chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Mali : les chars de combat fuient devant les chameaux !

Date de publication:2014-05-22 07:58:00

2014-05-22 07:56:07

Dès son arrivée au pouvoir, IBK a combiné arrogance, tribalisme, népotisme et une fanfaronnade à la Angbansanné que l’on connait en Guinée. Malgré les soutiens et les avantages que la France et la communauté internationale ont donné à son armée, cette dernière prend à nouveau la tangente devant les chameliers. L’armée nationale malienne est encore en déroute face aux rebelles alors que c’est bien elle qui a lancé l’offensive !

« Kouroukan Fouga » est menacé ! A part la petite poignée de chasseurs mandingues qui sèment encore la terreur en Côte d’Ivoire, Alpha Condé et le régime RPG réquisitionnent tous les donsos de la sous-région pour constituer une milice mandingue contre les populations guinéennes. Qu’attendent-ils pour venir en aide aux frères et sœurs maliens ?

Si ces soi-disant donsos, "seigneurs de guerre", "maîtres des Fouga et des Konko", n’étaient motivés que par la solidarité mandingue, ils se rendraient tous au Mali pour défendre le berceau de leur culture.

Nous disons à Alpha Condé, à Alhassane Condé et à tous les autres Ânes de Guinée que ce qui s’est passé au Ruanda, ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire et ce qui se passe maintenant au Mali montrent clairement qu’avoir les avantages du pouvoir ne garantit pas forcément la victoire sur le terrain quand on en vient réellement à la guerre intercommunautaire. Ils ne peuvent garder le pouvoir en Guinée qu’en faisant usage de la répression et des armes de guerre contre l’opposition et les autres communautés dont les Peuls en particulier. Cela ne peut pas continuer sans conséquences et 2015 risque d’apporter la goute d’eau qui fera déborder le vase en Guinée. Qu’Alpha Condé, ses complices étrangers et tous les ânes qui l’entourent sachent que s’ils poussent à la guerre civile en Guinée, ils seront détruits et, dans l’avenir, ils seront reniés et condamnés par leur propre descendance, comme c’est le cas aujourd’hui des Nazis en Allemagne.

L’Etat de droit et la démocratie sont les seules garanties de la paix, de l’unité nationale et du développement de la Guinée dans l’intérêt de tout le monde.

En Guinée, le gouvernement, à travers le ministère de la sécurité, reconnait avoir donné des passeports guinéens à beaucoup d'étrangers dont Bernard Kouchner par exemple. Nous voulons savoir combien et qui sont ces personnes ? Il y a des mois, on dénonçait l'envoi des mercenaires et des étrangers "électeurs" en Guinée. L'opposition et nos députés sont-ils au courant de ces faits (Lire) ?

D’autres médias sur la chute de Kidal :  

RFI

Chassé de Kidal, le gouvernement malien instaure un cessez-le-feu

Après avoir pris l'initiative d'une offensive armée pour reprendre le contrôle de la ville, mercredi 21 mai au matin, les forces armées maliennes ont été chassées de Kidal par les groupes armés MNLA, MAA et HCUA. Le gouvernement de Bamako a « instruit le cessez-le-feu immédiat ».

http://www.rfi.fr/

 

SENEWEB

Mali: Kidal est aux mains des groupes armés

Toute la journée, armée malienne et groupes du Nord se sont affrontés dans la ville de Kidal. L'offensive a été lancée par les forces maliennes. Mais ce soir, selon nos informations, la ville est aux mains des groupes armés.

Le MNLA est formel : « Kidal est sous contrôle des groupes armés » depuis 14h30, heure locale. La dernière bataille s'est déroulée au camp 1, le camp des soldats maliens situé au sud-ouest de la ville. « L'armée est en déroute », affirme un combattant du MNLA. Selon nos informations, des militaires du Mali ont quitté Kidal et pris la piste vers Gao. D'autres se sont réfugiés au camp 2, le camp de Serval et de la Minusma situé tout au sud de la ville.

Une source de la Minusma indique que « 27 véhicules de l'armée malienne se sont présentés aux portes du camp. Les soldats ne peuvent pas entrer avec leurs armes ».

Les combats entre les deux camps ont duré près de cinq heures. A 10h10 ce matin, heure de Kidal, l'armée malienne a lancé une offensive pour visiblement reprendre le gouvernorat tenu depuis samedi par le MNLA.

A Bamako, le ministère de la Défense a confirmé à la mi-journée « qu'une opération de sécurisation des biens et des personnes était en cours ». Des roquettes ont été tirées sur le QG du MNLA, dans le même temps des soldats progressaient à pieds dans Kidal. Le MNLA dit avoir attendu près de vingt minutes avant de répliquer.

Impossible pour le moment de donner un premier bilan des combats. Une source onusienne affirme en tout cas que c'est le drapeau du MNLA qui flotte au dessus du camp militaire numéro 1 et que des soldats maliens ont été tués et d'autres faits prisonniers ce mercredi.

http://www.seneweb.com/news/Afrique/mali-kidal-est-aux-mains-des-groupes-arm_n_126460.html

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.