chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

La République prise en otage par les oligarques politiques

Date de publication:2014-07-18 07:22:32

2014-07-18 07:20:54

Le retrait, ensuite le retour de l’opposition à l’assemblée nationale marque avec beaucoup de signification le manque de sérieux et de responsabilité de nos acteurs politiques. On n’a guère remarqué que le changement  politique de 2010 n’a entraîné aucun changement dans le paysage sociopolitique du pays. Année après année les choses s’empirent de manière exponentielle rendant l’horizon plus assombri pour la grande majorité de guinéens. Il n’ y a aucune volonté politique de la part d’Alpha Condé et de ses ex-collègues de l’opposition de renforcer les fondements de la République. Par leur attitude, ils confirment qu’ils ne sont point là pour l’encrage de la démocratie dans les mentalités guinéennes mais plutôt pour encourager et perpétuer le rituel oligarchique au sommet de l’Etat, c'est-à-dire amasser et monopoliser toutes les richesses du pays.

La République de Guinée est prise en otage par un petit groupe d’oligarques politiques qui n’existe et ne vit qu’au dépend de l’Etat guinéen. Pratiquement tous, qu’ils soient de la mouvance ou de l’opposition ont abusé de leur statut ou de leur position politique pour détourner de l’argent public. Ils n’ont aucune volonté de faire respecter les lois et de servir loyalement la République. Ils sont les premiers à les violer pour satisfaire leur appétit égoïste.  Sur ce plan, Alpha Condé excelle, il a commencé son mandat en violant la constitution du  pays avec sa décision de suspendre des élus locaux et en tenant des discours ethniques qui  ont sans aucun doute fragilisé l’unité nationale. Aujourd’hui Alpha Condé incarne la malhonnêteté des politiques guinéens qui servent la République. Lui qui, pendant plusieurs années vociférait des injures à l’encontre de feu Lansana Conté pour mauvaise gouvernance et violations des droits humains, fait pire que ce dernier. C’est lui la grande déception du peuple de Guinée qui avait accepté son imposition à la tête de l’Etat parce qu’il était « nouveau ». 

Alpha Condé et  ses opposants  mettent la République en péril, ils refusent délibérément de mettre le pays sur le chemin d’une démocratie constructive susceptible de faire oublier au peuple toutes les années d’injustice sociale et de misère. L’attitude de ces politiques n’augure aucune sérénité pour les années qui viennent en Guinée.  Aujourd’hui, Alpha fait pire que ses propres opposants en surfant sur la fibre ethnique pour masquer son incapacité à gérer et à garantir l’unité nationale. Ceux qui croient qu’Alpha Condé est capable de sortir la Guinée de sa crise sont eux-mêmes complices de la situation et trompent toujours le peuple de Guinée. Alpha Condé et ses hommes fonctionnent comme tous ceux qui ont servi la République depuis l’indépendance. La preuve, ils refusent de rendre compte au peuple et de se justifier. Son ex-directeur national des audits, en trois ans de service n’a rendu aucune note officielle sur son travail. Ce dernier s’énerve même quand les journalistes l’interpellent sur ce dossier.

Rappelons-le au passage qu’Alpha utilise les mêmes hommes que Sékou Touré et Lansana Conté ont utilisés ; et les rares nouvelles personnes  qu’il a introduites dans l’administration font pires que les autres. Ça dit tout sur sa volonté de changer les habitudes en Guinée.

Aujourd’hui, il faut le dire, le crier haut et fort, l’opposition et la mouvance sont complices de tous les manquements au sommet de l’Etat. Pour eux le fonctionnement de la République est un bras de fer que le plus fort remporte toujours et le peuple récolte les conséquences collatérales. Le président n’est pas Président de la République mais président d’un club mafieux qui spolie les richesses du pays et bradent toutes les ressources naturelles pour se remplir les poches aussi longtemps que le peuple fermera les yeux et gardera le silence.

Maintenant que reste-il à faire pour sauver la République des mains d’Alpha et de ses opposants?

Nous avons toujours le choix, agir maintenant ou patienter encore. La thérapie collective s’impose aujourd’hui pour guérir les maux de la République.

Qu’Allah nous guide vers un lendemain meilleur. Amen !

Marwane Diallo

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.