chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Massacre du 28 septembre 2009 à Conakry : le général Sékouba Konaté parle enfin

Date de publication:2014-06-11 16:49:40
  2014-06-11 16:47:46

Une Interview qui interpelle tous les guinéens. Pour la première fois à notre connaissance, le général Konaté, ex-chef de la Transition et du CNDD post-Dadis parle. Sur le massacre du Stade du 28 Septembre 2009.Certains des auteurs sont connus, dénoncés par les Guinéens et les organisations internationales des droits de l’homme. Mais pas par le gouvernement guinéen, en particulier le « Pr » Alpha Condé, qui bloque délibérément toutes les enquêtes depuis sa venue au pouvoir par des manœuvres dilatoires connues de tous. Les chiffres avancés sont de 150 morts, des violées en nombre indéterminé et des disparus dont on n’a encore aucune estimation, y compris des blessés tirés de leurs lit d’hospitalisation et « disparus » sans laisser de traces, par le médecin-Colonel Diaby, un pilier du RPG toujours en service et jamais inquiété sous  le régime d’alpha condé.

La raison à notre avis est que lui-même Alpha et/ ou ses proches sont impliqués jusqu’au cou dans cette sale et ténébreuse affaire.

Ce qui est rassurant, c’est que Konaté affirme avoir remis la liste des responsables du massacre à la CPI. Il est donc certain que la « communauté Internationale » sait très bien à quoi s’en tenir et n’ignore rien des efforts du « Président démocratiquement élu » pour cacher la vérité. De même on peut supposer qu’ils savent tout de la politique d’exclusion et des tueries dont est victime l’ethnie peulhe sous le régime RPG. Peut-être est-ce la raison pour laquelle le Président Obama avait ostensiblement ignoré les autorités guinéennes et ses « élus » lors de son passage à Dakar ?

Extraits :

[le Général Konaté] dit avoir déposé la « liste » de certains commanditaires de massacre à la CPI où il est attendu à nouveau en novembre 2014, à l’Union européenne et aux Nations unies, estime qu'il y a une "responsabilité collective" de tous les membres du CNDD (conseil national pour la démocratie et le développement) et du gouvernement à l’époque ; mais aussi et surtout celle des officiers et civils qui entouraient le capitaine Dadis et qui l'ont encouragé à envoyer des éléments au stade du 28 septembre.

 " Moi, j'étais à N’Nzérékoré avec Papa Koly (ancien ministre de l'Environnement, ndlr) en mission d'État. Mais, étant le ministre de la Défense, j'ai reçu des informations selon lesquelles, certains officiers et civils avaient encouragé Dadis de mater la marche pacifique de l'opposition ce jour-là. Ils se reconnaissent eux-mêmes et c'est la liste de ces éléments là que j'ai déposée là où elle doit être pour que de telles choses ne se répètent plus en Guinée",

Question : Sékouba commanditaire de la tentative d’assassinat de Dadis ?

Général Sékouba Konaté : « Demandez à Toumba de vous dire celui qui lui a mandaté de tirer sur Dadis. Pour preuve, le capitaine Toumba relevait directement du commandement de Dadis, alors comment pouvais-je lui intimer d'éliminer son patron alors que moi-même j'avais la possibilité de le faire si je le voulais ? Selon mes renseignements, la colère de Toumba est partie quand Dadis a voulu lui endosser seul la responsabilité du massacre du 28 septembre alors qu'en réalité, ce n'était pas lui. Certains opposants ont même confirmé que c'est Toumba qui les a sauvés la vie ce jour-là alors que d'autres militaires voulaient les éliminer "

Q : les commanditaires des crimes du stade ?

