chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Barak Obama parle de la Guinée comme d’une province américaine !

Date de publication:2014-09-10 08:13:54

2014-09-10 08:11:13 

Qu’est-ce qu’Alpha Condé manigance contre les éléments des forces de sécurité guinéennes ?

Dans la presse internationale, le Président américain, Barak Obama, a fait part de sa décision d’envoyer du matériel de lutte contre le virus Ebola et des soldats américains en Guinée pour protéger le personnel d’aide médicale dans notre pays.

Nous nous réjouissons de l’envoi du matériel et des unités médicales. Mais pourquoi l’envoi des soldats américains et que dit la Constitution guinéenne ?

Au Libéria comme en Sierra Leone, pays récemment sortis de guerres civiles, stationnent des forces de l’ONU pour garantir la stabilité de ces pays jusqu’à la consolidation des nouvelles institutions démocratiquement mises en place.

Pour la Guinée, c’est différent. Il n’y a aucun mandat onusien pour le stationnement d’une armée étrangère sur le sol guinéen. La Guinée est un pays souverain doté de forces de défense et de sécurité républicaines (Police, Gendarmerie, Armée).

En vertu de la Constitution de notre pays (article 142), les Forces de sécurité sont chargées de la protection civile, de la sécurité publique, de la sécurité des personnes (nationaux et étrangers) et de leurs biens et du maintien de l’ordre public sur le territoire national guinéen.

Aucune force armée étrangère ne doit investir le territoire guinéen sans une autorisation du Parlement (vote des 2/3 au moins).

Même s’il s’était produit un événement qui rend inopérant le Parlement guinéen, une telle décision ne peut être prise que par des forces vives de la Nation (Classe politique, syndicats et les organisations représentatives de la société civile comme celles des avocats et des droits de l’homme).

En cas de crise majeure et de risques de génocide suite à des élections présidentielles frauduleuses, c’est au moins les candidats en face qui peuvent solliciter la présence d’une force internationale pour la protection de la population civile (ce fut le cas en 2009 face au CNDD).

Barak Obama disait lui-même que l’Afrique a besoin des institutions fortes et non des hommes forts. Pourquoi parle-t-il de la Guinée comme d’une province américaine où il peut décider quand il veut, de déployer l’armée américaine ? Même si Alpha Condé avait été bien élu, le chef de l’Etat guinéen n’a constitutionnellement pas le droit de négocier seul une telle décision avec le Président américain. C’est un affront envers les forces de défense et de sécurité guinéennes qui ont un personnel suffisant et une formation adéquate à laquelle contribuent les Américains eux-mêmes depuis 4 ans. C’est un acte de haute trahison d’Etat qui exige l’application de la l’article 120 de la Constitution (destitution d’Alpha Condé et sa traduction en justice).

GuineePresse informe les Parlementaires guinéens et la population que les USA n’envoient des soldats dans un pays que si ce pays accepte de s’engager par écrit de ne pas arrêter et juger un militaire américain quel que soit le crime qu’il aura commis sur son territoire.

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.