chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Le tragique destin politique de Cellou Dalein

Date de publication:2014-04-22 14:43:20

2014-04-22 14:40:27

En actant la  suspension de Bah Oury au sein de l’UFDG, Cellou a perdu son destin ou son rêve  de présider un jour la Guinée. Par cet acte aussi, il a brisé «   l’unité » et la mobilisation que feu Bâ Mamadou avait scellées au sein de  la grande communauté  « haali pular »  de  Guinée.  Pourtant il avait tout pour réaliser son rêve  de devenir président de la République de Guinée mais par son égoïsme, il a  commis la faute politique de trop ! brisant ainsi le rêve de milliers de  militants et sympathisants de l’UFDG.  Le  long bras de fer Cellou-Bah Oury a permis de constater que la grande communauté  « haali pular » manque d’autorité morale susceptible de régler les  problèmes. C’est un fait indéniable qu’il faut vite régler pour l’intérêt de  tous.  Nous ne sommes point surpris par  l’attitude de Cellou car, dans les précédentes chroniques nous avions attiré  l’attention des militants de l’UFDG sur les agissements de Cellou mais hélas.  « Du Fouta pris en otage et son avenir hypothéqué par Cellou Dalein  à,  de Cellou laamiké à Cellou Yooliké,  la tragédie continue » nous arrivons à conclure avec beaucoup de  certitudes que le destin politique de Cellou est tragique. Tout simplement,  parce qu’il nous ramène à la case de départ. Par son acte, de facto il disperse  le grand électorat du Fouta qu’il n’a jamais œuvré  à mobiliser. Depuis l’arrivée de Cellou à la  tête de l’UFDG en 2007, il n’a pris qu’une seule décision, celle de suspendre  son Vice- président, Bah Oury. Aujourd’hui les plus fervent supporters de  Dalein savent que son destin n’est pas national, il a réduit à zéro toutes ses  chances d’être élu président de la République.

Cellou pense que nous avons oublié tous les torts qu’il a causés au Fouta ; on lui avait juste pardonné parce que le doyen nous avait convaincu qu’il allait  « faire notre affaire »  compte tenu de son record de longévité dans les gouvernements de Conté.  Bâ Mamadou avait su contenir son mal pour l’intérêt du Fouta en convaincant Bah Oury d’accepter Cellou comme président de l’UFDG. Alors que c’est le même Cellou qui avait aidé Conté à voler la victoire du Doyen aux élections présidentielles de 1998. C’est une histoire vraie que même avec tous les chiffons du monde l’on ne pourra pas l’effacer du tableau sur lequel, l’histoire politique du Fouta est écrite. Au lieu de consolider les acquis  dès son arrivée au parti, il a plutôt commencé à écarter celui qui lui a ouvert la porte de la grande « maison UFDG ». C’est plus que marrant de voir les colporteurs de Cellou actualiser la vidéo de feu Bâ Mamadou enregistrée en 2007 à Bruxelles  dès qu’ils sont en difficulté dans le débat. C’est la preuve qu’ils ne s’adaptent pas à l’environnement politique alors que le combat l’exige. Cellou a affaibli toutes les institutions du Fouta en les infiltrant par ses hommes qui n’ont pour mission que de « passer ses mensonges aux sages » et aujourd’hui aucune de ces institutions n’est crédible. Il n’a eu aucun respect envers les doyens, pour lui ces sages sont exclusivement  à sa solde. Au moment où feu Siradio, Bah Mamadou, Alpha Ibrahima Sow, Bah Oury, Bah Ousmane, Baadiko, Portos, Aliou 5, etc.…. se concertaient pour créer la coordination du Fouta  afin de fédérer tous les fils de la région, Cellou courrait à contre sens avec le régime de Conté. Ainsi ce n’est pas surprenant de voir aujourd’hui cet homme œuvrer pour la dispersion de cette grande mobilisation. Il est prêt à jouer la carte de la division si ce n’est pas lui qui est désigné candidat de l’UFDG et aussi longtemps qu’il perdra, il se représentera encore. Avec  « l’exclusion » de Bah Oury, Cellou sait pertinemment qu’il ne fait plus l’unanimité au Fouta et c’est de bonne augure pour Alpha Condé en 2015.  De fautes politiques en fautes politiques Dalein aboutit à son déclin  par sa propre faute et il s’entête à rester afin de freiner la lutte pour le changement démocratique.

Les militants et sympathisants de L’UFDG ont fini par découvrir la vraie nature de leur président qui, au lieu de les fédérer, de les mener à la victoire, les livre à la dictature d’Alpha Condé. Quand on chasse le naturel, il revient toujours au galop. Le  naturel de Cellou, c’est l’égoïsme, c'est-à-dire si ce n’est pas lui, qu’on se disperse.  Le bras de fer Cellou – Bah Oury a également permis de comprendre que le Fouta est mobilisé mais pas  unit.  Par la faute de Cellou, le grand Fouta n’a pas été solidaire à Bah Oury. C’est un fait que l’histoire retiendra et qu’il faudra enseigner aux générations futures. Ainsi, il ne revient qu’aux militants et sympathisants de l’UFDG avertis de tirer les leçons du comportement de Dalein et laisser ceux qui l’idolâtrent  délirer avec le rêve de le voir président de la Guinée.
Qu’Allah nous unisse  en nous éloignant du tragique destin politique de Dalein ! Amen !

Marwane Diallo

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.