a failli embraser la Guinée à cause de ses déclarations irresponsables, n'est qu'un vulgaire menteur réduit actuellement à la mendicité. Son parti n'existe nulle part outre que dans sa tête de mythomane sans repaires qui est en train de sombrer dans la fabulation pour exister médiatiquement, a u moins.

Contrairement à ses allégations, le pyromane et mythomane, Idriss Chérif, ne va pas à Ouagadougou pour rendre visite à Moussa Dadis Camara, l'homme qu'il a contribué à enfoncer dans la merde avec ses déclarations belliqueuses de l'après 28 septembre 2009. Le mythomane ivoirien se rend à Ouaga pour y faire la manche, la plupart du temps, chez François Compaoré, petit frère du président Blaise Compaoré.

Chez Idrissa Chérif, le mensonge fait partie de son ADN. C'est la mendicité encore qui a motivé son dernier voyage au Burkina. Ce type, l'un des responsables du fiasco de Dadis Camara, erre depuis leur départ du gouvernement. Il erre entre Abidjan, Ouaga, le Maroc et le Sénégal dans l'espoir de joindre les deux bouts.

Ce sans foi ni loi s'est toujours moqué,  à son temps de gloire, des victimes de la barbarie du stade du 28 septembre en 2009. Cet apatride, à l'époque, tenait des propos nuisibles à Dadis et qui ont failli plonger la Guinée dans les affres de la guerre civile.

Idrissa Chérif, dont le niveau de d'instruction est à peine élémentaire, fera l'objet d'une série d'articles pour permettre aux guinéens de mieux connaître ce mendiant, mythomane et apatride.

Ibou Kan,
Melbourne, fidèle lecteur de guineepresse.info

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.