chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Détournement de fonds guinéens : la presse sénégalaise défie la BCRG et enfonce davantage Alpha Condé

Date de publication:2014-08-25 11:44:33

2014-08-25 11:43:25

Grâce à la presse sénégalaise, un grand circuit de détournement de fonds guinéens impliquant le chef de l’Etat Alpha Condé a été découvert la semaine passée.

La Banque centrale guinéenne (BCRG) est venue au secours du Président prétendant que la sortie frauduleuse des fonds guinéens en devises (4 milliards de FCFA, soit 8 millions et 80 milles dollars US) aurait été initiée par elle.

Pour essayer de convaincre, la BCRG fournit un document faisant foi de preuve. Ce document, loin de calmer l’affaire et blanchir le président Condé, enfonce davantage le régime dans ce sens qu’il révèle plutôt un autre cas de détournement jusque-là inconnu des Guinéens et des Sénégalais. En effet, alors que le scandale actuel concerne une valeur de 8 millions de dollars (montant en dollars et en euros) à la date du 8 août 2014, le document de la BCRG fait référence à un montant de 10 millions en dollars uniquement et à la date du 25 juin 2014.

Ce dernier montant n’a donc pas transité par Dakar (la compagnie arabe reliait directement Conakry et Dubaï au mois de juin). Ci-dessous, voir le document de la BCRG en fichier joint !

A Dakar, la presse continue de défier les autorités de Conakry. Ce matin, le journal Libération parle d’un autre montant de 20 millions de dollars détournés aux Guinéens en réfutant les arguments de la banque centrale guinéenne (Voir fichier ci-dessous). La seneweb qui se moque des menaces des autorités guinéennes titre : « Affaire des 4 milliards saisis par la Douane : Alpha et le méga dilatoire » (Lire).

Dans l’émission de Hafianews d’hier nuit, dimanche 24 août 2014, un compatriote guinéen révèle qu’il y a un accord de transfert journalier de 6 millions de dollars vers Dubaï qui est conclu par Alpha Condé. C'est-à-dire que des recettes journalières guinéennes en devise sont simplement transférées à l’extérieur par Alpha Condé à l’insu des Guinéens. Pour quel motif ? L'Etat de Dubaï est un pays riche, construit et développé. C’est la Guinée qui a besoin de se construire. C’est en Guinée qu’Alpha Condé a promis des hôpitaux et la santé pour tous. Après 4 ans de sa présidence, les anciens hôpitaux ne sont pas équipés, pas de véhicules de santé, pas de laboratoires médicaux. Ce, malgré l'épidémie Ebola qui ravage le pays depuis 8 mois. C’est donc du Dubaï qu’on devrait transférer des fonds vers la Guinée et non l’inverse, sauf si cet argent doit alimenter des comptes privés d'Alpha Condé et de ses amis et associés étrangers.

Le parlement guinéen devrait mettre sur pieds une commission d’enquête pour élucider cette affaire de différents transferts frauduleux d'argent.

Nous rappelons que le RPG est certes majoritaire dans ce parlement, mais l’opposition guinéenne (UFDG et UFR seuls) a 4 fois plus que le nombre de députés nécessaires pour déclencher une telle procédure. 

Sur la question des transferts bancaires, lire l’avis d’un haut cadre de banques et des finances :

« Les professionnels de la banque savent que la Banque Centrale n'exporte que des billets mutilés vers les banques centrales qui ont émis ces billets en échange de billets valides. Dans ce cas de figure, la destination serait Francfort pour l'Euro et la Réserve Fédérale à Washington pour le dollar et nullement Dubaï. De même l'approvisionnement des comptes de la BCRG domiciliés chez ses correspondants ne s'effectue que par des transferts de monnaie scripturale (écriture comptable). L'alimentation du compte de correspondant ne peut nullement se faire en monnaie fiduciaire (billets). La réaction des autorités douanières sénégalaises est donc par conséquent conforme à l'observation des normes internationales de mouvements des capitaux. Ces entorses à l'orthodoxie bancaire accréditent la thèse du caractère douteux de l'opération incriminée. Ceci relève manifestement d'une opération de blanchiment des capitaux. Que ces fonds appartiennent-il au Chef de l'Etat guinéen ou pas, cela est secondaire au regard de la gravité des faits dont se rend coupable la BCRG. Elle a publiquement endossé la responsabilité d'effectuer pour son propre compte ou pour le compte de tiers, des opérations de blanchiments de capitaux. Cette déduction est consécutive à une simple analyse technique de l'opération. L'assemblée nationale devrait exiger d'entendre le Gouverneur de la BCRG, le Ministre de l'Economie et des Finances et celui Délégué au Budget pour apporter la lumière sur ce nouveau scandale financier en Guinée »,

déclare l’économiste et banquier de profession Bah Oury (Lire).

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.