chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Comment l’élite Guinéenne sacrifia ce pays

Date de publication:2014-08-15 22:25:20

2014-08-15 22:20:21

Supposons que la Guinée appartenait au peuple Américain, Français, ou Chinois, Pensez-vous que la Guinée serait dans son cet état déplorable dont elle se trouve aujourd’hui ? Cette question mérite d’être posée afin de susciter des interrogations pouvant nous aider à comprendre pourquoi la Guinée va mal. La presse Guinéenne et Internationale n’oublie jamais de mentionner le paradoxe Guinéen : un pays si riche avec une population si pauvre !!! Tout récemment c’est Guineenews.org qui publie un article examinant la « malédiction » qui pourrait expliquer ce paradoxe Guinéen. Sans prétendre avoir toutes les réponses à ces questions, je vais néanmoins essayer de donner mon avis sur ce sujet qui suscite tant d’intérêts parmi mes compatriotes.

La Guinée va mal car l’élite a échoué !!

En politique et en sociologie, l’élite est définie comme un petit groupe de personnes qui possèdent une richesse ou un pouvoir politique disproportionné. L’élite a toujours joué un rôle important dans la conduite des affaires des pays. De ce point de vue donc, il n’est pas question de demander si l’élite Guinéenne est responsable du retard que nous constatons en Guinée mais plutôt d’expliquer comment cette élite à contribuer au sous-développement que l’on observe aujourd’hui.

En Guinée, l’élite joue un rôle déterminant dans la conduite des affaires du pays et possède de grandes influences, vu les conditions délétères que vivent la majorité des citoyens. Si dans certains pays, les membres de l’élite adoptent des comportements exemplaires et sont pris par beaucoup de citoyens comme des bons modèles à suivre, en Guinée l’élite adopte des comportements peu enviables. L’élite Guinéenne a non seulement créer une culture de corruption, vols, et mensonges au sommet de l’état mais continue à perpétuer et normaliser des comportements néfastes au développement.

Comment l’élite manipule le bas peuple!

On entend souvent l’élite Guinéenne dénoncer l’analphabétisme de la population comme l’une des causes du retard Guinéen. C’est ainsi que la population est accusée d’être ignorante et donc facilement manipulable par les politiciens. Il est utile de rappeler ici que l’éducation ne nous met pas à l’abri des manipulations politiciennes. Si tel était le cas, l’Allemagne du 20esiècle qui était connue pour ses progrès technologiques et ses contributions dans les sciences et autres domaines, n’allait jamais succomber aux propagandes d’Adolph Hitler. Pourtant, c’est en Allemagne qu’on verra toute une population se rallier derrière un leader avec une dévotion jamais égalée dans l’histoire des hommes. Comment cela se passa-t-il ?

En effet, pour y arriver, Hitler exploita la nature de l’homme en tant qu’animal. En fait, l’homme animal est prédisposé à vivre en groupe d’où la tendance humaine à diviser tout ce qui est autour de soi en « nous, » y compris soi-même et « eux,» c’est-à-dire tous les autres qui ne font pas partir de son groupe, l’étranger.

Ensuite, l’homme est aussi un animal social d’où l’envi d’appartenir à un groupe bien distinct des autres groupes. L’homme, comme la plupart des animaux, vit en groupes, ce qui lui permet d’affronter les défis de la vie ensemble.

Dernièrement, l’homme est aussi précaire, incertain et peu sure face à l’immensité du monde dans lequel il se retrouve. Cette qualité est peut être unique à l’homme et apparut avec l’évolution de la conscience chez l’homme moderne. Devenu conscient, l’homme se rend compte tout de suite de sa petitesse et de son insignifiance dans ce vaste univers qui est désormais sa maison. Par conséquent, pour soigner cela, il [l’homme] s’associe en groupes car il est beaucoup plus rassuré par la présence de ses semblables à ces cotés. Enfin, entre lui et ce vaste univers qui est sa maison, il existe maintenant une famille de semblables avec lesquels il va créer tout un monde matériel qui sera à son image, contrairement au monde qu’il trouva à sa naissance. Il se retrouve beaucoup plus à l’aise dans cette familiarité.

