chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Congo : comme en 1993, Denis Sasso Nguesso reprend sa bonne veille recette

Date de publication:2014-06-24 17:28:46

2014-06-24 17:26:18

Pour nous, il n'a jamais fait l'ombre d'un doute que Denis Sassou Ngguesso qui veut modifier coûte que coûte sa Constitution contre la volonté du peuple congolais a absolument besoin de trouver un moyen de mettre les Congolais d'accord avec lui et le meilleur moyen qui vaille aujourd'hui c'est de faire la chasse aux "zaïrois" (nos Frères Congolais de la RDC), qui n'ont malheureusement pas toujours eu une très bonne image auprès de leurs Frères du Congo-Brazzaville. 

Connaissant les méthodes de ce vieux dictateur sanguinaire et corrompu, nous savions qu'il allait utiliser sa bonne vielle recette qui consiste à orchestrer lui-même des morts atroces pour susciter l'émotion auprès de la population et de mettre cela sur le dos des cibles, ici en l'occurrence, "les Zaïrois".

Et c'est exactement ce qu'il a fait en organisant lui-même par ses hommes l'agression et le meurtre sauvage d'un couple de Congolais (de Brazzaville) qui se rendait à la maternité pour un accouchement en partant du quartier Massengo au nord de Brazzaville (un choix qui n'est pas anodin puisqu'il lui faut absolument resserrer les rangs en jouant sur la fibre du nord, chacun l'aura bien compris). 

L'homme et son épouse ont ainsi été sauvagement assassinés (l'homme a été décapité, la femme enceinte a été violée puis éventrée et le bébé sorti du ventre de sa mère avant d'être tué également).

Ainsi donc ce malheureux couple et leur bébé ont été ignominieusement sacrifiés par Denis Sassou Nguesso dans le seul but de provoquer une grande émotion chez les populations notamment les populations dites du nord et susciter ainsi leur adhésion à cette funeste opération qualifiée de "MBATA YA MOKOLO" (la gifle du grand-frère). 

L'effet recherché étant bien évidemment de faire croire aux populations qu'il (Sassou Nguesso) s'en prend aux "Zaïrois" pour les protéger de leurs agissements (vols, viols et autres actes de violence imputés, à tord ou à raison, aux "Zaïrois" et qui exacerbent les populations); ce qui, selon ses calculs machiavéliques, lui permettrait de gagner l'estime desdites populations et justifier ainsi sa théorie qui consiste à faire croire au monde entier que c'est le peuple qui le réclame et lui demande de modifier la Constitution.

Et comme il fallait s'y attendre, pour une fois depuis bien longtemps, une grande partie de Congolais (qui n'ont encore rien compris) sont d'accord avec lui et soutiennent cette funeste opération à cause de cette ignominie qui a été injustement attribuée aux "Zaïrois" et de toute la violence qui s'en est suivie.

En clair, l'élément déclencheur de cette opération "MBATA YA MOKOLO" est cet assassinat crapuleux orchestré par Denis Sassou Nguesso lui-même et ses hommes et qui a été mis sur le dos des "bandits Zaïrois" pour des raisons de calculs politiques en vue de la modification de la Constitution. 

L'autre volet caché de cette opération anti-Zaïrois est bien évidement de marquer les esprits (fragiles) et prévenir ainsi à envoyer un message très subtil aux populations congolaises que s'il (sassou) est capable de frapper les "Zaïrois" (comme il l’a fait recemment au colonel Marcel Ntsourou) qui les terrorisent et les tuent, alors elles n'auront qu'à bien se tenir et le laisser modifier tranquillement sa Constitution.

Autrement dit, son deuxième message en direction des populations congolaises à travers cette opération "MBATA YA MOKOLO" est le suivant : En cas de manifestations dans les rues pour contester contre la modification de la Constitution, il n'hésitera pas à frapper dur, voire à réprimer dans le sang.  

Il s'agit donc bien d'une opération destinée à frapper les esprits (faibles) en jouant sur le psychique des Congolais.

Et visiblement, nombreux sont ceux qui sont tombés dans son panneau (comme d'habitude) et n’ont absolument rien compris de ce pittoresque stratagème.

Je rappelle qu’en 1993, Denis Sassou Nguesso avait déjà utilisé ce même stratagème pour provoquer la guerre entre les Laris de Bernard Kolelas et les Nibolek de Pascal Lissouba. Il avait fait tuer et brûler par ses hommes un couple de Laris dans le quartier de Moutabala et avait imputé cette monstruosité aux Nibolek ; ce qui avait immédiatement déclenché l’ire des Ba kongo et ce fut le point de départ de ces vioents affrontements qui avaient opposé ces deux communautés dans les quartiers sud de Brazzaville, en 1993.  

Mais fort heureusement, Sassou Nguesso ne pourra jamais tromper tout le monde.

 

Bienvenu MABILEMONO

S.G du Mouvement pour l'Unité et le développement du Congo - M.U.D.C 

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.