GSK : " Les véritables commanditaires de ce massacre de citoyens sont des officiers supérieurs et des civils ministres de la République à l’époque des faits qui ont refusé de dissuader Dadis d'envoyer les hommes au stade ce jour-là puisque ce n'était pas nécessaire. Mais, il y avait des gens qui voulaient vaille que vaille que le sang coule afin de pouvoir profiter de la situationParce que,  on dit souvent dans l'armée que lorsqu’un soldat reçoit un ordre, il doit l’exécuter sans murmure ni hésitation, l’autorité qui lui en donne en est entièrement responsable. Mais, tout ordre qui ne va pas dans l’intérêt supérieur de la Nation ne doit pas être exécuté, comme ce qui s’est passé le 28 septembre 2009 au stade. "

 Q : Alors qui sont ces individus,

GSK : Il y a des choses qui sont classées "secret défense", qu'il ne peut en parler en public. "Ce qui est sûr, c'est que tous ces éléments ont été identifiés et leurs noms se trouvent là ils doivent être  

 Q : pourquoi être sorti de votre réserve ?

GSK : " C'est pour un devoir de mémoire et surtout pour la manifestation de la vérité que j'ai décidé enfin de sortir de ma réserve sur ce dossier spécifique. Toumba ne saurait être le seul responsable de cette tuerie des civils, mais tous ceux qui étaient là et qui n’ont pas pu empêcher ces tuéries, en sont responsables aussi ".

Q : Que regrettez-vous de cette tumultueuse période de la transition,

GSK : " C'est le massacre d'innocents que je regrette alors que ceux qui étaient présents pouvaient l'empêcher. Moi, j'ai fait la guerre, j'ai perdu des hommes sur le terrain de combat et on les a enterrés sur le champ ; j'ai encore quelques tristes souvenirs qui me viennent en tête souvent. Mais, massacrer des civils qui manifestaient pacifiquement alors qu'on n'était pas en période de guerre, est vraiment regrettable et inhumain ",

Q : Avez-vous vraiment déposé une liste chez Fatou Bensouda (CPI) ?

« Affirmatif ! Il faut que la démagogie, le mensonge et la délation finissent dans notre pays. Les gens doivent prendre leur responsabilité devant l’histoire. (1)

Le général sékouba Konaté parle enfin. Il avait menacé il n’y a pas longtemps de réagir en « militaire » contre les attaques ciblées du gouvernement visant son entourage et lui-même.

Aujourd’hui tous les guinéens comprennent que Konaté est devenu persona non grata sur le sol qui l’a vu naître. Pas mieux loti que Bah Oury et tous les guinéens qui ne peuvent pas, pour raison de sécurité, mettre les pieds chez eux, dans une Guinée menée par un président dit « démocratiquement élu ». Espérons que Konaté reviendra en détail sur les circonstances de cette « élection ».

Ce n’est peut-être qu’un début, bien que beaucoup de guinéens pensent qu’il aurait dû l’avoir fait depuis longtemps.Il ne s'exclut pas non plus du groupe des responsables en parlant de "responsabilité collective de tous les membres du CNDD et du gouvernement de l'époque". Sur ce point, nous reconnaissons son courage, et la Justice (non guinéenne de préférence) tranchera. Car la nôtre actuelle  est une succursale du parti RPG, tout juste bonne à apposer son sceau et donner une forme légale aux documents préparés et présentés par l’Exécutif. Un grand pas vient incontestablement d’être franchi pour démêler un écheveau savamment entremêlé par la galaxie RPG et ses accointances dans le défunt CNDD. La nasse se resserre autour de certaines personnes, dont Dadis, qui sera bien obligé de parler pour sauver sa peau.

Les réactions dans les jours suivants nous en apprendrons probablement beaucoup sur le comportement actuel du RPG et de son chef Alpha Condé, surtout sur le blocage volontaire du processus démocratique, la création de foyers de tensions pour détourner l’attention, l’insécurité comme méthode de gouvernement,  les mensonges ininterrompus, etc.

Faut-il le rappeler, le but de la Justice, ce n'est pas une quelconque vengeance car trop de sang a coulé inutilement et injustement dans notre pays depuis 1958, mais de dire le droit.

Thierno A DIALLO

Entretien que vous trouverez en intégralité sur Guineenews

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.