chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Appel à la promotion du face-à-face (face to face) dans les débats

Date de publication:2014-08-13 16:02:46

2014-08-13 15:56:13 

Les propagandes, les calomnies, les mensonges, le populisme, les manipulations, les insinuations, l'ethnostratégie, les fuites en avant: voici des éléments qui caractérisent souvent le discours politique en Guinée. 

Quand un leader ou un responsable politique (même un militant) a l'occasion de discourir, il y a de forte chance qu'on ait droit à tout ce qu'il y a de beau et de merveilleux chez lui en donnant l'impression que l'enfer se trouve chez l'adversaire qui serait le grand méchant de l'histoire. 

 Le mensonge et la manipulation ont toujours caractérisé la manière de gérer la Guinée ainsi que la façon d'y faire la politique. Heureusement qu'il y a quelques exceptions près! 

D'année en année, de régime à régime, les Guinéens ont pris l'habitude de s'accommoder au mensonge (dans les faits et dans l'histoire) à leur dépens. Une habitude qui a réussi à imprimer un brouillard artificiel par lequel certains parviennent à faire du mensonge une vérité; enfin, ils arrivent à en donner l'impression. 

Plus que jamais, les Guinéens ont besoin de la vérité; ils méritent la clarté; ils ont droit à la vérité de la réalité avec clarté. Ceci concerne tous les dossiers qui leur concernent de près ou de loin. 

 C'est ainsi que je propose à tous mes compatriotes de se donner les mains pour exiger les face-à-face dans les débats médiatiques. Faisons la promotion du face to face! Maintenant, nos politiciens et nos dirigeants doivent oser accepter la culture du face to face! Que dis-je! On doit leur exiger la culture du face-à-face dans les débats. Tous, ils apprécient, certainement, de voir les face-à-face dans présidentielles aux USA et en France; si non celui de tout près, en Côte d'Ivoire; pour ne citer ceux-là. Pourquoi ils ne nous en offrent pas, nous! 
Les Guinéens n'ont-ils pas droit à déguster des face-à-face entre politiciens sur des dossiers concernant leur avenir?

Les Guinéens ne méritent-ils pas d'écouter ou regarder leurs politiciens débattre suivant les arguments et les compétences? Oh que c'est beau de regarder s'affronter à armes ceux qui prétendent nous offrir le bonheur: un régal! Et ainsi, chacun pourra choisir son camp en conséquence et sur la base des arguments convaincants, au lieu de le faire par considérations fallacieuses et absurdes. En cultivant les débats de face to face, c'est le respect qui va s'imposer. On respectera les leaders et les partis en fonction des arguments. Les leaders porteront davantage attention aux citoyens. Car, ils savent que ces derniers les attendent toujours au tournant, le face-à-face. En faisant la promotion du face-à-face, on pourra décanter les choses et les distiller en vue de mieux voir l'horizon. 

J'invite tous les Guinéens, les jeunes en particulier, àexiger les face-à-face entre les politiques et les dirigeants. 

J'invite tout le monde, chacun de son côté, à cultiver l'esprit du face-à-face pour que la vérité triomphe maintenant, pour que tous distinguent l'ivraie de la bonne graine, pour que tout le monde ouvre les yeux sur tous ces dossiers hermétiquement sclérosés par des manipulations. 

Faisons du face-à-face l'une des tendances des prochaines échéances électorales, l'une des nouveautés, l'une de particularités. 

J'invite les journalistes et hommes de médias à inciter les politiques au face-à-face, à le provoquer, à les y contraindre, à travers leurs fameuses astuces de faire parler l'interlocuteur. 
J'invite aussi les facebookeurs guinéens à demander des face à face sur des les sujets délicats. 

Des face-à-face peuvent avoir lieu entre des militants, entre des responsables politiques et entre des leaders.A tous les niveaux, il y a nécessité cultiver le face to à face. 

Comme à l'enfance, si quelqu'un agressait l'autre, ils montent sur le ring. Exigeons de ceux qui veulent nous convaincre leur confier notre destin de monter souvent sur le ring. Là, tout se saura: il y a besoin que tout se sache maintenant!

Avec des face-à-face dans le débat, tout le monde est gagnant:
- le public apprend mieux et reste épargné des manipulations; car, c'est de la contradiction entre ceux qui sachent permet aux autres d'apprendre davantage; dans une émission, un politicien peut noyer l'auditoire d'informations en sa faveur; même si l'animateur corrige certains points en essayant de clarifier, l'invité aura toujours l'opportunité de faire passer un message; car, en soi, il n'a pas d'adversaire en face; mais dans un face-à-face, il y a un équilibre
- les Guinéens pourront ainsi disposer d'un paramètre qui leur permet de choisir efficacement leur camps et surtout de voter sur la base d'une conviction
- cela permettra aussi à démystifier les leaders des partis politiques et des dirigeants; car, beaucoup de citoyens et militants les mystifient consciemment ou inconsciemment;
avec des face-à-face, les partis qui se battent pour une véritable conviction et sur la base d'arguments solides en sortiront toujours gagnants; de même, les autres pourront se renfoncer en se découvrant mieux; car, par le biais des face to face, on pourra vite passer les partis au scanner en vue de les diagnostiquer;
- c'est également par le biais des face-à-face que les partis pourront détecter davantage de talents parmi les membres et militants. 
- si nos dirigeants savent maintenant qu'à chaque fois qu'il y a un flou sur un dossier, quelqu'un de l'opposition, de la société civile ou d'ailleurs peut à tout moment leur lancer le défi de faire un face-à-face en vue de clarté, croyez-moi, ils feraient beaucoup attention et réfléchiraient deux fois avant d'agir. 

En réalité, on n'a pas peur de relever le défi de face-à-face si on est sûre de soi et de ses arguments. 

J'appelle à la culture d'un face-à-face équitable et égalitaire, à armes égales: même temps de parole! 

NB: ce week end, un débat a lieu entre Sidya Touré et Abé Sylla sur la gestion de l'électricité en Guinée. Le sujet était de grand intérêt, les interventions des deux leaders donnaient à réfléchir. Mais, la forme du débat n'était pas bonne. L'un était invité, l'autre est venu comme intervenant et le débat a finis comme un duel. On aurait dû leur proposer un face-à-face prochainement. Ainsi, on crée les conditions d'un véritable débat au sortir duquel il y aura de la clarté! 

Ibrahima Ahmed Bah
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Animateur des émissions:
- "Savoir & Comprendre" sur HafiaNews (samedi 19h TU)
- "RDV de VJG (Voix de la Jeunesse Guinéenne) sur radio VJG
https://www.facebook.com/IbrahimaAhmedBah
https://www.facebook.com/IbrahimAhmedBah

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.