C’est sans doute ses qualités humaines qu’Hitler en 1924 ou Alpha Condé en 2010 arriva à exploiter. D’un côté, Hitler rallia les Allemands en les rappelant qu’ils sont un groupe et un groupe supérieur aux autres groupes tels que les communistes, Juifs et homosexuels. Les Allemands, à leur tour, se sentant humiliés par la première guerre mondiale et le traité de Versailles, trouvèrent la certitude et la paix du cœur en s’alignant derrière un leader qui leur promettait la victoire et la gloire devant un monde qu’ils [Allemands] percevaient hostile à eux. Similairement, en Guinée, Alpha Condé s’est servi des divisions ethniques déjà existantes pour non seulement rappeler aux malinkés qu’ils font partir d’ un groupe distincte et qu’ils ont des ennemis, les rappelant les évènements de 1984 (coup Diarra).

C’est ainsi, comme Hitler, Alpha Condé se positionna comme un Messie qui était venu sauver son peuple (les malinkés) d’une destruction imminente par les autres groupes. Si Hitler a pu rallier la majorité des allemands à sa cause, Alpha Condé par contre ne rallia qu’une partie de la population, excluant un nombre important de Guinéens. En Guinée, cette stratégie a été efficace dans la conquête du pouvoir mais désastreuse pour l’unité de la nation. Ainsi, on voit Alpha Condé sacrifier l’intérêt national au profit du gain personnel, répétant une tradition ou rituel de l’élite Guinéenne qui consiste à sacrifier l’avenir du pays pour assurer l’avenir de ses enfants à soi.

La Guinée va mal car la population laisse faire !!

Au début de cet article, je posais la question : que serait la Guinée aujourd’hui si elle appartenait aux Français, Japonais, Américains ou Chinois. La réponse à ces questions se trouve déjà dans l’histoire de ces peuples.

De 1765 à 1783, les Américains se révoltèrent contre leurs maîtres Anglais et demandèrent une indépendance totale. En fait, les Américains trouvaient injustes de payer l’impôt à la Grande Bretagne pendant qu’ils n’étaient pas représentés au parlement Britannique. Le fait de payer des impôts qui allaient pour supporter la monarchie et l’élite Britannique ne plaisait plus les Américains et c’est ainsi qu’ils décidèrent de prendre leur destins en main.

De 1789 à 1799, les Français, à leur tour, se révoltèrent contre la monarchie et l’élite Française qu’ils jugeaient d’être responsable de leurs déplorables conditions de vie. La révolution Française est l’exemple même de ce qui se passe lorsque le bas peuple décide de prendre son destin en main et de ne plus se laisser manipuler et exploiter par l’élite.

De 1946 à 1949, les Chinois aussi s’engagèrent dans une lutte féroce contre le Parti Nationaliste Chinois dont les membres étaient accusés d’être une élite peu soucieuse de l’avenir de la Chine. C’est ainsi qu’au nom du patriotisme,  Mao Zedong mobilisa toute une armée de paysans, élèves, et autres pour lutter contre cette élite qui excellaient dans la corruption, le népotisme et autres comportements néfastes au développement de la Chine. Cette révolution marqua le début de la prise de conscience Chinoise ou tout un peuple décida de prendre son destin en  main.

Avec l’exemple de ces trois peuples, on voit donc que les grands pays n’ont pas toujours eu une élite ou dirigeants soucieux de l’avenir de leur nation. Par contre, souvent, ce sont ces peuples qui ont exigé une élite responsable et soucieuse de l’avenir de la nation.

Conclusion 

On dit souvent que chaque peuple a les dirigeants qu’il mérite. Ceci sous-entend que chaque peuple peut choisir ses dirigeants ou les refuser. Il y a assez d’exemples ou des peuples se sont révoltés contre ceux qui leurs dirigent. Comme on dit en langue courante, qui ne dit rien consenti. Lorsqu’on accepte l’autorité de ceux qui prétendent nous diriger, on valide et légitime cette autorité en même temps.

Dans ce monde aux ressources limitées, rien de bon ne s’obtient sans effort. Pour changer la Guinée dans le bon sens, il faudra faire les sacrifices nécessaires pour obtenir les résultats souhaités. Les Guinéens ne sont pas les premiers à être confronté par ce challenge et ils ne seront pas les derniers. L’avantage que nous avons c’est que nous avons pleins d’exemples des peuples qui ont été confrontés aux mêmes défis que les Guinéens mais qui sont arrivés à trouver une solution adéquate à leur problème. Il faudra apprendre et s’inspirer sur les autres. En tout cas, dans l’ère de l’information que nous vivons aujourd’hui, on ne pourra pas dire demain qu’on ne savait pas comment les autres ont fait!

Souleymane Etienne

Connu sous le pseudo SE


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.