chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Lettre de Pottal a Navi Piallay,Haut Commissaire des Droits de l'Homme de l'ONU

Date de publication:2014-04-30 05:49:00

2014-04-30 05:46:18 

 

New-York le 27 Avril 2014.

À l’attention de l’honorable Navi Pillay, Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU.

Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon est une organisation à but non lucratif qui se bat pour le respect des droits de l’homme en Guinée. A cet égard nous avons mis en place un programme spécial, JUSTICE IN GUINEA, dont le but est l’éradication de l’impunité chronique qui sévit dans notre pays.

Il a été rapporté que le président Guinéen, Mr. Alpha Condé, prévoit de vous rencontrer le 1er Mai 2014. Notre organisation saisit cette occasion pour vous demander d’user de votre influence pour que le leader guinéen mette en pratique les recommandations de l’ONU afin que justice soit rendue aux nombreuses victimes de la violence d’état en  Guinée. Depuis la production du rapport d’enquêtes de l’ONU sur les massacres du 28 Septembre 2009, les présumés coupables n’ont pas répondu de leurs faits devant un tribunal. Le président Alpha Condé maintient certains des officiers accusés de crimes contre l’humanité dans son gouvernement. Les inculpations annoncées contre deux des figures de proue, Pivi et Tiegboro, n’ont pas été suivies d’effets et avaient pour but, assurément, de retarder l’intervention de la Cour Pénale Internationale.

Le président  guinéen n’aura fait aucun effort, même symbolique, pour réconforter les victimes. Ces dernières,  dont des femmes violées  et contaminées par le virus du SIDA, subsistent anonymement grâce à l’aide d’organisations caritatives.  Des rapports concordants indiquent que de fortes pressions sont faites sur ces victimes pour les persuader d’abandonner toute poursuite judiciaire.  En outre, depuis l’investiture du président Condé, de graves violations des droits de l’homme ont été commises en Guinée. En Juillet 2011, des personnes ont été accusées de «complot» contre sa personne. Certaines de celles qui furent arrêtées ont été torturées à mort. D’autres furent condamnées à des peines lourdes à la suite d’un procès rocambolesque qui montra la déliquescence du système judiciaire de la Guinée. Des officiers militaires furent élargis par la cour civile. En violation des lois en vigueur, ils sont maintenus en prison pour être jugés à nouveau devant un tribunal militaire.  Lors des revendications populaires pour l’organisation des élections législatives, les forces de sécurité assassinèrent, blessèrent  et torturèrent plusieurs  innocents citoyens.  Les enquêtes  sur ces crimes montrent l’implication de personnes influentes des forces de sécurité. Notamment, le commandant Resco Camara, qui fut jusqu’à une date récente gouverneur de la capitale. Le commandant a été inculpé pour des faits torture remontant à  2010, suite à une plainte du FIDH et de l’OGDH. Assuré de la protection du président Alpha Condé, il  refuse impunément de répondre aux convocations des magistrats. 

            Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon a voulu attirer votre attention sur le  déni flagrant de justice et le climat d’impunité qui règnent en Guinée. Notre organisation vous demande d’exercer les  pressions nécessaires sur le président guinéen afin que le processus judiciaire recommandé par l’ONU soit initié. Mr. Alpha Condé a reconnu publiquement la déliquescence de la justice guinéenne, gangrénée par 56 ans de répression politique. Une telle reconnaissance n’est que de la démagogie, eût égard à son manquement à l’obligation morale de soutien aux victimes et à leurs familles. En outre le lourd tribut payé par les populations guinéennes par la succession de régimes totalitaires et  militaires lui dicte  la décence politique de démettre  du gouvernement de la république d’officiers sur lesquels pèsent de graves accusations de crimes contre l’humanité.  

             Le laxisme coupable de Mr. Alpha Condé se traduit aujourd’hui par un déficit de civisme et de la légitimité du gouvernement. Il ruine dangereusement les fondements de la nation. L’éradication de la culture d’impunité entretenue par le gouvernement, avec des relents de divisions ethniques, requiert une forte implication de l’ONU, à travers l’intervention de la CPI, dans les plus brefs délais. Toute action en faveur de la justice en Guinée est une contribution importante au maintien de la paix civile en Guinée et dans la région de l’Afrique de l’Ouest, durement éprouvée par des guerres civiles et l’instabilité politique. 

Notre organisation salue  les actions en faveur de la défense des droits de l’homme que votre commission n’a cessé de mener en Guinée. A travers le programme JUSTICE IN GUINEA, on reste disponible pour  travailler sur des projets concrets afin de donner aux victimes les moyens de porter leurs griefs devant les tribunaux établis.

            Veuillez croire à nos salutations distinguées.

La commission centrale  de Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djallon

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.