chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée: à quoi joue Boubacar Barry, l’ex-ministre du CNDD

Date de publication:2014-08-03 17:21:56

2014-08-03 17:18:30

Les événements du mardi 29 juillet 2014 mettent l’opposition guinéenne extra parlementaire dans l’obligation de faire du tri en son sein ou de se discréditer en bloc.

Il s’agit de la rencontre organisée en son nom par l’ex-ministre d’Etat du CNDD, Boubacar Barry, actuel président du parti UNR (Union Nationale pour le Renouveau).

Cette rencontre avait été voulue par le chef de l’Etat Alpha Condé dans la perspective de son voyage sur les USA.

Monsieur Alpha Condé qui a de nouveau bloqué le dialogue politique en refusant de valider les conclusions consensuelles des dernières négociations de l’opposition, de la mouvance RPG, de la CENI et du gouvernement avait besoin d'avoir de quoi parler au Président américain pour le rassurer sur « la bonne marche du dialogue politique et de la démocratie en Guinée ».

Le Président trouvera en Boubacar Barry, choisi Coordinateur provisoire de l’opposition extraparlementaire en Guinée, un bon interlocuteur.

Boubacar Barry fit le programme avec Alpha Condé auquel il promit de faire venir ses collègues à Sékoutoureya. Avant d’en parler à ces derniers, qui seront informés plus tard par coups de fil. Des divergences éclatent sur l’opportunité d’une telle rencontre précipitée, sur convocation du chef de l’Etat sans connaissance d’aucun ordre du jour.

D’après nos informations, le Dr. Faya Millimouno du BL y était farouchement opposé. Mais Boubacar Barry qui a un deal et qui a fait des promesses au Président Alpha Condé insista. Ce dernier les attendait d’ailleurs ce mardi 29 juillet.

M. Barry trouve d’autres petits leaders qui semblaient également être très intéressés à rencontrer le Président à savoir Mohamed Lamine Kaba du FIDEL, Tidiane Diallo de l'ADN, Michel Lamah du PTG et Alimou Diallo du PUD.

Le groupe se rencontre le mardi matin en urgence pour discuter sur la question et décider de ce qu’il faut faire afin de garder la cohésion au sein de l’opposition guinéenne extra parlementaire. Ils s’entendent sur le principe de rencontrer le chef de l’Etat, parce que leur Coordinateur provisoire Boubacar Barry a déjà pris des engagements dans ce sens, mais pas avant le voyage d’Alpha Condé aux USA et sans un mémorandum consensuel à lui remettre ensemble pour éviter des possibles divergences ou manœuvres de récupération.

Boubacar Barry, appuyé par ces autres jeunes leaders, obtient finalement l’accord du groupe pour adresser des excuses au Président et l’informer de la décision de le rencontrer ultérieurement. Il était 16 h quand ils se sont quittés. La surprise fut grande pour les autres d’apprendre plus tard que les 5 collègues ci-dessus se retrouveront avec Alpha Condé une heure après, à 17 h, pour autre chose que ce qui a été conclu. D’ailleurs, le lendemain mercredi 30 juillet 2014, un rapport détaillé et précis sur la rencontre et les propos de chacun a été rendu public par le journaliste Mandian Sidibé qui vit au Sénégal (Lire ci-dessous) !

Pour certains observateurs de la vie politique guinéenne, Alpha Condé a réussi un sérieux coup pour discréditer cette autre frange de l’opposition en la faisant infiltrer et en semant le doute entre ses membres. Les mauvaises langues vont jusqu’à dire que M. Lamine Kaba travaillait pour la mouvance RPG et que Boubacar Barry a pu être acheté par Alpha Condé.

En acceptant de s’isoler avec le chef de l’Etat, pour un entretien secret par rapport à ses 4 autres collègues de la rencontre, Mohamed Lamine Kaba, même au cas où il serait effectivement un agent de son ancien mentor dans l’opposition, a fait preuve d’une immense immaturité politique dont les conséquences pourraient le suivre pendant longtemps.

Quant à Boubacar Barry, ces manœuvres au profit d’Alpha Condé pourraient lui coûter ce que ses liens avec Dadis et sa collaboration jusqu’au bout avec le CNDD ne lui avaient pas coûté.

Ces événements renforcent la crédibilité du leader Faya Millimouno qui est d’ailleurs la caution de confiance de ladite opposition extra parlementaire en Guinée.

