chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Guinée: le MSD crée la panique au sein du pouvoir et de l’opposition

Date de publication:2014-06-24 17:38:57

2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info


Commentaires


2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info

2014-06-24 17:38:57 camara

2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info

2014-06-24 17:38:57 M. Camara

2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info

2014-06-24 17:38:57 Oumou

2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info

2014-06-24 17:38:57 Madina

2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info

2014-06-24 17:38:57 Ibrahima2

2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info

2014-06-24 17:38:57 Doumbouya

2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info

2014-06-24 17:38:57 Barry Kadiatou

2014-06-24 17:32:19

De nos jours, il y a une opinion largement partagée dans les milieux médiatiques et intellectuels de notre pays : « Le régime RPG d’Alpha Condé tire sa force de l’amateurisme politique, de la faiblesse et de l’incohérence de l’opposition dirigée par des anciens Premiers ministres de Lansana Conté.»

La concrétisation du projet de Diallo Sadakaadji de venir dans l’arène politique avec le motif que l’opposition cautionne et légitime les manœuvres d’Alpha Condé, crée la panique tant au sein du RPG au pouvoir que de l’UFDG à la tête de l’opposition. 

Ce mardi 24 juin 2014, la venue de l’homme d’affaires guinéen en politique est le sujet sur tous les médias de la capitale. Même RFI en a largement parlé ce  matin.

Un autre argument qui trouve l’approbation de la majorité des Guinéens est que pour un vrai changement, le pays a besoin de nouvelles personnes en politique, ceux du pouvoir et de l’opposition actuels étant des collègues voire des amis fondateurs, serviteurs zélés ou militants de l’ancien parti au pouvoir PUP.

Victor Onipogui, secrétaire à l'organisation du MSD (Lire 1 & 2):

« Nous avons été très longtemps des observateurs. Après le temps d'observation, nous avons décidé d'agir parce que depuis les indépendances à nos jours, ce sont les mêmes qui vont, et qui reviennent ». 

« La Guinée ne se limite pas au face-à-face RPG - UFDG. La Guinée, c'est autre chose que les deux-là. Il faut oublier les deux-là parce que les deux sont inefficaces. Les premiers mentent et les deuxièmes acceptent le mensonge ».

De quoi inquiéter les deux partis leaders du pays au point de faire changer les discours à certains. Tenez ! Dans l’émission de ce matin de la radio Chérie FM Guinée, après l’intervention très appréciée de Sadio Barry, les représentants du parti au pouvoir RPG iront jusqu’à dire que les Sadakaadji et Sadio Barry ont cessé de soutenir le leader politique Cellou Dalein Diallo parce que ce dernier est patriote et œuvre pour la paix et l’entente en Guinée, en allant toujours vers le pouvoir pour trouver des solutions en cas de crise.

Cette nouvelle rhétorique confirme l’information confidentielle que notre collègue Namory Condé a reçue au sortir d’un entretien de haut niveau des barons du RPG sur la nouvelle donne politique qu’engendre le MSD. Alpha Condé et ses lieutenants auraient conclu qu’il faut vite trouver un terrain d’entente avec l’opposition guinéenne dirigée par Cellou Dalein Diallo et aller aux élections communales avant que le parti de Sadakaadji ne gagne du terrain. Car, selon eux, si le MSD participe et fait bon score aux communales, ce ne serait plus à l’UFDG et à Cellou Dalein que le RPG et Alpha Condé feront face à la présidentielle de 2015, mais au MSD et à Sadakaadji contre lesquels ils n’auront aucune chance, malgré les atouts qu’ils ont aujourd’hui.

« Ces gens seront prêts à se battre et à déclencher une intervention internationale en Guinée que de nous laisser contrôler la situation comme cela est possible avec Dalein », aurait déclaré Alpha Condé qui ordonna à son ministre de l’Administration d’arranger rapidement la situation avec l’opposition parlementaire.

Ainsi, on ne sera pas étonné, les jours prochains, de voir le pouvoir prendre en compte certaines propositions de l’opposition, essentiellement axées sur l’organisation des élections communales et communautaires.

D'ores et déjà, les stratèges du pouvoir se demandent comment barrer la route au leader Diallo Sadakaadji afin de l’empêcher de rentrer en Guinée. Dans l’émission, un représentant du RPG fera entendre que l’homme d’affaires se cache derrière un parti politique pour échapper à l’arrestation après avoir participé au soi-disant attentat contre la vie du Président le 19 juillet 2011.

La réplique de Sadio Barry fut pédagogique et cinglante à la fois pour les représentants du parti au pouvoir. Il rappellera à ses interlocuteurs que c’est Alpha Condé, fonctionnant comme une machine programmée ethniquement, qui avait personnellement accusé les personnalités qu’il redoutait le plus en Guinée : AOB (le militaire), Bah Oury (le politique) et Diallo Sadakaadji (l’opérateur économique). Mais, ajoutera-t-il, la justice qui avait statué en toute indépendance sur la question avait conclu un non-lieu et innocenté tous les accusés. C’est le président Alpha Condé, se servant de sa position, qui a engagé un recours contre ceux qu’il pouvait accuser de vouloir prendre sa place, c'est-à-dire les militaires, les leaders et les activistes politiques. Dans cette nouvelle procédure judiciaire, il n’a plus été question de Diallo Sadakaadji pour lequel les conclusions du premier jugement ont juridiquement pris effet au terme du délai de recours avant même le second procès. Raison pour laquelle l’homme d’affaires Diallo Sadakaadji n’a aucune charge contre lui en Guinée et n’est plus accusable par le RPG que dans un nouveau complot qu’ils peuvent bien imaginer : celui de réussir à entrer dans l’arène politique malgré les barricades et les manœuvres du pouvoir pour l’empêcher.

Sadio Barry enfoncera le clou en rappelant l’attentat contre le Président Lansana Conté à Enco 5, un quartier de la capitale Conakry. Attentat qui fut organisé par Alpha Condé le mercredi 19 janvier 2005, jour de la célébration du premier anniversaire de la réélection de son adversaire Lansana Conté le 19 janvier 2004. En effet, le président Conté avait été réélu pour un nouveau mandat de sept ans en décembre 2003, à l’issue d’une élection boycottée par les principaux partis de l’opposition dont le RPG d’Alpha Condé qui ne devrait plus, en vertu de la Constitution approuvée par son propre parti en 1990, avoir le droit d’être candidat à une présidentielle après le mandat entamé de Lansana Conté.

Ironie du sort : ce sont les anciens ministres du général Conté, leaders des forces vives, qui feront modifier la Constitution guinéenne pour permettre à Alpha Condé d’être Président en Guinée.

 

Lamine Soumah,
Depuis Conakry pour Guineepresse.info

2014-06-24 17:38:57 guineen
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.