chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

RUSAL : comment Alpha Condé a trompé les Guinéens, pour ses intérêts personnels

Date de publication:2014-07-29 01:33:53

2014-07-29 01:28:04

Le 21 juillet 2014 on apprend que le producteur russe de l’alumine, RUSAL, a obtenu gain de cause dans son différent avec la Guinée sur le dossier concernant l’usine d’alumine Friguia à Fria. La Cour internationale d’arbitrage de la Chambre de commerce internationale (ICC, Paris, France) ayant statué en sa faveur.

Ainsi, non seulement la Guinée n’a pas obtenu son droit au sujet de cette usine bradée à RUSAL en 2006 sur fond de corruption, mais elle doit en plus payer les frais de justice dont le montant s’élève à 250 000 euros.

Toute cette procédure qui fait saigner davantage la Guinée n’a été qu’une grande farce organisée par Alpha Condé. La partie guinéenne, sur instruction d’Alpha Condé, y a d’ailleurs contribué. En effet :

1- La cour internationale d'arbitrage n’est qu’un tribunal ad hoc créé à chaque fois par les parties. Chaque partie peut nommer les arbitres qu'elles souhaitent et les assises se font à huis clos avec des arrangements possibles sur le dos du peuple concerné (Lire). Elle sert fondamentalement à valider, sans recours possible, le bradage des ressources des pays faibles.

2- C’est l’opposant Alpha Condé qui dénonçait le marché avec RUSAL en promettant de retirer le contrat s’il arrive au pouvoir. Le Président Alpha Condé qui bénéficie des largesses de l’entreprise russe a changé d’avis mais il lui fallait une porte de sortie justifiant la non tenue de cette promesse importante.

Dans Africa Mining Intelligence du 15 juillet 2014, N°. 325, on fait allusion à des conclusions sans appel pour Friguia du Comité technique de revue des titres et conventions miniers. Dans son rapport final concernant le projet Friguia d’UC RusAl, il relève des manquements graves contre les intérêts de la Guinée :

  1. la sous-évaluation du prix de la raffinerie, vendue pour 19 millions de dollars en 2006,
  2. la suspension des travaux d’exploitation sans motif légitime ni mesure d’accompagnement en 2012, jetant des milliers de familles guinéennes dans l’extrême pauvreté,
  3. l’absence de permis d’exploitation dans le périmètre de Friguia,
  4. la perte de la capacité financière,
  5. l’amodiation de fait, sans autorisation, des droits miniers de Friguia à ACG,
  6. le non-respect par RUSAL de ses obligations environnementales.

Le Comité a donc recommandé la renégociation des droits de RUSAL à Friguia comme dans l'affaire de Beny Steinmetz Group Resources (BSGR). Tandis que BSGR faisait la grande gueule et protestait publiquement, l'entreprise russe est allée négocier sous la table et corrompre les décideurs politiques guinéens. En effet RUSAL finance des déplacements du Président Condé dont les frais sont portant couverts par l’Etat guinéen.

Ainsi, malgré tous ces reproches officiels à RUSAL, la catastrophe que cette entreprise a produite à Fria et le procès en cours, elle obtiendra du régime Condé un des plus grands et importants marchés miniers guinéens : la bauxite de Dian-Dian.

Après ce que l’on a connu de RUSAL à Fria, cette entreprise devrait être bannie en Guinée.

Pour un premier temps, le régime condé fit croire que le règlement du dossier Friguia serait une condition pour la mise en valeur de Dian-Dian. Mais en décembre 2013, Alpha Condé signe un décret déclarant le projet "d’intérêt national" pour que RUSAL réalise rapidement une mine de 3 millions de tonnes par an (pour 220 millions de dollars) avant 2016, selon le programme conclu avec cette entreprise; pour soi-disant créer de l'emploi pour les jeunes. En réalité, c'est un bradage destiné à obtenir de l'argent pour s'enrichir vite et financer la campagne présidentielle d'Alpha Condé en 2015 !

Le verdict du 21 juillet 2014 en faveur de RUSAL et contre la Guinée s’inscrit donc dans la logique commerciale, de réhabilitation et de promotion qu’Alpha Condé a confidentiellement conclu avec cette entreprise corrompue et incompétente.

Le chef de l’Etat avait également profité de la complicité du CNT pour faire passer discrètement une loi expropriant des anciens propriétaires de domaines et des autochtones de la Basse Côte en faveur des groupes malinkés du RPG et des entrepreneurs étrangers qui le financent. Des Chinois sont en train de travailler sur une bonne partie de ces sites aujourd’hui au compte de ces groupes.   

Conclusion :

Alpha Condé cède, en vitesse et pour des raisons d’intérêts personnels, nos ressources minières et le patrimoine guinéen avec des contrats de 50 à 100 ans, alors que de tels contrats ne devraient pas excéder les 25 ans vu le changement des conditions et l’évolution des prix dans le temps. Sinon la Guinée est perdante : ce que l’on vend aujourd’hui à un million, pourrait coûter un milliard dans 20 à 30 ans.

Par ailleurs, aucun de ces contrats ne prévoit la transformation de nos matières premières sur place. Ce qui est pourtant nécessaire pour l’industrialisation et le vrai développement de notre pays. Mais le RPG et son président ne sont animés que par l’enrichissement personnel rapide et leur volonté de se maintenir durablement au pouvoir.

Devant ces crimes crapuleux contre notre pays, c’est le silence de l’opposition, des syndicats, de la société civile et des soi-disant élus du peuple à l'Assemblée qui nous étonne !

 

GUINEEPRESSE.INFO

A lire également:
Le Rapport Accablant de ALEX Stewart sur Russal !

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.