chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Date de publication:2014-05-20 00:25:34
  2014-05-19 22:33:09

Depuis l'arrivée du président Alpha Condé au pouvoir, des  phénomènes nouveaux se signalent au Foutah sans que cela n'attire réellement  l'attention des citoyens de cette région. Les populations vivent aujourd'hui  entre «feux mystérieux», affrontements intercommunautaires et envahissement de  pseudos gardes forestiers... Le Foutah est sous menace !

Jadis région reconnue pour son calme et la sécurité qui y règne, le Foutah Djallon n'est plus ce havre de paix tant envié. Il est devenu ces derniers mois le théâtre de phénomènes nouveaux au point que la sécurité des populations est fortement menacée.

En plus des assassinats enregistrés çà et là, les attaques à mains armées, ce sont les communautés qui sont érigées les unes contre les autres par le régime actuel sous la direction du président Alpha Condé et le ministre de l'Administration du territoire Alhassane Condé.

Avec la création du mouvement «Manden Djallon», un machin mis sur pied pour satisfaire un rêve de suprématie communautaire, la Moyenne Guinée est en passe de devenir une zone de tension par excellence avec l'appui des cadres locaux placés là pour perpétuer le projet concocté au sommet de l’État pour diviser les populations et déstabiliser cette région.

Et, avec le temps, ce projet est entrain de faire du chemin au point que, les foyers de tension se multiplient du jour au jour. On peut citer les affrontements intercommunautaires survenus à Popodara, dans Labé, à Lélouma, et tout récemment à Poredaka, dans Mamou.

Des populations qui ont toujours vécu en harmonie sont divisées aujourd'hui par le pouvoir en place qui fait de la déstabilisation de la Moyenne Guinée un cheval de bataille.

Seulement voilà, le gouvernement actuel ne limite le front simplement au Foutah, il l'a ouvert dans les autres régions également. C'est pourquoi, on ne pourrait expliquer autrement l'abattage massif du cheptel des ressortissants de cette région en Guinée forestière. Un massacre animalier qui se produit depuis 2011 et dont aucun auteur n'est encore inquiété.

Lors des campagnes pour les présidentielles, le candidat Alpha Condé avait promis de restituer tous les domaines détenus par ces populations qu'il a ciblé à ceux qu'il considère comme autochtones de la région. C'est dans ce cadre d'ailleurs que s'inscrit ses discours ténus non seulement au foyer de son parti le 10 mai dernier, mais aussi, à Coyah, lors du lancement des travaux sur le pont de Kaka.

On ne pourrait également occulter le deux poids deux mesures dans la répression des manifestations à Conakry avec le cortège de morts par balles sur l'axe Hamdallaye-Wanindara pendant qu'au même moment, les manifestants des autres quartiers sont soudoyés par les commis de l’État afin de calmer leurs ardeurs.

Ces discours qui s'accompagnent par des faits de plus en plus menaçants semblent malheureusement moins alerter les populations les plus concernées. Et en pareilles circonstances, le fait de feindre ignorer le danger qui guette, risque de coûter cher à un moment où les dégâts seront difficiles à réparer. C'est pourquoi, les communiqués et autres déclarations condamnant ces faits et gestes «avec la dernière énergie» sont de nuls effets.

En attendant, la menace est là et même Toto en est conscient.

Diarouga Baldé
Administrateur conakryactu.com

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.