chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Des journées qui ont ébranlé le monde

Date de publication:2014-09-11 10:12:31

2014-09-11 10:10:44 

Pour y réfléchir, je me suis livré ici à un exercice de comparaison, en choisissant une dizaine de « journées » qui, pour reprendre l’expression du journaliste américain John Reed, témoin de la Révolution d’Octobre, ont ébranlé le monde. En tout, une dizaine d’événements ayant profondément marqué le monde contemporain, depuis l’incendie de Persépolis au IVè Siècle av. J.C jusqu’à la chute du Mur de Berlin (en 1989) en passant par le massacre de 80.000 marchands romains en 88 av. J.C.  et autre Massacre du 28 Septembre dans un Stade de la Republique de Guineé-Conakry,… Des évènements  Presque totalement oubliés aujourd’hui.

La raison fondamentale de ma démarche a pour logique la dimension émotive, traumatique, voire l’aspect extraordinaire de chacun de ces évènements.

En éffet, la leçon évidente de cette réflexion c’est l’écart qui s’est souvent creusé à la longue entre le retentissement de chacun de ces événements et son importance historique réelle. Les exemples ci-dessous conduisent à suggérer quatre variables pour mesurer un évènement historique:

-l’Intensité, -l’Imprévisibilité, -le Retentissement et-la Créativité.

      Le 11 Septembre 2001, des millions de téléspectateurs ont assisté en direct à l'attaque contre la première puissance du monde, une attaque menée sur son sol. Les attentats contre le World Trade Center et le Pentagone ont stupéfié le monde. Des dizaines de millions d'hommes et de femmes de tous les continents ont été des témoins médusés du massacre. Le double coup de foudre sur les tours de Manhattan a aussi ébranlé et fait trembler le monde.

Le 11 Septembre noir de New York a été considéré d'emblée comme un événement formidable en raison des lieux hautement symboliques de Wall Street et du Pentagone. Au-delà de l'émotion, l'attaque des deux avions-suicides, les vacillements successifs des deux gratte-ciels avant leur implosion, la fuite désespérée des occupants, les malheureux préférant mourir en se jetant dans le vide plutôt que de périr dans les flammes., les hurlements des sirènes,.... Nul ne doute que nous resterons longtemps ou à jamais marqués par un tel spectacle et par les images macabres qui suivirent ce spectacle douloureux.

L'hypothèse du moment, pessimiste qu'elle  était, fut que le monde était à l’approche d’une troisième Guerre mondiale. Une guerre d'un type nouveau, idéologique autant que la guerre froide, opposant entre eux non pas des Etats mais des civilisations.

Depuis Septembre 2001, nous pouvons nous demander si toute fois nous ne sommes aux débuts  ou en plein d'un formidable reflux de la démocratie dans le monde (le Printemps Arabe par example

     Le Massacre du 28 Septembre 2009 au Stade du 28 Septembre en Republique de Guinee, a ete aussi un evenement formidable qui restera  indélibile dans l’esprit du citoyen guineen.

Le 28 septembre 2009, soit 51 ans jour pour jour après le référendum déterminant le nom du stade, un meeting politique organisé par le Forum de forces vives de Guinée tourne au bain de sang : des centaines de personnes sont tuées par des membres de l'armée1. Les femmes sont spécifiquement prises pour cible par les soldats guinéens qui commettent de nombreux viols publics et d'autres violences sexuelles2 : d'après l'ONG Human Rights Watch, les forces de sécurité sont impliquées dans le viol d’une centaine de femmes participant à cette manifestation pacifique3.

De inculpation à l’audition des temoins, les guinéens et nombreux memebres des ONG de droits humains attendant toujours les vrais actes et resultats de ces procedures qui durent dans le temps, esperent un jour avoir Justice.

J1 -  330 AV. JC: L’Incendie de Persépolis

Dans sa marche victorieuse contre l’Empire perse, le roi macédonien, Alexandre le Grand fait incendier Persépolis et son gigantesque palais. Le choc est d’autant plus fort que rien ne semble justifier cet acte de vandalisme.

L’imprévisibilité de cet évènement serait du fait qu'Alexandre le Grand n'ayant aucune justification de cet acte de vandalisme, voulait seulement que tous ses nouveaux sujets comprennent qu'un nouvel empire était né. Pour ce faire, il lui fallait s'attaquer à un symbole fort du régime déchu. Les trois capitales se trouvant dans ses mains (de Babylone, la ville sainte des indigènes de Mésopotamie à la grande ville qui abrite un trésor royal) seront épargnées au détriment de Persépolis.

