chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Guinée : la guerre des gangs

Date de publication:2014-05-23 16:33:49
  2014-05-23 16:31:32 

En  Guinée, la politique est devenue un combat permanent  entre ceux qui veulent le bonheur, l’émancipation,  l’épanouissement du peuple et ceux qui n’ont d’autres soucis que leur  enrichissement personnel. Depuis 2010 cette situation s’est aggravée.

Le discrédit général que connaît le sieur Alpha Condé, son affaiblissement devenu irrémédiable et la colère populaire, ont aiguisé l’appétit de pouvoir des clans qui tournent autour de lui. Celui de M. Mohamed Diané, son directeur de cabinet en est la parfaite illustration.

D’après les informations vérifiées circulant à Conakry, l’arrogant Directeur de cabinet, M. Mohamed Diané et les siens  semblent avoir mis sur pied, discrètement, une administration et une force armée parallèles, d’une homogénéité ethnique qui laisse perplexe certains observateurs parmi les plus sérieux.

 De fait, la prétendue « réorganisation » des forces armées a  consisté à renvoyer certains groupes ethniques, pour finalement les remplacer par  des jeunes précipitamment recrutés dans les mêmes régions. Au constat, on observe une armée ethniquement homogène, contrôlée par l’oligarchie à laquelle appartient M. Mohamed Diané.

 M. Mohamed Diané et son clan nourrissent-ils quelque velléité le moment venu, qu’ils espèrent dans pas longtemps ?

Les enjeux de pouvoir se sont agglutinés avec une certaine cupidité. Pour ces acteurs politiques, seul compte celui qui a du fric et qui peut réduire l’autre à la misère et à la dépendance.

Comme il fallait s’y attendre le contrôle des richesses du sol et du sous-sol guinéen au sein même de la kleptocratie au pouvoir a dégénéré en guerre de gangs.

Cette guerre est de plus en plus visible à l’œil nu. Nous sommes dans une situation de non gouvernance. D’un côté nous avons Alpha Condé et ses amis étrangers représentés par Kouchner, Bolloré, Soros et  Blair. De l’autre, il y a le lobby guinéen dont le principal géniteur est M. Mohamed Diané. Ce lobby tentaculaire couvre l’ensemble du territoire national. L’administration guinéenne sa principale zone de prédilection.

Pendant plus de 3 ans, ce Lobby conçu, couvé, cajolé et supervisé par M. Mohamed Diané, est devenu très puissant et exige de plus en plus une part prépondérante dans la conduite des affaires de l’Etat. Il a mis en place une véritable politique de racket dont nul n’est à l’abri. C’est une mafia où les postes juteux de la haute administration sont cédés aux plus offrants. Tous ceux qui ne se soumettent pas à ce principe sont automatiquement radiés pour les plus chanceux et les autres froidement abattus par ses milices privés ethniques.

Même Alpha Condé, l’homme des puissants lobbys étrangers, ne l’arrange plus. Il faut parer au plus pressé, car M. Mohamed Diané clame à qui veut l’entendre que le sieur Alpha est en train de compromettre ses chances de s’installer un jour à « Sékoutouréyah ».

Vraiment, « La Guinée is back ». Cette Guinée, « Où on se réveille pauvre le matin, et par un coup de décret magique produit par la propulsion d’un frère, d’un cousin au poste de Ministre qui vous offre un marché de gré à gré, avec la complicité d’un blanc directeur d’une société fantôme, et le soir on se retrouve millionnaire. »(Dixit Aïssatou Barry dans son livre « Liens de mariage »), est un pays en totale déliquescence.

Dans notre pays, la corruption est devenue une règle de gestion des affaires publiques. Point besoin de rappeler ici que la corruption est un facteur d’instabilité. Or en matière de corruption la Guinée détient la palme d’or.

Le changement tant attendu ne viendra que d’une refonte du cadre de lutte en intégrant dans nos programmes politiques un vrai projet de justice sociale. Que Dieu sauve la nation guinéenne.

