chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Alpha Condé, le président du « Désormais »

Date de publication:2014-10-06 10:43:07

2014-10-06 10:40:49

Si jusqu’à nos jours la Guinée n’avance pas et s’appauvrit sur tous les plans, depuis 2010, c’est compte tenu de l’hypocrisie et de la démagogie de son président,  Alpha Condé.

Récemment face à la presse, le chef de l’Etat guinéen hausse le ton, que «  Désormais quiconque se permettra de diviser les ethnies en Guinée sera arrêté. Qu’il soit ministre, député ou homme politique ».

Ce que je ne comprends pas, et qui est très lamentable, c’est que depuis son accession au pouvoir, Alpha Condé hausse toujours le ton dans les «  Désormais ». Jamais, ce président ne s’est contenté du présent ou du passé. Car le passé très récent  et,  le présent, ou « le-tout-de-suite » de la Guinée, sont pleins d’évènements fâcheux,  dont leur résolution, à eux seuls,  servirait un grand guide pour avancer et résoudre le problème fondamental du pays, celui lié aux divisions ethniques. Car la division ethnique existe déjà. Formuler le contraire, c’est de la malhonnêteté intellectuelle.

Le « Désormais » en politique  est le pire outil à résoudre les problèmes. Le « Désormais », ou « à partir du moment actuel », « à l’avenir », ont toujours été l’arme des hommes  peureux, hypocrites et démagogues.

 Alpha Condé est un peureux qui n’ose ni le regard  de son interlocuteur, à plus forte raison de  démettre un de ses ministres pour un discours malencontreux.  N’est-ce pas que certaines  personnalités publiques de son pouvoir ont  semé et sèment encore  les graines de la haine entre les ethnies ?

Facinet Touré, le médiateur de la république,  préfère voir les peuls s’occuper seulement de la chose économique.  Que la chose politique soit  du ressort des autres ethnies. Le ministre de l’administration du territoire, Alhassane Condé, l’homme des discours ethnocentristes,  lui  n’éprouve pas de l’ennui  de qualifier l’UFDG de parti communautaire. Le ministre de la communication, Alhousseiny Kaké Makanéra, à son tour,  ne sait pas faire la distinction entre le particulier et le général,  « Comme Womey ne comprend que la violence, on leur parlera ce langage », affirmait-t-il. Le directeur général de l’Office National du Tourisme, Laye Junior Condé, enfonce le clou que «  La violence serait un des éléments du code génétique des Sud-guinéens »,  des forestiers. 

Des facettes négatives du pouvoir d’Alpha Condé qui n’étonnent pas la majorité des guinéens. Le président, lui-même,  est arrivé au pouvoir en divisant les ethnies.

Un tel pouvoir, et vu son fondement, et pour qu’il fonctionne, doit s’attaquer aux causes réelles des problèmes.  Ce n’est pas le « Désormais » qui résoudra les problèmes, car  le « Désormais » n’est pas action. Le « Désormais » doit être la résultante des mesures déjà prises contre tout acte malsain  du passé et du présent. 

La politique doit être active pour qu’elle soit effective. L’hypocrisie, le fait de déguiser son véritable caractère, d’exprimer des opinions, des sentiments  qu’on n’a pas, est le tableau derrière lequel se cache Alpha Condé. La démagogie, ou la dissimulation, le déguisement, la fausseté, ou la fourberie, est l’arme que le chef d’Etat guinéen utilise pour diriger.

Le virus d’Ebola est très dangereux, c’est clair. Combattons-le en suivant  réellement  les nombreuses consignes des médecins, ou spécialistes. Car les consignes politiques du président Alpha Condé autour de cette  maladie,  sont seulement politiciennes, par conséquent,  trompeuses et destructrices.

Naby Laye Camara

Bruxelles

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.