Comme pour bien marquer le changement de pouvoir, Alexandre le Grand vide le Palais, abolit la fête. Et pour empêcher des obstines d'y nourrir leur nostalgie, il le profane. L'or, l'argent, les bijoux de la trésorerie avaient été évacués. Les tissus et vêtements précieux qui servaient aux largesses du Roi, amoncelés, et brûlés.

Dans son retentissement, la destruction de Persépolis apparaît comme la réaction d'un adversaire plus imprégné par la civilisation d'en face qu'il ne veut et ne peut le reconnaître. Peut être d'affirmer sa propre grandeur contre les effigies solennelles des rois perses trônant dans le palais.

De surcroît, l'incendie de Persépolis a fasciné et inspiré les historiens. Mais il a eu en définitive peu de conséquences. Peut être a-t-il favorisé pour les archéologues la relative conservation du palais, délaissé en partie enseveli sous ses débris. Quant à la culture iranienne, elle fit preuve d'un beau dynamisme, au cours des siècles qui ont suivi, dans les régions placées sous la domination macédonienne et aux alentours.

J2 88 AV.JC: Le Grand Massacre des Marchands romains:

L'épisode a fait 80.000 morts. Automne 88 avant notre ère: en l'espace d'une seule nuit, 80.000 Romains sont massacrés à travers toute l'Asie Mineure. Son intensité est d’autant plus grande; hommes, femmes, enfants, affranchis, tous ceux qui sont de naissance italienne sont impitoyablement pourchassés et exécutés. Aucune échappatoire, même pas ces refuges inviolables que constituent les temples. Les ordres étaient stricts: on ne doit épargner personne, et quiconque enterrera les morts ou cachera un vivant sera puni de mort; au contraire, l'esclave qui tuera ses maîtres romains sera émancipé, le débiteur aura sa dette réduite à moitié. Dans son retentissement, le récit de telles atrocités, bien pires que les horreurs habituelles de la guerre, sema la stupeur à Rome et dans l'ensemble du monde grec.

Imprévisible qu'il soit, la surprise pour Rome, fut totale. Jamais jusque-là (et jamais par la suite) la haine de la domination romaine ne s'était exprimée avec une telle férocité. Et les auteurs n'en étaient pas d'autres que des Grecs.

Une fois les premiers moments d'euphorie passés, le réveil fut brutal. Les exigences financières ne se réveillaient pas moindres que les précédents. Et les méthodes plus brutales encore exigent la réaction des Romains sous l'autorité de leur chef militaire.

J3 -  24 Août 410: Les Barbares à Rome

A l'été 410 les Goths entrent dans Rome au son des trompettes et ravagent la ville. Jamais Rome depuis huit siècles, n'a subi d'invasion étrangère. Les Goths prennent Rome et la pille. Il ne s’agissait pas ici d’une intrusion venue de dehors mais d'une rébellion à l'intérieur de l'empire où les Goths étaient installés en vertu d'une traite. Nul ne pouvait prévenir cet acte très horrible.

Cette rébellion aura une grande intensité, il était entendu qu'il y aurait pillage mais ni massacre, ni incendie. Les Basiliques de Saint-Pierre au Vatican et de Saint-Paul serviraient d'asile à la population. En réalités, destructions, meurtres et viols furent nombreux. Plusieurs palais, temples, quartiers furent la proie des flammes.

Le drame de 410 était la conséquence du recrutement de l'armée chez les Barbares. Vers 418, la Paix romaine était rétablie en Occident. Mais seul comptait désormais l'Italie: sous le choc d'août 410, le patriotisme romain s'enfermait dans sa péninsule.

J4 - 13 Avril 1204: Le Sac de Constantinople

Partis pour reprendre Jérusalem aux ‘’infidèles’’, les croisés mettent à sac la capitale de l'Empire Byzantin. Même le Pape n’a pu empêcher ce déchaînement entre chrétiens.

venus d'Occident, les croisés prennent d'assaut, le 13 avril 1204, la ‘’deuxième Rome’’. Constantinople, capitale sainte de l'Empire byzantin, est livré au pillage. La surprise est immense, le scandale aussi. La grande question ici est comment la chevalerie du Christ a-t-elle pu massacrer d'autres chrétiens?

Au matin du 13 avril, la ville est totalement prise. Dans l'église Sainte-Sophie, les soldats se disputent le trésor du patriarche.

