chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : adieu Philippe Van Damme et bienvenue à Gerardus Gielen !

Date de publication:2014-07-23 10:15:07

2014-07-23 10:11:37

Mme Catherine Ashton, haute représentante de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité et vice-présidente de la Commission, l’avait annoncé le 15 juin 2014 : le néerlandais M. Gerardus Gielen a été nommé chef de la délégation de l’UE en Guinée en remplacement du belge Philippe Van Damme qui, lui, est muté chez Robert Mugabé au Zimbabwe.  Une bonne chute pour un ami du communiste Alpha Condé.

M. Gerardus GIELEN était en poste à Bruxelles, à la tête de l'unité de la Commission chargée de la planification et de la coordination horizontale de la coopération avec les pays ACP. Il a déjà fait le Burkina Faso, le Bénin et la Guinée-Bissau.

A part le Burkina, patrie d’Alpha Condé qui continue de résister fortement à la démocratie, les processus électoraux ont été relativement équitables dans tous les deux autres pays. On peut donc espérer qu’avec Gerardus Gielen, la Guinée a de meilleures chances qu’avec son prédécesseur Philippe Van Damme qui, par peur d’être renvoyé par le dictateur Alpha Condé qui l’avait menacé dans ce sens le mercredi 07.09.2011 (Lire), a fini par se faire passer pour un fan du RPG et ami du dictateur Condé dont il décidera de soutenir les projets électoraux pour rester à son poste en Guinée (Lire 1 & 2).

Après les législatives du 28 septembre 2013, Philippe Van Damme a adressé, à la Ceni et au gouvernement guinéen, des propositions constructives des experts de l’Union européenne pour la correction des anomalies constatées lors des législatives et la bonne organisation des futures élections en Guinée. Le mercredi 16 avril 2014, Alpha Condé réagit en rencontrant, en catimini, les commissaires de la Ceni issus de la mouvance, de l’administration et de la société civile, à l’insu de ceux de l’opposition qui a volontairement accepté d’y être minoritaire en 2012 après 12 morts des militants UFDG pour la mise en place d’une Ceni neutre. Les anciens PM leaders de l’opposition ont fait ce cadeau au pouvoir pour qu’on puisse aller vite aux législatives. Alpha Condé prendra la Ceni et se donnera le temps pour organiser sa fraude en fin 2013, après plus de 400 victimes par balles dont 157 morts .

Le chef de l’Etat donnera des instructions claires et fermes aux acteurs de la Ceni qu’il a réunis: rejeter les propositions de l’Union européenne et ne plus accepter d’être assisté par des experts européens dans la gestion électorale.

Philippe Van Damme se tourne vers l’Assemblée nationale en allant soumettre les propositions d’amélioration de la loi électorale pour garantir une bonne organisation des futures élections. Alpha Condé se fâche et convoque le Président du Parlement, Kory Koundiano, pour qu’il s’explique du fait d’avoir reçu le délégué européen sans d’abord en parler avec lui (le chef de l’Etat) quand M. Van Damme a voulu cette rencontre. Le chef de l’Etat interdira également au Président du Parlement de tenir compte des propositions européennes et de recevoir à nouveau un représentant de l’UE sans son autorisation.

Il faut rappeler qu’en 2010, la Commission européenne avait correctement aidé la Guinée pour une transition équitable et apaisée en faveur d’une véritable démocratie. Elle recommandera à la classe politique de suivre la voie normale et constitutionnelle en allant aux législatives d’abord pour avoir un vrai Parlement démocratique et représentatif avant la présidentielle et elle soutiendra l’idée de l’envoi d’une force étrangère neutre en Guinée pour la sécurité des leaders et de la population jusqu’à la fin de la transition. Les forces vives avaient demandé une telle force lors de la rencontre d’Abuja en 2009. Malheureusement, les leaders Cellou Dalein Diallo et Sidiya Touré suivront la volonté d’Alpha Condé de faire inverser l’ordre des élections et de constituer la force de sécurité neutre en recrutant ses éléments dans les mêmes forces guinéennes ethniquement partiales qui ont perpétré le crime contre l’Humanité sur leur propre peuple (essentiellement dirigé contre l’ethnie peule) le 28 septembre 2009.

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.