chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Appel à l’opposition guinéenne : déclenchez la procédure de mise en accusation du Président Alpha Condé en vertu de l’Article 120 de la Constitution !

Date de publication:2014-08-15 22:42:35

2014-08-15 22:35:58

Médecins sans frontière (MSF) et OMS ont révélé hier et aujourd’hui que l’Epidémie Ebola se propage plus gravement que le monde n’en soit informé. Selon les MSF, Ebola se répand plus vite que leur capacité à y faire face.

De son côté, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime quant à elle que l'ampleur de la propagation de l'épidémie est « largement sous-évaluée », en raison du fait que les statistiques officielles communiquées aux institutions internationales qui aident à combattre le virus ne sont pas correctes. Il est connu cependant que depuis le premier cas de suspect chez eux, le Libéria et la Sierra Leone ont tous deux géré la situation avec transparence et responsabilité. Ce sont les autorités guinéennes qui ont d’abord nié l’existence de la maladie en laissant le virus se propager dans le pays et au-delà des frontières guinéennes, puis qui n’ont cessé de mentir sur l’état réel de la situation en Guinée.

Ces deux institutions affirment qu’il va falloir au moins 6 mois pour pouvoir stopper la propagation. Donc, les Guinéens qui sont exclus du pèlerinage cette fois-ci pourraient rester  en quarantaine internationale jusqu’en mi 2015.

Le régime guinéen désinforme, perturbe la population et l’expose à un danger mortel durable.

Tenez ! Dans le N°419 du journal Le Populaire, du 11 août 2014, le ministre de la Santé du régime RPG, Colonel médecin Remy Lamah déclare : « L’état d’urgence n’est pas nécessaire en Guinée » en banalisant la situation. Deux jours après, le mercredi 13 août, le chef de l’État, Alpha Condé, décrète l'Etat d'urgence sanitaire nationale sous la pression internationale. C’est le même chef de l’Etat qui disait que tout va mieux en Guinée le 20 juin. Trois jours après, le 23 juin, la maladie fut déclarée « Hors contrôle ».

Malgré les efforts des institutions internationales, la situation s’aggrave au lieu la tendance ne soit décroissante. En Afrique de l'Ouest, on est à 1 .975 cas et 1 .069 morts officiels (Lire). Alpha et son gouvernement RPG continuent d’intoxiquer la Guinée et toute l’humanité avec des fausses données. Le 8 août 2014, le gouvernement guinéen annonçait pour Conakry 5 cas confirmés et 2 cas suspects. Chiffres démentis par  le personnel de l’OMS et de MSF sur le terrain qui ont parlé eux de 464 suspects à Conakry.

Comment peut-on arrêter la propagation du virus avec ces mensonges délibérés ?

Le pire dans tout ça, c’est que près d’une année après l’irruption de cette grave épidémie qui décime des familles entières, le chef guinéen de la lutte contre Ebola et toutes les autres maladies infectieuses, le Dr Sakoba Keita se plaint encore du manque de moyens de déplacement et de matériels de travail pour le personnel guinéen de la santé (Lire). Dans un pays où le Président s’arroge plus d’un milliard de FG par jour (Lire 1 & 2).

GUINEEPRESSE.INFO

Article recommandé :
Guinée : l’épidémie Ebola ferait-elle partie des stratégies d’Alpha Condé pour son maintien au pouvoir en 2015 ?

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.