chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée forestière: les loubards du pouvoir chassent les Médecins Sans Frontières (MSF) de Macenta !

Date de publication:2014-04-08 18:07:20

2014-04-08 18:01:59 

Hier, le Coordinateur d'urgence de l’organisation MSF, Henry Gray, a décidé le retrait de son ONG  de la ville de Macenta pour des raisons de sécurité.

A bien observer ce qui se passe dans notre pays, on peut se demander à quoi jouent Alpha Condé et son parti au pouvoir ?

Alors que la Guinée manque de tout pour faire face à cette terrible épidémie (Ebola), ce sont des Koniankés (partisans zélés du pouvoir) qui se sont attaqués aux représentants de l’organisation MSF qui travaillaient à Macenta. Les installations et les centres d’isolation mis en place par MSF pour aider les malades, combattre le virus et empêcher sa propagation ont été pris pour cibles par des bandes organisées qui n’ont rien eu à redouter des services de sécurité guinéens connus pour leur violence contre même des femmes manifestantes à Conakry ou à Yomou. Les raisons sont simples : les attaques ont été organisées par des loubards Koniankés connus pour leur appartenance au RPG d’Alpha Condé.

A noter que les Koniankés sont des Malinkés dont l’installation en Guinée forestière remontent à la colonisation de la Guinée, quand les Français ont amené en forêt, zone de cultivateurs, des administrateurs et des commerçants venus des régions du Nord (Haute Guinée). 

Ainsi, ce sont les partisans du pouvoir qui ont poussé à la violence contre des humanitaires et au départ des MSF de Macenta où la population a sérieusement besoin de leur aide. Les proches d’Alpha Condé ne pouvaient pas faire mieux, s’ils ne veulent pas qu’on stoppe la propagation de l’Ebola dans cette région sud de la Guinée ! D’ailleurs le samedi 5 avril passé, à Conakry, c’est le trompettiste de Bembeya Jazz National, Sékou le gros Camara, qui profite du 41ième anniversaire de la disparition d’Aboubacar Demba Camara, le 5 avril 1973 à Dakar, pour déclarer que l’épidémie Ebola n’est qu’une machination des Israéliens, citant Beny Steinmetz, pour déstabiliser le régime d’Alpha Condé. Il faut préciser que ce Sékou le gros Camara est membre influent de la Coordination des Koniankés à Conakry.

Depuis l’arrivée d’Alpha Condé dans l’arène politique guinéenne avec le parti RPG qui a organisé des groupes de Koniankés en Guinée forestière, la violence ethnique est récurrente et de plus en plus meurtrière dans cette région. Si la cible varie à des occasions données (tantôt les éleveurs peuls, tantôt des autochtones de la région forestière), les agresseurs eux restent toujours les mêmes, depuis début des années 90 : des groupes extrémistes koniankés organisés et financés par le RPG.

Il est temps pour les sages de cette communauté konianké de prendre enfin la mesure  du danger des agissements des leurs qui ont failli à plus d’une fois entrainer notre pays dans une guerre interethnique. Alpha Condé et son RPG quant à eux, ils doivent enfin comprendre qu’ils ne sont plus l’opposition qui croit tirer profit dans le désordre et l’instabilité du pays, mais l’Etat qui doit veiller à la sécurité et à la justice sans lesquelles aucun investisseur ou institution étrangère ne va s’établir durablement en Guinée.

Namory Condé,
Guineepresse.info

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.