chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Le rendez-vous des bilans !

Date de publication:2014-07-28 20:22:55

2014-07-28 20:20:35 

Le rendez-vous des bilans qui se tenait chaque année sous le premier régime était lancé sur convocation du conseil National de la révolution (CNR). C’était un moment particulier où toutes les entreprises nationales et autres structures rurales étaient conviées pour la présentation de leur résultat annuel (Bilan) au "Responsable suprême de la révolution" dans l’enceinte du palais du peuple à Conakry. Gare aux absents et aux défaillants !

Tour à tour, pendant plusieurs semaines, chaque responsable d’entité prenait le micro pour défendre son "mensonge", du moins pour la majorité des cadres qui passaient à l’oral.

Il ne fallait surtout pas se hasarder à  invoquer un échec  sauf pour des cas de difficultés rencontrées mais immédiatement surmontées grâce aux enseignements clairvoyants du " de l’homme infaillible ".C’est ainsi que la plus part des cadres apprirent à mentir pour sauver

leur peau. Qui est fou ?

Plus le mensonge était gros, plus il y avait des acclamations nourries à la grande satisfaction du "Commandant en chef des forces armées populaires et révolutionnaires de Guinée". La révolution"Trans croissante"  était en marche vers une victoire éclatante, rien ne pouvait l’arrêter !

Ceux qui ne savaient pas jouer leur partition dans ce théâtre géant courraient le risque de passer à la trappe, parce que naïfs, ils ne se rendaient pas compte qu’il ne fallait  contredire ou humilier le "Père de la Nation ". La victoire devait être éclatante pour que "Vive la Révolution " !

Il n’était donc pas étonnant d’entendre des responsables  d’entité agricole affirmer à haute et intelligible voix avoir réalisé des milliers d’hectares  de  champ de riz ou d’arachides avec des récoltes  de l’ordre de dizaines de milliers de tonnes.

Tous ces tonnages, les uns additionnés aux autres auraient peut-être pu nourrir une partie du continent. Cependant  les importations de céréales en particulier le riz  dont le niveau d’importation ne baissait pas, au contraire, continuait à alimenter le fameux "ravitaillement" comme en temps de guerre.

Tous les mois, chaque citoyen se rendait au chef-lieu de son quartier pour faire la queue dans la rue exposé au soleil ou à la pluie afin de toucher contre quelques milliers de sylis (ancienne monnaie de singe), un sac de 50 kg  de  riz de mauvaise qualité et quatre ou cinq kilos de sucre de marque "Bittsocker"  presque insoluble dans l’eau chaude. Il arrivait parfois que  la tasse de kinkéliba se renversa sous la pression des efforts déployés à casser les morceaux de sucre.

Pour le lait concentré sucré, il ne pouvait couler tout seul lorsque la boîte était percée. Il fallait l’ouvrir entièrement et user d’une cuillère pour  le peller. Toutes ces denrées venaient des pays "amis"de l’est et semblaient être fortement subventionnés, pareil  pour  lefuel.

Evidemment une partie du ravitaillement se retrouvait sur le marché noir avec  la complicité des responsables  de quartier  (le système D).

Pour en revenir au rendez-vous des bilans, on ne pouvait et ne devait qu’avoir un résultat plus que positif, c'est-à-dire exceptionnel, car quiconque s’inspirait des tomes de AST dispensant l’enseignement révolutionnaire ne pouvait que réussir à moins  qu’il ne soit un contre révolutionnaire tapis dans l’ombre , ayant des visées subversives. "A bas les saboteurs    A bas la contre révolution " !

"L’impérialisme trouvera son tombeau en Guinée" ! Tels étaient les slogans usités à l’époque.

Par  ces tissus de mensonges, les responsables de structures pouvaient se donner un répit  jusqu’à la prochaine session du conseil national de la révolution une année après. Pour l’année en cours, on pouvait estimer que le Peuple avait pu être amadoué et son président satisfait!