Roger HABA,
Sissonne France


Commentaires


  2014-05-23 16:31:32 

En  Guinée, la politique est devenue un combat permanent  entre ceux qui veulent le bonheur, l’émancipation,  l’épanouissement du peuple et ceux qui n’ont d’autres soucis que leur  enrichissement personnel. Depuis 2010 cette situation s’est aggravée.

Le discrédit général que connaît le sieur Alpha Condé, son affaiblissement devenu irrémédiable et la colère populaire, ont aiguisé l’appétit de pouvoir des clans qui tournent autour de lui. Celui de M. Mohamed Diané, son directeur de cabinet en est la parfaite illustration.

D’après les informations vérifiées circulant à Conakry, l’arrogant Directeur de cabinet, M. Mohamed Diané et les siens  semblent avoir mis sur pied, discrètement, une administration et une force armée parallèles, d’une homogénéité ethnique qui laisse perplexe certains observateurs parmi les plus sérieux.

 De fait, la prétendue « réorganisation » des forces armées a  consisté à renvoyer certains groupes ethniques, pour finalement les remplacer par  des jeunes précipitamment recrutés dans les mêmes régions. Au constat, on observe une armée ethniquement homogène, contrôlée par l’oligarchie à laquelle appartient M. Mohamed Diané.

 M. Mohamed Diané et son clan nourrissent-ils quelque velléité le moment venu, qu’ils espèrent dans pas longtemps ?

Les enjeux de pouvoir se sont agglutinés avec une certaine cupidité. Pour ces acteurs politiques, seul compte celui qui a du fric et qui peut réduire l’autre à la misère et à la dépendance.

Comme il fallait s’y attendre le contrôle des richesses du sol et du sous-sol guinéen au sein même de la kleptocratie au pouvoir a dégénéré en guerre de gangs.

Cette guerre est de plus en plus visible à l’œil nu. Nous sommes dans une situation de non gouvernance. D’un côté nous avons Alpha Condé et ses amis étrangers représentés par Kouchner, Bolloré, Soros et  Blair. De l’autre, il y a le lobby guinéen dont le principal géniteur est M. Mohamed Diané. Ce lobby tentaculaire couvre l’ensemble du territoire national. L’administration guinéenne sa principale zone de prédilection.

Pendant plus de 3 ans, ce Lobby conçu, couvé, cajolé et supervisé par M. Mohamed Diané, est devenu très puissant et exige de plus en plus une part prépondérante dans la conduite des affaires de l’Etat. Il a mis en place une véritable politique de racket dont nul n’est à l’abri. C’est une mafia où les postes juteux de la haute administration sont cédés aux plus offrants. Tous ceux qui ne se soumettent pas à ce principe sont automatiquement radiés pour les plus chanceux et les autres froidement abattus par ses milices privés ethniques.

Même Alpha Condé, l’homme des puissants lobbys étrangers, ne l’arrange plus. Il faut parer au plus pressé, car M. Mohamed Diané clame à qui veut l’entendre que le sieur Alpha est en train de compromettre ses chances de s’installer un jour à « Sékoutouréyah ».

Vraiment, « La Guinée is back ». Cette Guinée, « Où on se réveille pauvre le matin, et par un coup de décret magique produit par la propulsion d’un frère, d’un cousin au poste de Ministre qui vous offre un marché de gré à gré, avec la complicité d’un blanc directeur d’une société fantôme, et le soir on se retrouve millionnaire. »(Dixit Aïssatou Barry dans son livre « Liens de mariage »), est un pays en totale déliquescence.

Dans notre pays, la corruption est devenue une règle de gestion des affaires publiques. Point besoin de rappeler ici que la corruption est un facteur d’instabilité. Or en matière de corruption la Guinée détient la palme d’or.

Le changement tant attendu ne viendra que d’une refonte du cadre de lutte en intégrant dans nos programmes politiques un vrai projet de justice sociale. Que Dieu sauve la nation guinéenne.

Roger HABA,
Sissonne France

2014-05-23 16:33:49 Joseph Koly
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.