chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Les dérives autoritaires d'Alpha Condé. A quand la riposte contre ce prédateur et diviseur de la république

Date de publication:2014-08-05 09:45:33

2014-08-05 09:42:34

Les hommes politiques guinéens pour la plupart, n'aiment pas agir, mais réagir. Ils n'aiment pas évaluer l'adversaire en face, prévoir le pire et prendre des dispositions, mais subir, être victime, s'apitoyer, lécher ses blessures, digérer les douleurs et promettre la riposte.

Et pourtant, il n' y a pas de compétition sans enjeu. Pour être efficace, l'on doit créer une dynamique d'équipe, développer des réseaux de contacts et de communication actifs et performants, prendre des risques calculés dans l'adversité.

Prendre des risques ne veut pas dire qu'il faut aller à la compétition les yeux bandés sans dispositions préalables. Il s'agit de prévoir à l'avance, une solution A et une solution B comme alternative. Il s'agit d'évaluer non seulement ses propres atouts, ses possibilités, mais aussi et surtout, les forces et faiblesses de l'adversaire.

Ce qui s'est passé sur le plan politique et social en Guinée lors des élections, restera aussi longtemps gravé dans la mémoire des Guinéens et des observateurs étrangers. En ce qui nous concerne, nous devons tirer les leçons de cet imbroglio sociopolitique et culturel organisé par une élite tribale qui a abusé de sa position et de la confiance du peuple pour imposer Alpha Condé au pouvoir avec la complicité de la mafia internationale. Depuis son investiture, ce dernier ne cesse de défier et d’opprimer notre peuple en pillant les ressources du pays. Sur les places publiques, il a tenu des discours haineux, à l'endroit de l'ethnie qu'il supposait pouvoir barrer son chemin politique, sans réaction de la classe politique ni des soi-disant société civile.

A quand la riposte contre Alpha Condé, le prédateur et diviseur de la république?

Nos hommes politiques n'ont pas pris de dispositions pour empêcher ce microbe de nous pénétrer le corps, alors qu'on le savait parasite et minable. Ils ont été ses complices durant tout le parcours. Avec son âge, Alpha Condé ne devait pas être dans la compétition, même en 2010. Ils ont été. Ce sont nos politiciens actuels qui lui en ont donné le droit en faisant modifier notre Constitution uniquement pour ce vieux ingrat et inconscient.

Battu lamentablement au premier tour des présidentielles par Cellou Dalein et Sidya, des communes acquises à ces derniers ont été malhonnêtement soustraites des décomptes, sans que les concernés n’y réagissent valablement. Après avoir admis « leur défaite », Alpha Condé transforma la rue en boucherie humaine, les prisons en hôtels pour les partisans de l'opposition, les hôpitaux en menuiseries pour les béquilles de handicapés, les cimetières en demeures pour les enfants de Causa et de Bambetto. L’opposition n’a jamais organisé une protestation contre ces crimes envers le peuple. Ce qu’elle est pourtant prête à faire pour réclamer des élections.

Aujourd'hui il est clair pour tout le monde que ce triste mandat est cruellement suffisant pour le peuple martyr de Guinée. Ce pouvoir a violé tous les textes de lois et a décapité la jeunesse de l'opposition guinéenne. A quand la riposte?

"C'est Dieu qui donne le pouvoir" est notre principal slogan. En bon croyant, c'est vrai. C'est aussi vrai, que c'est l'homme qui conquiert le pouvoir et le gagne par l'appui de Dieu.

Personne n'a envie de donner l'exemple dans le combat de tous les jours, chacun cherche à faire la lecture des conséquences de l'engagement de l'autre.

Depuis l'indépendance, la plupart des cadres administratifs et politiques guinéens n'ont jamais servi la Guinée, mais se sont servi d'elle.

Tous les principaux leaders, à l'exception de quelques uns, se sont servi de ce pays, de cette administration, se sont enrichis et se sont retournés contre lui.

