chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : l’épidémie Ebola ferait-elle partie des stratégies d’Alpha Condé pour son maintien au pouvoir en 2015

Date de publication:2014-07-17 19:16:32

2014-07-17 19:14:44

Les Guinéens sont tellement convaincus du diabolisme d’Alpha Condé et du fait qu’il soit prêt à tout pour se maintenir au pouvoir, que beaucoup pensent que c’est lui qui a lâché le virus Ebola dans le sud du pays pour empêcher ou faire repousser les élections communales et la présidentielle 2015. Si cela est discutable, une chose apparaît cependant certaine aujourd’hui: le manque de volonté du pouvoir à éradiquer l’épidémie.

D’abord, malgré les connaissances du danger mortel et des risques de propagation rapide du virus, le pouvoir condé a tout fait pour cacher la vérité à l’opinion nationale et internationale, favorisant l’émergence de plusieurs foyers de la maladie. Ce qui retarda l’aide à la Guinée pour freiner la propagation du virus. Ainsi, le virus a eu le temps d’atteindre le nord de la Guinée et des pays voisins.

Au lieu de remercier et encourager les pays et organisations venus aux secours des Guinéens, le régime RPG et le Président Alpha Condé en personne attaquent et diffament plutôt les Sénégalais et "Médecins sans frontière".

C’est la première fois, depuis la première guerre mondiale, qu’une épidémie déclarée dont le vecteur et les mécanismes de propagation sont connus, continue de faire des ravages et se propage plus de 8 mois après l’identification formelle du virus. Jusqu’à la date d’aujourd’hui, ceux qui aident sur le terrain se plaignent du manque de moyens et se confrontent à des hostilités des groupuscules proches du parti au pouvoir qui les agressent et s’attaquent à leurs installations pour lutter contre l’épidémie.

Après la Sierra Léone et le Libéria, c’est au Mali voisin qu’on signale Ebola : un premier décès est constaté, pas loin de la frontière guinéenne.

« L'ampleur de cette catastrophe dont les chiffres officiels ne prennent pas en compte les centaines de victimes des petits dispensaires est un risque majeur. L’ONG "Médecin sans Frontière" tire la sirène d'alarme auprès des autorités européennes, tout comme l'OMS », déclare notre source proche des autorités françaises.

Cette irresponsabilité du régime RPG pourrait conduire à l’exclusion des Guinéens du Pèlerinage de cette année. Ce qui n’était jamais arrivé aux Guinéens avant le règne d’Alpha Condé. Mais le pire est à venir pour les Guinéens.

En effet, selon notre source européenne, devant le drame de l'épidémie du virus Ebola, il se prépare une coordination internationale afin de dresser un réel cordon sanitaire autour la Guinée, Le Libéria et la Sierra Leone.

Les occidentaux commencent à être très inquiets de la situation qui perdure en Guinée qui, avec le temps, peut devenir une source de contagion pour le monde entier. Cette inquiétude est plus grande du côté français, pays qui a une liaison quotidienne avec la Guinée et des troupes dans le Mali voisin.

Actuellement, les gouvernements européens, la Commission européenne, l'Arabie Saoudite, et les ONG se consulteraient pour mettre en place un cordon sanitaire fort autour de la Guinée avant la fin du Ramadan. Le mardi 15 juillet, des réunions informelles ont eu lieu à Paris avec des personnalités diverses (ministres, parlementaires et ONG internationales) dans ce sens.

Ils seraient étonnés de constater que l'opposition guinéenne ne fait aucune déclaration de bon sens politique sur la gravité de la situation dramatique de cette épidémie et alerter elle-même les autorités internationales.

« Ignorer ce drame sans précédant en Afrique de l’Ouest est une faute politique majeure, voir impardonnable pour les leaders politiques guinéens. N’oublions pas, par ailleurs, que le 6 décembre 2015 les élections régionales auront lieu en France. A 16 mois des présidentielles françaises. Nous serons donc loin en France, des préoccupations de l'opposition guinéenne et des manœuvres d'Alpha Condé », conclut notre informateur.

A la fin du mois de Ramadan, les Guinéens pourraient donc se retrouver en quarantaine pour plusieurs mois.

Nous savons tous qu’une fois des mesures sont prises au niveau international, leur suspension prend du temps, même après la disparition des causes qui ont conduit à la prise de ces mesures.

Cette mise en quarantaine de la Guinée pourrait bien être l’objectif d’Alpha Condé et des mafieux étrangers qui sont avec lui. Parce qu’ainsi, les Guinéens seront abandonnés à eux-mêmes en période électorale fin 2014 - année 2015.

Aucune délégation internationale ne serait envoyée pour superviser les élections dans un pays en quarantaine. Aucun gouvernement occidental ne prendra des risques de ce côté-là, craint notre interlocuteur.

Le "jumeaux du Président" Bernard Kouchner, actuellement détenteur de passeport guinéen aussi, est médecin et homme politique européen. Il savait donc à quoi la Guinée s’exposerait si le pouvoir laisse l’épidémie Ebola se propager. Malgré tout, on en est arrivé là !

Avec la quarantaine, le peuple de Guinée souffrira, mais Alpha Condé aurait tout le loisir qu'il faut pour organiser sa réélection comme bon lui semble en 2015. Ou bien obtenir le report indéfini de l’élection avec l’aval de la communauté internationale et de l’opposition guinéenne.

On est donc en droit de croire aujourd’hui que la persistance de cette épidémie d’Ebola en Guinée n’est pas fortuite.

Alpha Condé qui aura accepté l’isolement de la Guinée et qui aura pleinement coopéré dans ce sens sera gratifié par l’OMS et les gouvernements occidentaux qui s’empresseront de cautionner son maintien au pouvoir.

Alpha Condé est responsable de la mauvaise gestion de cette épidémie. Il ne doit donc pas en tirer un profit politique.

L’opposition guinéenne doit tenir compte de tous les facteurs énumérés ci-dessus et obtenir ce qu’il faut (une feuille de route électorale et un calendrier précis de l’organisation des élections) avant qu’il ne soit trop tard. Le non respect d’un point de la feuille de route doit entraîner la demande du départ immédiat du défaillant Alpha Condé, par des moyens de pression concrets et non simplement par des communiqués de lamentations habituelles.

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.