Les tombeaux des empereurs sont ouverts et leurs objets précieux volés. Trois jours durant, ce ne sont qu'incendie, pillages et meurtres.

L'une des conséquences de ce drame est que les horreurs perpétrées en 1204 renforcèrent le nationalisme face à l'Occident et remirent en cause des siècles durant, l'orthodoxie contre Rome. La séparation des Eglises s'en trouva renforcée.

J5 - 16 Juillet 1683: Les Turcs assiègent Vienne

Coup de tonnerre dans les cours européennes, l' Empire ottoman dont on croyait depuis, la puissance déclinante, ose frapper une fois encore au coeur de l'Europe et encercler Vienne. Pour les Européens, il s'agit bien d'un nouvel épisode de la lutte entre la croix et le croissant. En fait, l'échec du siège signe le déclin irréversible de la puissance turque.

D'après, les chroniqueurs, l'invasion turque a eu la participation d'une armée de près de 200.000 hommes. Ils établissent des ponts autour de la ville pour interdire toute circulation, occupent les faubourgs après les avoir ravagé et pillé. La capitale est coupée du monde.

La défaite turque et la délivrance de Vienne faisaient figure aux yeux des contemporains, de victoire de la chrétienté dans son ensemble. La France, quant à elle, restait en retrait vu que Louis XIV n'avait pas soutenu la capitale de l'empereur.

Aujourd'hui en mesurant l'impact de cet évènement, nous pouvons trouver que le siège de Vienne n'était pas seulement un épisode guerrier marquant l'histoire de l'Autriche, il représente une étape de l'histoire de l'Europe dans la mesure où il conduit à un nouvel équilibre des forces. L'Autriche accède au rang de grande puissance, Vienne devient la plus grande ville d'Allemagne. La Hongrie est ensuite libérée de l'occupation turque.

J6 - 1er Novembre 1755: La Terre tremble à Lisbonne.

Dix mille (10.000) morts sur une population d'environs 260.000 habitants, une ville largement détruite. Le bilan du tremblement de terre de Lisbonne est dramatique, ce qui distingue cette catastrophe naturelle d'autres tout aussi meurtrières.

Le 1er Novembre 1755 vers 9h 40 du matin, jour de la Toussaint, un terrible séisme touche Lisbonne. En neuf minutes se succèdent quatre secousses, tellement violentes que le ciel est obscurci par les vapeurs sulfureuses et la poussière des bâtiments qui s'écroulent. Cette catastrophe fut une immense surprise bien que n'étant pas une première, mais vu le temps qui la sépare de la précédente de l'année 1597.

Des conséquences, on notera: le regard sur la nature se modifiera avec la naissance d'un débat scientifique, d'innombrables publications avancent des théories minéralogistes ou chimiques sur l'inflammation souterraine. Le débat a été aussi religieux.

J7- 14 Juillet 1789: La Bastille est tombée.

Pour tous les observateurs étrangers pas de doute, la prise de la Bastille marque bien la fin d'un monde.

De janvier à avril 1789 se déroulent dans toute la France les élections aux états généraux dont la réunion a été décidée par Louis XVI qui ouvre solennellement la première séance le 5 Mai à Versailles. Des jours qui suivirent, beaucoup d'événements se succèdent compromettant ainsi les acquis du pouvoir: la conjoncture économique est catastrophique, le prix du pain ne cesse de monter, le roi décide de faire marcher les troupes sur Paris. Un soulèvement populaire suivi de cortèges de rue passe devant l'Hôtel de ville.

Des conséquences exceptionnelles suivent la prise de la Bastille: Capitulation de Louis XVI, reconnaissance de la souveraineté populaire,...

J8- 7 Novembre 1917: La prise du Palais d'Hiver.

Le choc de Février, qui avait renversé le tsar, avait eu sur le coup d'avantage d'écho. Mais la prise du pouvoir par Lénine, point d'orgue de la révolution russe fut bien le temps fort de cette année 1917.

Dans son livre publié en 1919, le journaliste américain John Reed écrivait: « Quoi qu'on pense du bolchevisme, il est indéniable que la révolution Russe est un des évènements de l'histoire de l'humanité et que la venue au pouvoir des bolcheviks est un fait d'importance mondiale ». La Révolution bolchevique résulte de la Révolution de février 1917, elle-même conséquence de la guerre mondiale.