A présent, nous ne voulons plus de ceux qui ont contribués à la destruction de la patrie guinéenne. Acteurs politiques, ils ont essayés avec l'appui du peuple contre Alpha, mais ils ont échoués en sacrifiant la victoire du peuple de Guinée. Ils n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes, à leur approche, à leur amateurisme politique. Nous n'avons plus besoin d'une équipe qui perd perpétuellement, mais d'une équipe qui gagne.

Du sang neuf dans les veines, nous en voulons.

De nouvelles stratégies pour la riposte, nous en voulons.

Un nouveau parti politique pour redorer le blason de la politique guinéenne, nous en voulons.

Un nouveau leader visionnaire comme Diallo Sadakaadji si lui aussi ne traîne pas les pieds, nous militerons à nouveau.

Des programmes/projets de société pour l'émergence de la Guinée, des objectifs réalistes et réalisables pour le pays comme ceux proposés par le Docteur Sidoux Barry, nous voulons.

A quand la riposte contre Alpha le prédateur et diviseur de la république?

C'est dans quelques mois, donc maintenant en Guinée et nulle part ailleurs !

Riposte contre les vieilles habitudes malsaines du RPG.

Riposte contre les divisions ethniques.

Riposte pour la mobilisation de toutes les régions de la Guinée, de tous les étudiants et universitaires, de tous les intellectuels de l'intérieur et de la diaspora, de tous les paysans, de tous les travailleurs, de toutes les filles et fils de la Guinée, de Conakry à N'Zérékoré, de Mamou à Boké, de Koundara à Siguiri.

Tous les guinéens derrière le MSD, son leader Diallo Sadakaadji et l'équipe de Sadio Barry pour gagner les élections ou la bataille de 2015, pour le bonheur de la Guinée toute entière.

Bien à vous ! 

Ba  Poulel, Abidjan Côte d'Ivoire.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Article précédent du même auteur :
Les dérives autoritaires d'alpha Condé. L’espoir que suscite le nouveau parti MSD.


Commentaires


2014-08-05 09:42:34

Les hommes politiques guinéens pour la plupart, n'aiment pas agir, mais réagir. Ils n'aiment pas évaluer l'adversaire en face, prévoir le pire et prendre des dispositions, mais subir, être victime, s'apitoyer, lécher ses blessures, digérer les douleurs et promettre la riposte.

Et pourtant, il n' y a pas de compétition sans enjeu. Pour être efficace, l'on doit créer une dynamique d'équipe, développer des réseaux de contacts et de communication actifs et performants, prendre des risques calculés dans l'adversité.

Prendre des risques ne veut pas dire qu'il faut aller à la compétition les yeux bandés sans dispositions préalables. Il s'agit de prévoir à l'avance, une solution A et une solution B comme alternative. Il s'agit d'évaluer non seulement ses propres atouts, ses possibilités, mais aussi et surtout, les forces et faiblesses de l'adversaire.

Ce qui s'est passé sur le plan politique et social en Guinée lors des élections, restera aussi longtemps gravé dans la mémoire des Guinéens et des observateurs étrangers. En ce qui nous concerne, nous devons tirer les leçons de cet imbroglio sociopolitique et culturel organisé par une élite tribale qui a abusé de sa position et de la confiance du peuple pour imposer Alpha Condé au pouvoir avec la complicité de la mafia internationale. Depuis son investiture, ce dernier ne cesse de défier et d’opprimer notre peuple en pillant les ressources du pays. Sur les places publiques, il a tenu des discours haineux, à l'endroit de l'ethnie qu'il supposait pouvoir barrer son chemin politique, sans réaction de la classe politique ni des soi-disant société civile.

A quand la riposte contre Alpha Condé, le prédateur et diviseur de la république?

