chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : une interminable tragédie

Date de publication:2014-10-06 17:28:17

2014-10-06 17:23:32

<< En 4 ans de gouvernance Alpha Condé a prouvé sa médiocrité, sa capacité à passer de la comédie au drame, registre dans lequel il excelle. >>

Depuis 1958, nous n'avons été géré que par des hommes assoiffés de pouvoir, par des tyrans implacables, par des jouisseurs invétérés pour lesquels le pouvoir est un délice qu'il faut assouvir même au prix du génocide.

Le dernier d'entre eux, le citoyen Alpha Condé s'était présenté à nous en réformateur et en grand rassembleur. Les guinéens découvrent maintenant qu'il n'est qu'un autocrate de la pire espèce qui attendait son heure. Il n'est ni plus ni moins qu'un potentat élevé dans le giron du système totalitaire qui doit tout au système totalitaire et qui est revenu au système totalitaire.

Depuis son investiture, le sieur Alpha Condé a utilisé tous les moyens pour neutraliser la Guinée en lui confisquant tout ce qu'elle a acquis après des années de luttes. Car avec un appareil judiciaire aux ordres, des médias bâillonnés, un parlement inféodé au pouvoir politique, une société civile corrompue, une opposition laminée et déboussolée il n'existe plus d'antidote aux dérives de son pouvoir.

Il ne serait donc pas exagéré de dire qu'en Guinée l'histoire se repasse toujours le même plat. C'est un éternel recommencement.

Éternel recommencement dis-je ! Car comme l'écrivait notre doyen Ansoumane Doré : « Prendre possession d'une maison sans avoir fait le ménage peut reconduire les mêmes habitudes chez les nouveaux habitants. »

Ce fut le cas du C.M.R.N en 1984, du C.N.D.D en 2008 et maintenant du R.P.G qui se révèle être une organisation fasciste qui continue de perpétuer la tragédie guinéenne.

56 ans après son indépendance la Guinée est toujours à la merci des tyrans.

Comment en sommes nous arrivés là ?

La réponse à cette question peut venir en partie de Hannah Ahrendt qui, dans Le Tyran Totalitaire, écrivait : 

« La société a toujours tendance à accepter quelqu’un d’abord pour ce qu’il prétend être, si bien qu’un fou qui pose au génie a toujours quelque chance d’être cru.»

Ce qui explique en partie que le peuple de Guinée ait accepté passivement la domination de ces tyrans.

La conséquence d’une telle situation est la banalisation du crime et de l'impunité d'où l’installation permanente d’un désarroi politique, économique, social et maintenant sanitaire.

Toutes ces crises s'aggravent de jour en jour et touchent toutes les communautés de notre pays. Nombre d'entre nous expriment de très vives inquiétudes :Inquiétudes face à une vie de plus en plus dure, inquiétudes pour l'avenir. A ces inquiétudes s'ajoute un sentiment d'injustice face à tous les crimes perpétrés à ce jour.

Aujourd'hui tous les Guinéens sont acculés et se retrouvent à la défensive. Une psychose généralisée s'est emparée du pays à cause des massacres et des règlements de compte devenus la clé de voûte du système Condé. Depuis bientôt quatre ans les tueries se succèdent les unes après les autres sans que la vérité ne soit rétablie.

On ne peut que condamner ces méthodes, Oh! Combien haïssables, dignes de la nuit des longs couteaux de l'époque hitlérienne. Il serait inutile ici d'énumérer la longue liste des crimes de ces multirécidivistes coutumiers du fait.

C'est tout simplement une épuration ethnique qui ne dit pas son nom.

Il n'y a aucune surprise en cela, parce qu'Alpha Condé, lui-même, pratique sans retenue, la préférence ethnique. Là où le bât blesse, c'est qu'aujourd'hui, notre fameux leader historique déclare publiquement qu'il fera arrêter sur le champ quiconque critiquera une ethnie, à l'heure dit-il, où la nation est en danger du fait de Ebola. De qui se moque-il ?

Franchement, ce type est tout simplement nul. Il est pris dans l'engrenage de ses propres turpitudes.

En 4 ans de gouvernance il a prouvé sa médiocrité, sa capacité à passer de la comédie au drame, registre dans lequel il excelle.

Après avoir facilité la propagation du virus Ebola, le sieur Condé déclare maintenant la guerre à ce dangereux virus. Pour le vaincre, il fait appel à ses « Donzos », une nouvelle espèce de fauve sauvage très active dans la sous région. Depuis leur déploiement, c'est le retour des assassinats ciblés et des massacres sur fond de terreur voulu et entretenu par son régime.

Et la tragédie continue inexorablement.

Il est grand temps de se débarrasser de ce potentat absolu qui pratique l'épuration ethnique. En effet, dans les vents contraires qui tourmentent le paysage politique guinéen le cumul de la politique et le business est très dangereux, surtout si le premier magistrat du pays se sert de l'un pour faire fructifier l'autre. Tel est le principe de gestion du citoyen Alfa Condé.

C'est connu de tous : le contrôle des richesses d'un pays permet d'acheter des armes pour contrôler davantage les richesses nationales. Avec Alfa Condé, le machiavélisme avance chaussé de gros sabots. Il ne lui suffit plus que la Guinée lui rapporte, il faut qu'elle lui obéisse.

Notre pays a besoin d’une cohésion nationale et sociale pour s’attaquer aux immenses défis qui l’attendent.Nous devons résister à l’invasion des fauves lâchés par le citoyen Alfa Condé. Nous sommes dans un cas de légitime défense.

Cet homme est dangereux. Il a pour seule devise : « Ce qui ne me tue pas me rend plus fort ». Aux Guinéens de méditer.

 

Cécé Roger HABA, Reims France

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.