chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée: accords politiques ou trompérie habituelle d’Alpha Condé et du RPG

Date de publication:2014-07-13 07:19:13

2014-07-13 06:53:49

Le 5 juillet 2014, notre équipe, guineepresse.info, exprimait son étonnement qu’un simple établissement de l’ordre du jour pour le dialogue politique ait suffit à l’opposition pour lâcher prise. Au pays, l’opposition et le pouvoir se félicitaient tous deux du succès obtenu en deux jours de rencontre seulement (Lire).

Dans l'émission du 8 juillet de la radio Chérie FM Guinée, notre administrateur Sadio Barry sembla être le seul à ne pas y croire, au risque de fâcher les deux camps (Ecoutez, ci-dessous, la séquence de l’émission).

Guineepresse.info n’a jamais cessé de mettre l’opposition en garde par rapport à un régime dont le manque de sérieux des dirigeants est connu du monde entier aujourd’hui. Notre dernière mise en garde est survenue le 10 juillet (Lire).

Le 12 juillet, c’est l’opposition elle-même qui nous apprend qu’à nouveau, elle a été trompée par le pouvoir (Lire). D’après une information confidentielle que nous avons reçue hier, Alpha Condé avait piqué une colère en apprenant les conclusions du nouveau dialogue politique qui ne sont autres que les termes des accords du 3 juillet 2013. Le chef de l’Etat et Président du RPG, Alpha Condé, aurait intimé l’ordre à ses ministres de revenir sur leurs engagements conformément à ses instructions à la Ceni le 16 avril 2014 quand il rencontra Bakary Fofana et les commissaires de la mouvance en catimini.

Radio Chérie FM Guinée: "accords politiques en deux jours"

Tant que l’opposition ne mobilise pas toutes les couches sociales pour demander le départ d’Alpha Condé et une nouvelle transition démocratique en Guinée (sans Alpha Condé), comme ce fut le cas pour Dadis et le CNDD, notre pays restera dans une crise politique sans fin avec des risques grandissant de conflits intercommunautaires. Les raisons pour engager un processus populaire de destitution d’Alpha Condé ne finissent pas :

  • Le non respect de la Constitution et des lois du pays. Dans son N° 684 du 11/06/2014, le journal international « La lettre du continent » titrait lui-même "CONAKRY : Condé au-dessus des lois". Dénonçant des faits qui devraient préoccuper l’opposition.
  • Nous n’avons pas une juridiction compétente au pays qui peut rappeler le chef de l’Etat à l’ordre ou prononcer sa destitution.
  • Alpha Condé est un facteur d’instabilité sociopolitique et de destruction pour la nation guinéenne.

Par ailleurs, si rien n'est fait pour l'organisation correcte des élections communales et présidentielles jusqu'à l'échéance en 2015 du mandat présidentiel en cours, Alpha Condé redevient automatiquement un simple citoyen en Guinée. Dans ce cas, une nouvelle transition va s'imposer avec une institution neutre pour organiser les élections auxquelles Alpha Condé ne doit pas être autorisé à être candidat pour cause de violation grave de la Constitution et des Lois de la République.

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.