Nos hommes politiques n'ont pas pris de dispositions pour empêcher ce microbe de nous pénétrer le corps, alors qu'on le savait parasite et minable. Ils ont été ses complices durant tout le parcours. Avec son âge, Alpha Condé ne devait pas être dans la compétition, même en 2010. Ils ont été. Ce sont nos politiciens actuels qui lui en ont donné le droit en faisant modifier notre Constitution uniquement pour ce vieux ingrat et inconscient.

Battu lamentablement au premier tour des présidentielles par Cellou Dalein et Sidya, des communes acquises à ces derniers ont été malhonnêtement soustraites des décomptes, sans que les concernés n’y réagissent valablement. Après avoir admis « leur défaite », Alpha Condé transforma la rue en boucherie humaine, les prisons en hôtels pour les partisans de l'opposition, les hôpitaux en menuiseries pour les béquilles de handicapés, les cimetières en demeures pour les enfants de Causa et de Bambetto. L’opposition n’a jamais organisé une protestation contre ces crimes envers le peuple. Ce qu’elle est pourtant prête à faire pour réclamer des élections.

Aujourd'hui il est clair pour tout le monde que ce triste mandat est cruellement suffisant pour le peuple martyr de Guinée. Ce pouvoir a violé tous les textes de lois et a décapité la jeunesse de l'opposition guinéenne. A quand la riposte?

"C'est Dieu qui donne le pouvoir" est notre principal slogan. En bon croyant, c'est vrai. C'est aussi vrai, que c'est l'homme qui conquiert le pouvoir et le gagne par l'appui de Dieu.

Personne n'a envie de donner l'exemple dans le combat de tous les jours, chacun cherche à faire la lecture des conséquences de l'engagement de l'autre.

Depuis l'indépendance, la plupart des cadres administratifs et politiques guinéens n'ont jamais servi la Guinée, mais se sont servi d'elle.

Tous les principaux leaders, à l'exception de quelques uns, se sont servi de ce pays, de cette administration, se sont enrichis et se sont retournés contre lui.

A présent, nous ne voulons plus de ceux qui ont contribués à la destruction de la patrie guinéenne. Acteurs politiques, ils ont essayés avec l'appui du peuple contre Alpha, mais ils ont échoués en sacrifiant la victoire du peuple de Guinée. Ils n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes, à leur approche, à leur amateurisme politique. Nous n'avons plus besoin d'une équipe qui perd perpétuellement, mais d'une équipe qui gagne.

Du sang neuf dans les veines, nous en voulons.

De nouvelles stratégies pour la riposte, nous en voulons.

Un nouveau parti politique pour redorer le blason de la politique guinéenne, nous en voulons.

Un nouveau leader visionnaire comme Diallo Sadakaadji si lui aussi ne traîne pas les pieds, nous militerons à nouveau.

Des programmes/projets de société pour l'émergence de la Guinée, des objectifs réalistes et réalisables pour le pays comme ceux proposés par le Docteur Sidoux Barry, nous voulons.

A quand la riposte contre Alpha le prédateur et diviseur de la république?

C'est dans quelques mois, donc maintenant en Guinée et nulle part ailleurs !

Riposte contre les vieilles habitudes malsaines du RPG.

Riposte contre les divisions ethniques.

Riposte pour la mobilisation de toutes les régions de la Guinée, de tous les étudiants et universitaires, de tous les intellectuels de l'intérieur et de la diaspora, de tous les paysans, de tous les travailleurs, de toutes les filles et fils de la Guinée, de Conakry à N'Zérékoré, de Mamou à Boké, de Koundara à Siguiri.

Tous les guinéens derrière le MSD, son leader Diallo Sadakaadji et l'équipe de Sadio Barry pour gagner les élections ou la bataille de 2015, pour le bonheur de la Guinée toute entière.

Bien à vous ! 

Ba  Poulel, Abidjan Côte d'Ivoire.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Article précédent du même auteur :
Les dérives autoritaires d'alpha Condé. L’espoir que suscite le nouveau parti MSD.