Conséquences: Prise du pouvoir par Lénine. La visée léniniste restait mondiale. La prise du Palais d'Hiver devait être « l'étincelle » de la révolution européenne. Celle-ci ne se produira pas, échouant en Allemagne, en Hongrie et ailleurs. Néanmoins cette visée mondiale fidèle à Marx eut pour conséquences la fondation en 1919 de l'Internationale communiste qui embrassera beaucoup de pays.

J9 - Le 9 Novembre 1989: La chute du mur de Berlin.

La plus grande fête de rue de l'histoire du monde fut aussi une immense surprise, suivie en directe sur toutes les chaînes de télévision de la planète.

Au moment précis, dans la nuit du 9 au 10 Novembre1989, où s'ouvre le mur de Berlin-Est à Berlin-Ouest. Un formidable symbole s'écroule; l'incarnation de la division de l'Europe en deux et du monde bipolaire.

Evénement immense qui met fin à trois cycles historiques, l'un après l'autre. Le premier d’un délai court a été lancé quelques années au paravent en ex-URSS par les initiatives du dernier dirigeant soviétique, Mikhaïl Gorbatchev: La perestroïka, c'est a dire l'arsenal des réformes économiques destinées à moderniser le communisme.

En deuxième lieu s'achève un cycle de l'histoire de l'Allemagne et de l'Europe, cycle qui a commencé durant l'année sombre de1961 date de la construction du mur de Berlin. Déjà, entre 1948-1949 , Berlin subissant le blocus soviétique avait pris figure d'enjeu majeur de la guerre froide.

En fin, le cycle à long terme, est marquée par une longue période historique ouverte en 1917 avec la Révolution d'Octobre en Russie qui se ferme le 9 novembre 1989. C'est à cet instant précis que le communisme soviétique est mort.

J10- Jeudi 27 Décembre 2007: l'Assassinat de Benazir Bhutto au Pakistan

Au lendemain de la mort de Benazir Bhutto dans un attentat au Pakistan, de nombreux incidents ont lieu dans le pays, où les troupes paramilitaires ont reçu l'ordre de tirer à vue sur les émeutiers.

L'attentat qui a coûté la vie, jeudi 27 décembre, à Benazir Bhutto, ex-Premier ministre du Pakistan, a plongé le pays dans le chaos, à quinze jours d'élections législatives très attendues. Des émeutes ont éclaté dans le pays et les troupes paramilitaires pakistanaises ont reçu le vendredi suivant l'ordre de tirer à vue à Karachi, selon un officier. Les autorités pakistanaises, qui ont décrété trois jours de deuil national, ont par ailleurs ordonné une enquête sur les conditions de la mort de Benazir Bhutto dans un attentat suicide lors d’un de ses meetings dans la banlieue d'Islamabad. Benazir Bhutto a été inhumée le lendemain dans le mausolée familial au sud du Pakistan, en présence d'une foule immense de partisans endeuillés par son assassinat, suivi d’émeutes ayant fait 19 morts.

Benazir Bhutto avait échappé à un premier attentat, le 18 octobre, à Karachi, le jour de son retour au Pakistan après huit années d'exil. Cet attentat suicide avait été le plus meurtrier de l'histoire du Pakistan, avec 139 morts lors d'un immense rassemblement de sympathisants qui célébraient le retour de leur leader.

La Maison-Blanche a réagi sans tarder à cet assassinat. Le président des Etats-Unis a eu une brève conversation téléphonique avec Pervez Moucharraf pour faire le point de la situation. Dans une courte déclaration, George W. Bush a condamne « les gestes des extrémistes assassins qui tentent de miner la démocratie pakistanaise » et a insisté sur la nécessité de poursuivre et de punir les auteurs de l'attentat

L'Inde, pays voisin du Pakistan, a qualifié « d'acte abominable » l'assassinat de Mme Bhutto. « Nous sommes choqués et horrifiés par sa mort », a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Pranab Mukehrjee.

La Russie, l'Allemagne, l'Italie, l'ONU,...ont fait part de leurs craintes que l'assassinat de Benazir Bhutto n'entraîne des répercussions violentes au Pakistan et une instabilité totale de toute la région.

Après cet attentat horrible, les regards sont bien tournés vers l'avenir sociopolitique du Pakistan et de toute la région, quand bien même on sait que ce pays est détenteur de l'arme nucléaire. 

La  question Principale qui se pose  aujourd’hui est:
Quel enseignement  tire-t-on de tous ces Evenements?
Que Dieu le tout puissant nous protège par sa grâce: AMEN!

            Amadou Saikou Diallo
              (Washington DC.)

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.