Ceci étant, le "responsable suprême de la révolution" n’était pas dupe sur  tout ce qui se déroulait au cours de ces  échanges, l’honneur étant sauvé et le peuple amadoué. La fuite en avant…….. Jusqu’à la révolte des femmes en août 1977 où le vase déborda  (Ha …les femmes

hum, n’en faites vos ennemis….si non…), sonnant le glas du régime qui disparut peu après.

Les autres régimes qui suivirent  eurent en commun la corruption et les massacres  de citoyens  lors des diverses  manifestations consécutives à l’avènement du vent de la démocratie.

C’est  pourquoi un tableau sombre,  cumul des bilans négatifs de « Nènè Laguinè » depuis  l’indépendance jusqu’à nos jours est schématisé plus bas:

Vous remarquerez   que le  poste  créances  est  imputé  à son  débit par les promesses électorales, pourquoi ? Tout simplement parce que"une promesse est une dette". On doit beaucoup au  Guinéens n’est-ce pas ? Elles constituent ici toutes les créances du pays ou du Peuple vis-à-vis de tous les régimes passés  ainsi que celui de Condé Alfa.

BILAN CUMULE  (sauf erreur ou omission)

ACTIF

Immobilisations  incorporelles:

Frais d’établissement  (frais d’indépendance !)  = 0 francs,(Octroyé par De Gaule sans frais)

Frais de recherche et développement  =  peu de recherches, faute de moyen

Brevet, marques : Inexistants (pas d’innovation)

Droits miniers :  bradée

Immobilisations corporelles :

Terrains miniers :  (:pas de transformation)  =  Pas de valeur ajoutée

Infrastructures :    Faibles (Peu d’hôtels, routes, complexes sportifs, préfectures enclavées   Ponts, logements inexistants etc.)

Actifs circulants :

Stock : insuffisant (Production)

Créances douteuses : (Promesses électorales que tous les dirigeants Doivent  aux Guinéens depuis 1958)

Trésorerie :    Peu de ressources, baisse des recettes fiscales et douanières Initiative  PPTE  non applicable pour déficit de recettes  devant être  devant être redirigées  vers  les investissements (Services sociaux de base)

TOTAL  ACTIF =  Bien être attendu par les Guinéens

PASSIF :

Capitaux propres : Insignifiants

Résultat (- Déficitaire ou perte)

Réserves : Faibles

Report à nouveau : débiteur

Dettes diverses : contractées  soit détournées soit servant à subventionner des services ou les deux à la fois

TOTAL  PASSIF  = Bien être attendu par les Guinéens

Par ailleurs, ce bilan ne tient pas compte de toutes les subventions et aides à l’investissement qui prennent un autre chemin. Certains comptes aussi n’y sont pas répertoriés. Ce n’est donc qu’un aperçu.

Un des principes en comptabilité étant que le total de l’actif  soit le même que  celui du  passif,  on peut imaginer que chacun des totaux soit égal au bien être attendu par les Guinéens, car les ressources et leur emploi étaient censés arriver  à ce résultat. Or comme le montre le tableau, le passif l’a emporté  sur l’actif durant toutes les années d’indépendance, d’où le classement de la Guinée  parmi les derniers pays  au monde sur  le plan du développement humain (IDH).

Il n’ y a qu’à observer les problèmes auxquels sont confrontés  les Guinéens : Pas d’électricité, eau, NTIC, mortalité maternelle et infantile élevée, infrastructures sanitaires insuffisantes  et de

mauvaises qualité, agriculture de subsistance, pas d’espace vert, justice corrompue, déchirement du tissu social et tutti quanti !)