2014-08-05 09:45:33 Thierno

2014-08-05 09:42:34

Les hommes politiques guinéens pour la plupart, n'aiment pas agir, mais réagir. Ils n'aiment pas évaluer l'adversaire en face, prévoir le pire et prendre des dispositions, mais subir, être victime, s'apitoyer, lécher ses blessures, digérer les douleurs et promettre la riposte.

Et pourtant, il n' y a pas de compétition sans enjeu. Pour être efficace, l'on doit créer une dynamique d'équipe, développer des réseaux de contacts et de communication actifs et performants, prendre des risques calculés dans l'adversité.

Prendre des risques ne veut pas dire qu'il faut aller à la compétition les yeux bandés sans dispositions préalables. Il s'agit de prévoir à l'avance, une solution A et une solution B comme alternative. Il s'agit d'évaluer non seulement ses propres atouts, ses possibilités, mais aussi et surtout, les forces et faiblesses de l'adversaire.

Ce qui s'est passé sur le plan politique et social en Guinée lors des élections, restera aussi longtemps gravé dans la mémoire des Guinéens et des observateurs étrangers. En ce qui nous concerne, nous devons tirer les leçons de cet imbroglio sociopolitique et culturel organisé par une élite tribale qui a abusé de sa position et de la confiance du peuple pour imposer Alpha Condé au pouvoir avec la complicité de la mafia internationale. Depuis son investiture, ce dernier ne cesse de défier et d’opprimer notre peuple en pillant les ressources du pays. Sur les places publiques, il a tenu des discours haineux, à l'endroit de l'ethnie qu'il supposait pouvoir barrer son chemin politique, sans réaction de la classe politique ni des soi-disant société civile.

A quand la riposte contre Alpha Condé, le prédateur et diviseur de la république?

Nos hommes politiques n'ont pas pris de dispositions pour empêcher ce microbe de nous pénétrer le corps, alors qu'on le savait parasite et minable. Ils ont été ses complices durant tout le parcours. Avec son âge, Alpha Condé ne devait pas être dans la compétition, même en 2010. Ils ont été. Ce sont nos politiciens actuels qui lui en ont donné le droit en faisant modifier notre Constitution uniquement pour ce vieux ingrat et inconscient.

Battu lamentablement au premier tour des présidentielles par Cellou Dalein et Sidya, des communes acquises à ces derniers ont été malhonnêtement soustraites des décomptes, sans que les concernés n’y réagissent valablement. Après avoir admis « leur défaite », Alpha Condé transforma la rue en boucherie humaine, les prisons en hôtels pour les partisans de l'opposition, les hôpitaux en menuiseries pour les béquilles de handicapés, les cimetières en demeures pour les enfants de Causa et de Bambetto. L’opposition n’a jamais organisé une protestation contre ces crimes envers le peuple. Ce qu’elle est pourtant prête à faire pour réclamer des élections.

Aujourd'hui il est clair pour tout le monde que ce triste mandat est cruellement suffisant pour le peuple martyr de Guinée. Ce pouvoir a violé tous les textes de lois et a décapité la jeunesse de l'opposition guinéenne. A quand la riposte?

"C'est Dieu qui donne le pouvoir" est notre principal slogan. En bon croyant, c'est vrai. C'est aussi vrai, que c'est l'homme qui conquiert le pouvoir et le gagne par l'appui de Dieu.

Personne n'a envie de donner l'exemple dans le combat de tous les jours, chacun cherche à faire la lecture des conséquences de l'engagement de l'autre.

Depuis l'indépendance, la plupart des cadres administratifs et politiques guinéens n'ont jamais servi la Guinée, mais se sont servi d'elle.

Tous les principaux leaders, à l'exception de quelques uns, se sont servi de ce pays, de cette administration, se sont enrichis et se sont retournés contre lui.

