chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : l'opposition voudrait revenir le lundi au Parlement !

Date de publication:2014-06-22 11:25:22

2014-06-22 11:23:07

Suite au brusque retrait de l’opposition du Parlement le lundi 9 juin 2014, nous avions écrit  ceci :

« Ce retrait de l’opposition du Parlement est-il un signe de rupture ou bien s’agit-il du zigzag habituel et inutile de nos anciens ministres leaders ? » (Lire).

Encore une fois, l'opposition guinéenne vient de tomber dans son propre piège. Elle a décidé de reprendre lundi prochain les travaux à l'Assemblée nationale, rentrant  par la petite porte. En effet, il aura fallu qu'elle négocie discrètement ce retour avec le président de l'Assemblée qui a accepté de jouer le jeu en invitant par écrit le PM à ouvrir un cadre de dialogue. Ce, après que le pouvoir ait pu faire passer tout ce qui lui était utile sans l’opposition : la loi sur Simandou et le passage du PM devant l’Assemblée Nationale.

Comme une femme qui quitte d’elle-même le foyer et qui se demande comment y revenir, notre opposition a servi un spectacle ridicule propre aux cadres et responsables pourris et sans personnalté de la Guinée.

D’abord, ils participent en cachète aux travaux du Parlement pour ne pas perdre les primes de présence ou de participation (Lire).

Le jeudi 19 juin 2014, les  femmes des trois groupes parlementaires (mouvance, libéraux-démocrates, alliance républicaine et Djalikatou Diallo qui trahit le PEDN pour se vendre à Alpha Condé) ont rencontré les Présidents des deux groupes parlementaires de l’opposition (le Dr. Ibrahima Deen Touré et le Dr. Fodé Oussou Fofana) pour leur demander de ramener les hommes parlementaires à l’Assemblée Nationale.

Ces femmes du RPG-arc-ciel, de l’UFDG, de l’UFR etc. se disent médiatrices entre l’opposition et le pouvoir, comme si elles n’appartenaient pas elles-mêmes à la mouvance du pouvoir ou à l’opposition !

« Vous nous manquez à l’hémicycle » auraient-elles crié à l’endroit des hommes de l’opposition. On voit même Nanfadima Magassouba du RPG parler au nom des femmes de l’UFR et de l’UFDG.

Pour Djènè Saran de la mouvance « Cette situation inquiète les populations dans les quartiers. Les gens ont peur d’un retour aux manifestations de rues dans la capitale. En tant que mère de famille, on ne peut pas s’asseoir comme ça, sans rien faire ».

Ces dames sont donc en mission d’Alpha Condé dans cette manœuvre ! C’est la conséquence de laisser des femmes de niveau et de conviction pour aller ramasser des ménagères et des concubines et en faire des « représentantes » du peuple. C’est un déshonneur pour la Guinée !

Réponse du Président du groupe parlementaire des libéraux-Démocrates, le Dr. Fodé Oussou Fofana : « Nous n’avons pas de problème avec l’Assemblée Nationale, c’est avec le Pouvoir » (Lire).

Pourquoi alors avoir quitté le Parlement ? Kory Koundiano et la majorité de l’Assemblée Nationale ne sont-ils pas du pouvoir ?

Pour aider nos opposants incohérents et inconséquents à garder un peu la face en revenant sans avoir rien obtenu, Alhassane Condé convoque la classe politique à une rencontre qui doit se tenir lundi au Palais du peuple dans le but de faire une nouvelle lecture des accords du 3 juillet 2013, celle d'Alpha Condé.

Ces dames autoproclamées Médiatrices nationales ont-elles fait des démarches pour les prisonniers politiques et en faveur de la justice pour les victimes et les Guinéens qui ont perdu des proches et des biens ?

Quant aux "Gnagadas" (vilaines dames) du RPG qui se disent mères de famille en Guinée, l’histoire n’oubliera pas le rôle indigne et criminel qu’elles ont joué en 2010 quand leurs enfants, frères, maris et amants s’attaquaient à des innocentes familles peules dans les fiefs du RPG (En Haute Guinée, en Forêt et à Matoto à Conakry). En Effet, lors de la chasse aux Peuls en octobre 2010, elles se mobilisèrent massivement et sans gène pour bloquer Alpha Condé et l’empêcher de faire appel au calme et à la paix, quand la communauté internationale avait demandé aux deux leaders candidats (Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo) d'intervenir dans ce sens pour éviter une guerre intercommunautaire en Guinée.

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.