A la conférence de Monrovia, une réconciliation fût négociée sur demande de N’duru  entre ses voisins Senghor,  Houphouët  et lui-même sans doute, acculé par son échec  sur le plan économique et par le fait d’avoir été dénoncé pour les  crimes commis contre son peuple par la presse internationale. Par la suite, la France de Giscard renoua avec la Guinée. Le président Guinéen  à partir de ce moment, changea  son fusil d’épaule au grand dam de ses  amis

traditionnels (Socialistes et communistes), et ceci, au soir de sa vie. Le virage semblait trop grand pour son ego. Il avait fini par devenir lui-même un reclus, ne voyageant presque plus et  restant isolé du monde depuis la découverte à travers le J A du  plan du camp Boiro  et le constat établi  sur ses  crimes odieux dont avaient été victimes des milliers de Guinéens qui n’aspiraient qu’à un peu de bonheur.

Suite à ce dégel dans ses relations avec le voisinage, le «leader révolutionnaire » fît une visite en Côte d’Ivoire d’où il  revînt humilié en son for intérieur au vu du retard que la Guinée avait

accusé face au « traître » qu’il injuriait à chacun de ses  discours. Nduru en s’alignant désormais derrière les pays libéraux, semblait crier haut et fort : A bas la révolution ! Le coup de grâce !

Ce fût la première mort du timonier. La deuxième suivi peu après, la carcasse ne pouvant résister devant tant de blessures d’amour propre.

La construction de la  fondation «Maison Guinée » ayant loupé, les murs qui ont été érigées plus tard   présentèrent des fissures préjudiciables à la durée de vie  de l’édifice.

Voilà  de façon sommaire,  le bilan pour le pays  ainsi que  la cause première de ses échecs.

Ceci étant, les  difficultés économiques  presque insurmontables en Guinée ont été  accentuées par quelques facteurs essentiels :

Une corruption généralisée, l’insécurité, l’insuffisance des infrastructures en matière d’eau,  d’électricité, de routes, d’hôtels, de télécommunications performantes  (NTIC).

Il y a d’autres facteurs non moins importants tels que la hausse improductive des tarifs douaniers  ainsi que les impôts qui ont fortement contribué à la baisse des recettes de l’état pour l’année encours. Trop d’impôts tuent  l’impôt, c’est universellement connu. Sur

ce plan, Notre chère France est confrontée à ce même  type de problème, ce qui fait que plusieurs entreprises délocalisent pour ne pas mettre la clé sous le paillasson.

Résultat : les entreprises plombées par des charges trop lourdes ne peuvent plus contribuer à

l’amélioration de la situation d’emploi, au contraire ce sont  soit des plans sociaux, une  délocalisation ou la faillite qui interviennent dans ces cas. Ce genre de situation  est de l’ordre de l’évidence contre-productif pour la croissance.

Pour le cas particulier de la Guinée, outre l’environnement économique défavorable cité plus haut, il y a désormais le facteur ethnique qui divise les composantes de la société entraînant de grosses frustrations où une partie de la population se sent stigmatisée, en particulier les ressortissants du Fouta Djallon qui constituent la catégorie détenant pour une large part, le capital. Or le capital n’a pas de nationalité, ce qui explique le fait que plusieurs importateurs

ont dû à leur corps défendant, transférer leurs activités vers les pays voisins  entraînant un manque à gagner certain pour le pays.

Aussi, le fait que sur le plan politique,  les périodes préélectorales se succèdent de façon rapprochée à des élections jugées non crédibles par une partie  de la classe politique  entraînant assez souvent des violences avec mort d’hommes, ne contribue pas à rassurer les investisseurs, d’où la morosité du climat économique.

Et pour en rajouter un peu sur ce tableau sombre, Ebola s’invite au moment le moins attendu !

Voilà  de façon sommaire le tableau aux clignotants rouges sur  la situation socioéconomique qui prévaut en Guinée.

Il est certain qu’il y a d’autres éléments sur le plan économique, social ou politique qui pourraient être cités, mais  avec ces quelques remarques déjà, nous pouvons augurer des perspectives sombres qui risquent de prévaloir pour longtemps encore.

Bonne lecture et Bonne fête à tous !

Boubacar Sanfil Bah

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.