A présent, nous ne voulons plus de ceux qui ont contribués à la destruction de la patrie guinéenne. Acteurs politiques, ils ont essayés avec l'appui du peuple contre Alpha, mais ils ont échoués en sacrifiant la victoire du peuple de Guinée. Ils n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes, à leur approche, à leur amateurisme politique. Nous n'avons plus besoin d'une équipe qui perd perpétuellement, mais d'une équipe qui gagne.

Du sang neuf dans les veines, nous en voulons.

De nouvelles stratégies pour la riposte, nous en voulons.

Un nouveau parti politique pour redorer le blason de la politique guinéenne, nous en voulons.

Un nouveau leader visionnaire comme Diallo Sadakaadji si lui aussi ne traîne pas les pieds, nous militerons à nouveau.

Des programmes/projets de société pour l'émergence de la Guinée, des objectifs réalistes et réalisables pour le pays comme ceux proposés par le Docteur Sidoux Barry, nous voulons.

A quand la riposte contre Alpha le prédateur et diviseur de la république?

C'est dans quelques mois, donc maintenant en Guinée et nulle part ailleurs !

Riposte contre les vieilles habitudes malsaines du RPG.

Riposte contre les divisions ethniques.

Riposte pour la mobilisation de toutes les régions de la Guinée, de tous les étudiants et universitaires, de tous les intellectuels de l'intérieur et de la diaspora, de tous les paysans, de tous les travailleurs, de toutes les filles et fils de la Guinée, de Conakry à N'Zérékoré, de Mamou à Boké, de Koundara à Siguiri.

Tous les guinéens derrière le MSD, son leader Diallo Sadakaadji et l'équipe de Sadio Barry pour gagner les élections ou la bataille de 2015, pour le bonheur de la Guinée toute entière.

Bien à vous ! 

Ba  Poulel, Abidjan Côte d'Ivoire.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Article précédent du même auteur :
Les dérives autoritaires d'alpha Condé. L’espoir que suscite le nouveau parti MSD.

2014-08-05 09:45:33 moctar

2014-08-05 09:42:34

Les hommes politiques guinéens pour la plupart, n'aiment pas agir, mais réagir. Ils n'aiment pas évaluer l'adversaire en face, prévoir le pire et prendre des dispositions, mais subir, être victime, s'apitoyer, lécher ses blessures, digérer les douleurs et promettre la riposte.

Et pourtant, il n' y a pas de compétition sans enjeu. Pour être efficace, l'on doit créer une dynamique d'équipe, développer des réseaux de contacts et de communication actifs et performants, prendre des risques calculés dans l'adversité.

Prendre des risques ne veut pas dire qu'il faut aller à la compétition les yeux bandés sans dispositions préalables. Il s'agit de prévoir à l'avance, une solution A et une solution B comme alternative. Il s'agit d'évaluer non seulement ses propres atouts, ses possibilités, mais aussi et surtout, les forces et faiblesses de l'adversaire.

Ce qui s'est passé sur le plan politique et social en Guinée lors des élections, restera aussi longtemps gravé dans la mémoire des Guinéens et des observateurs étrangers. En ce qui nous concerne, nous devons tirer les leçons de cet imbroglio sociopolitique et culturel organisé par une élite tribale qui a abusé de sa position et de la confiance du peuple pour imposer Alpha Condé au pouvoir avec la complicité de la mafia internationale. Depuis son investiture, ce dernier ne cesse de défier et d’opprimer notre peuple en pillant les ressources du pays. Sur les places publiques, il a tenu des discours haineux, à l'endroit de l'ethnie qu'il supposait pouvoir barrer son chemin politique, sans réaction de la classe politique ni des soi-disant société civile.

A quand la riposte contre Alpha Condé, le prédateur et diviseur de la république?

Nos hommes politiques n'ont pas pris de dispositions pour empêcher ce microbe de nous pénétrer le corps, alors qu'on le savait parasite et minable. Ils ont été ses complices durant tout le parcours. Avec son âge, Alpha Condé ne devait pas être dans la compétition, même en 2010. Ils ont été. Ce sont nos politiciens actuels qui lui en ont donné le droit en faisant modifier notre Constitution uniquement pour ce vieux ingrat et inconscient.