Par ailleurs, il ressort du compte rendu de cette rencontre qu’effectivement le dialogue récent, après sa réussite autour de la table et le retour de l’opposition au Parlement, a tourné au fiasco parce qu’Alpha Condé tient à organiser les prochaines élections avec l’aide de l’opérateur Waymark/Sabari, contrairement aux accords du 3 juillet 2013 sous l’égide des Nations Unies :

« Concernant le dialogue, je suis catégorique sur la question relative au départ de Waymark… Le premier de mes ministres qui me parlera de ça s'en ira le même jour. Il est hors de question que Waymark parte.... ».

L’opposition est prévenue, suffisamment à temps, cette fois-ci encore.

Commentaire de notre administrateur Sadio Barry :

« En faisant lui-même cette déclaration devant des leaders de l’opposition dont certains ont participé aux négociations, Alpha Condé veut tester la détermination de notre opposition pour savoir s’il peut maintenir sa position ou pas. Malheureusement, tous ceux qui étaient présents à cette rencontre ont échoué au Test. Ils auraient dû interrompre les discussions et quitter les lieux en signe de protestation. Même s’ils y étaient allés par opportunisme et dans l’espoir d’en tirer des profits personnels. C’est vraiment dommage ! Le plus important maintenant, c’est comment l’opposition va réagir à ces propos irresponsables et défiants d’Alpha Condé. Le silence serait un mauvais signal au dictateur provocateur Alpha. Mais je ne m’inquiète pas beaucoup parce que le MSD du leader Sadakaadji aura son mot à dire pour l’organisation des élections de 2015. Il n’y aura pas d’élections présidentielles avec Waymark/Sabari et, comme Sidiya Touré le répète souvent, le Profiteur Alpha Condé aura intérêt à respecter le calendrier électoral constitutionnel ! ».

 

Lamine Soumah,
Guineepresse.info 

 

Comte rendu détaillé de Mandian Sidibé

 

Le film de la rencontre d’Alpha Condé avec délégation de la Coordination de l’Opposition Extra-Parlementaire, ce mardi de 17h à 19h.

Mercredi, 30 juillet 2014 00:00 

Écrit par  Mandian SIDIBE, Correspondant de www.kababachir.com à Dakar

Sur invitation du Président de la République, l'ensemble des leaders des partis membres de la Coordination de l'Opposition Extra-Parlementaire devaient être reçus en audience, ce mardi, par le Pr. Alpha Condé, munis d'un mémorandum (annonçant leur défection de l'opposition et leur soutien sournois à la mouvance ?), après que cette Coordination ait proclamé la suspension de sa participation aux activités de l'Opposition Républicaine.

En raison du non-bouclage du mémorandum réclamé par le Pr Alpha Condé, c'est une délégation de cinq membres, avec à sa tête Boubacar Barry (Big-up) de l'UNR et comprenant Ahmed Tidiane Diallo de l'ADN, Kaba Mohamed Lamine du FIDEL, Michel Lamah du PTG et Alimou Diallo du PUD, qui fut reçue à Sékhoutouréya pour solliciter, au nom de tous les autres leaders de la Coordination, le report de l'audience à une date ultérieure.

En acceptant ce report, le Président de la République ne s'empêchera pas de tenir en haleine ses hôtes pendant deux heures d'horloge (17h-19H), pour évoquer entre autres, les sujets concernant ses principaux adversaires que sont Cellou et Sidya, les mines, les Audits, son incarcération à la maison centrale de Coronthie, la destruction des installations de la société brésilienne OAS, le dialogue politique et les divers. Synthèse de la rencontre, selon nos sources, confirmée par un participant. Décapant !

