chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Respecter et sécuriser ceux qui viennent nous aider, MSF et tous les autres

Date de publication:2014-04-06 01:14:19
  2014-04-06 01:09:42 

La situation est grave. A Macenta, certains citoyens  se seraient permis d’attaquer et d’accuser faussement les courageux experts de  MSF et d'autres pays venus très rapidement à notre secours, car nos différents  gouvernements n’ont rigoureusement rien fait pour prévenir des catastrophes  comme celle qui frappe notre pays. Vous en connaissez les raisons, les mêmes  depuis 1958.

Une action salvatrice, qui les honore et que nous saluons avec déférence.

Ce n'est donc  pas le moment de décourager ceux qui au péril de leurs vies, par altruisme et dans un but  purement humanitaire viennent nous aider à combattre le fléau Ebola.

Les guinéens doivent se poser des questions sur leur responsabilité dans la destruction de nos forêts, catastrophe écologique qui entraine une catastrophe sanitaire, par la transmission  sous différents facteurs et par diverses voies de maladies exclusives aux animaux, maintenant à l'homme et qui existent depuis probablement des millénaires dans nos forêts. Ce sont des zoonoses qui frappent à cause des déséquilibres introduits par l'homme, car nous ne respectons pas du tout l'équilibre naturel.

Nos gouvernants sont carents et font invariablement appel à l’étranger en cas de difficulté, après 60 ans « d’indépendance »  car il n'y a aucune structure préexistante pouvant faire le travail de rupture de la chaine de transmission des animaux à l'homme.

Nos hôpitaux sont délabrés et sales, y compris dans la capitale au niveau des CHU, tout le monde le sait. Il n'y a aucun laboratoire vraiment équipé.

D'autres pathologies sont responsables de milliers de morts chaque année: Malaria, Choléra, Amibiases, Typhoïde, etc. Certains, malgré les conseils récents, continuent de manger de la "viande de brousse" sachant le danger lié. Nous devons faire attention et avoir le sens des responsabilités.

Ce ne sont ni les charlatans, ni les Donzos, ni les mensonges officiels qui peuvent quelque chose contre Ebola, mais l’action sur le terrain et les conseils de prévention, principalement des services sanitaires et des techniciens étrangers.

Ceux qui dépensent leur argent, leur temps et leurs personnes pour nous aider doivent être au moins respectés et sécurisés dans le travail qu'ils font pour nos familles et notre population.

C’est le minimum que nous leur devons. Et de la reconnaissance sincère pour le travail accompli et à venir. C'est un devoir pour tous.

Un jour, ils repartiront, pour ceux qui ne seront pas tombés au champ d'honneur, avec la fierté de la grande œuvre réalisée pour la santé des enfants et adultes de notre pays. Pour l'Homme tout court.

Thierno A Diallo, médecin.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.