Battu lamentablement au premier tour des présidentielles par Cellou Dalein et Sidya, des communes acquises à ces derniers ont été malhonnêtement soustraites des décomptes, sans que les concernés n’y réagissent valablement. Après avoir admis « leur défaite », Alpha Condé transforma la rue en boucherie humaine, les prisons en hôtels pour les partisans de l'opposition, les hôpitaux en menuiseries pour les béquilles de handicapés, les cimetières en demeures pour les enfants de Causa et de Bambetto. L’opposition n’a jamais organisé une protestation contre ces crimes envers le peuple. Ce qu’elle est pourtant prête à faire pour réclamer des élections.

Aujourd'hui il est clair pour tout le monde que ce triste mandat est cruellement suffisant pour le peuple martyr de Guinée. Ce pouvoir a violé tous les textes de lois et a décapité la jeunesse de l'opposition guinéenne. A quand la riposte?

"C'est Dieu qui donne le pouvoir" est notre principal slogan. En bon croyant, c'est vrai. C'est aussi vrai, que c'est l'homme qui conquiert le pouvoir et le gagne par l'appui de Dieu.

Personne n'a envie de donner l'exemple dans le combat de tous les jours, chacun cherche à faire la lecture des conséquences de l'engagement de l'autre.

Depuis l'indépendance, la plupart des cadres administratifs et politiques guinéens n'ont jamais servi la Guinée, mais se sont servi d'elle.

Tous les principaux leaders, à l'exception de quelques uns, se sont servi de ce pays, de cette administration, se sont enrichis et se sont retournés contre lui.

A présent, nous ne voulons plus de ceux qui ont contribués à la destruction de la patrie guinéenne. Acteurs politiques, ils ont essayés avec l'appui du peuple contre Alpha, mais ils ont échoués en sacrifiant la victoire du peuple de Guinée. Ils n'ont qu'à s'en prendre à eux-mêmes, à leur approche, à leur amateurisme politique. Nous n'avons plus besoin d'une équipe qui perd perpétuellement, mais d'une équipe qui gagne.

Du sang neuf dans les veines, nous en voulons.

De nouvelles stratégies pour la riposte, nous en voulons.

Un nouveau parti politique pour redorer le blason de la politique guinéenne, nous en voulons.

Un nouveau leader visionnaire comme Diallo Sadakaadji si lui aussi ne traîne pas les pieds, nous militerons à nouveau.

Des programmes/projets de société pour l'émergence de la Guinée, des objectifs réalistes et réalisables pour le pays comme ceux proposés par le Docteur Sidoux Barry, nous voulons.

A quand la riposte contre Alpha le prédateur et diviseur de la république?

C'est dans quelques mois, donc maintenant en Guinée et nulle part ailleurs !

Riposte contre les vieilles habitudes malsaines du RPG.

Riposte contre les divisions ethniques.

Riposte pour la mobilisation de toutes les régions de la Guinée, de tous les étudiants et universitaires, de tous les intellectuels de l'intérieur et de la diaspora, de tous les paysans, de tous les travailleurs, de toutes les filles et fils de la Guinée, de Conakry à N'Zérékoré, de Mamou à Boké, de Koundara à Siguiri.

Tous les guinéens derrière le MSD, son leader Diallo Sadakaadji et l'équipe de Sadio Barry pour gagner les élections ou la bataille de 2015, pour le bonheur de la Guinée toute entière.

Bien à vous ! 

Ba  Poulel, Abidjan Côte d'Ivoire.
Contact : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Article précédent du même auteur :
Les dérives autoritaires d'alpha Condé. L’espoir que suscite le nouveau parti MSD.

2014-08-05 09:45:33 Ba Poulel
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.