Alpha Condé : « ....Ce n'est pas Lansana Conté qui m'a emprisonné. Ce sont ses ministres zélés, parmi lesquels figurait Cellou Dalein, qui m'ont emprisonné. Lansana Conté avait donné l'ordre de mettre en résidence surveillée. Mais, ses ministres m'ont envoyé en prison par excès de zèle....... Et, voyez à présent, Cellou n'a rien fait dans sa région d'origine quant il était au gouvernement. Il n'y a réalisé aucune école, aucun centre de santé, aucune route...... Quant à moi, je vais faire des réalisations d'envergure dans cette région avant les prochaines élections. Ce qui me permettra de conquérir sans difficultés l'électorat du Foutah. Il en est de même pour Sidya qui n'a rien foutu en Basse-Guinée, lorsqu'il était Premier ministre, en dehors bien entendu de sa plantation personnelle qui se trouve à Boffa....C'est le même Sidya qui a armé des loubards pour aller saccager les installations de la société OAS. Mais cela ne restera pas impuni. .....Pire, Sidya voulait que les voies ferrées du train minéralier de Simandou passe par Abidjan. C'est moi qui viens d'agir de manière à ce que cette voie passe par Conakry afin qu'elle soit également utilisée pour le transport des marchandises et des personnes, puisque la contenance d'un wagon équivaut à celle d'un camion-remorque. Cela réduirait les tracasseries liées au transport terrestre. Concernant le dialogue, je suis catégorique sur la question relative au départ de Waymark, puisque celle-ci ne figurait pas dans les conclusions du dialogue du 3 juillet 2013. Le premier de mes ministres qui me parlera de ça s'en ira le même jour. Il est or de question que Waymark parte..... ».

Boubacar Barry : « Nous remercions sincèrement son Excellence Monsieur le Président de la République pour tous ces éclairages et de nous avoir reçus. A présent, ceux qui ont des problèmes personnels à lui poser peuvent s'adresser à lui ».

Michel Lamah : « Merci Excellence Monsieur le Président. Moi, j'ai une doléance à vous soumettre. En fait, mon vieux père qui fut l'un de vos Directeurs de campagne en 2010 est gravement malade depuis plusieurs mois. Je vous prie de bien vouloir m'aider à le faire soigner pour ne pas qu'il meure, puisque moi je ne dispose pas de moyens financiers nécessaires à sa prise en charge sanitaire ».

Ahmed Tidiane Diallo : « Monsieur le Président, moi j'étais le responsable des guichets téléphoniques de la Sotelgui à Kankan en 1995. Vous y êtes venus un jour passer des communications en promettant de payer la facture à votre retour de Kérouané. Le montant s'élevait à 320.000 FG. Mais, vous n'êtes plus repassé et mes supérieurs hiérarchiques m'ont suspendu pendant quatre mois. Il a fallu que mes amis et moi cotisent pour rembourser ce montant qui ne m'a jamais été payé jusqu'à ce jour. Pire, après le remboursement, on m'a muté à Mandiana en guise de sanction ».

Mohamed Lamine Kaba voulant parler, a été, quant à lui, interrompu par le Président.

Alpha Condé : « J'ai tout compris. Moi je suis un vrai démocrate. Je ne suis pas haineux, sinon je n'allais pas recevoir Mohamed Lamine Kaba dans mon bureau. Il passe tout son temps à me vilipender dans les radios, affirmant qu'il a fait ceci et cela pour moi et pour le RPG à Dakar. Mais, le voilà ici en face de moi. Je pouvais l'empêcher de me rencontrer puisque je savais qu'il allait être avec vous. Mais pourquoi toi, Diallo, tu n'avais jamais réclamé cet argent jusqu'à ce jour ? »

Ahmed Tidiane Diallo : « Mais, Monsieur le Président comment moi je pourrais accéder à vous, si ce n'est à des occasions pareilles ? »

Alpha Condé : « Mais, il fallait t'adresser au RPG. A l'époque je mettais toujours des fonds à la disposition du RPG pour des dépenses de ce genre. Le RPG est un parti bien structuré qui a toujours des fonds pour régulariser ses factures. On verra tout ça après. Allez d'abord travailler sur le document que vous devez m'apporter et revenez me voir dès que vous seriez prêts. Je vous recevrai sans problème. Mais où est Docteur Faya ? On m'a dit qu'il devait être de la délégation ».

Boubacar Barry : « Docteur Faya a un décès. C'est pour cette raison qu'il n'est pas venu avec nous. Il sera avec nous pour le prochain rendez-vous ».

En réalité, nos sources révèlent que Docteur Faya ne voulait pas rencontrer le Pr Alpha Condé. Vrai ou faux, on le saura à la faveur de la prochaine audience.

En raccompagnant ses hôtes, une fois dans les couloirs, le Président tire Mohamed Lamine Kaba par la main gauche et les deux personnes s'isolent, loin des regards indiscrets, pour trois minutes d'entretien avant de rejoindre les autres. Rien n'a filtré de ce tête-à-tête. Rendez-vous est pris dès après la rédaction du mémorandum.

Mandian SIDIBE, Correspondant de www. Kababachir.com à Dakar

Dernière modification le mercredi, 30 juillet 2014 11:31

Lien : article sur kababachir.com

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.