chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Massacres à WOMEY : réaction de l’O.R.E.P

Date de publication:2014-10-12 09:21:19

2014-10-12 09:16:27

Dans des circonstances non encore clairement élucidées, une délégation « sanitaire » militarisée conduite par le gouverneur de région et un de ses préfets, a échangé des coups de feu meurtriers avec les villageois de WOMEY, il y a de cela plus d’une semaine.

Le bilan de la confrontation s’élèverait à 8 ou 9 morts. Les victimes seraient tous des journalistes et des agents de santé venus prodigués des conseils aux villageois concernant le virus à EBOLA.

L’O.R.E.P. déplore des morts, et présente ses condoléances les plus attristées aux familles. Toutefois, pour l’O.R.E.P., il subsiste de nombreuses zones d’ombre concernant ce drame. Le pouvoir a plusieurs fois changé de version. D’où les interrogations suivantes :

1°. Pourquoi cette délégation était-elle si militarisée, au point d’effrayer les populations ?

2°. Etait-ce vraiment une mission exclusivement de « conseil d’hygiène » par rapport à EBOLA ? De sérieux doutes subsistent quant à cette hypothèse.

Si le but de ce qui est devenu une expédition punitive, était de sensibiliser les populations de WOMEY sur le virus à EBOLA, ses modes de transmission, et les mesures d’hygiène à prendre, alors, ni les militaires, ni le gouverneur et le préfet ne sont qualifiés pour cela. Les élus locaux (chefs de quartiers, maires, autres élus communautaires et les députés uninominaux) sont les mieux indiqués pour cette mission. Ils connaissent mieux leurs voisins de village, de quartier, ainsi que leurs us et coutumes. Dans tous les cas, ils sont plus appropriés pour cette mission que les ministres, gouverneur ou préfets.

L’O.R.E.P. sait depuis longtemps, que certains représentants de l’Etat (militaires, gouverneur, préfet et sous-préfets) ont dans un passé récent, infligé des exactions aux populations de SIGUIRI, N’ZEREKORE, ZOGOTA, Labé, CONAKRY, KANKAN…. que même une armée coloniale d’occupation n’oserait infliger aux populations occupées. Par ailleurs, dans cette partie du pays, mais aussi ailleurs, il n’est pas rare que le pouvoir exerce de façon totalement arbitraire des violences sur les populations, dans le seul but de les faire « bien voter », c’est-à-dire pour M. Alpha CONDE, ou de leur extorquer leurs maigres ressources.

Dans ce contexte, était-il judicieux d’ériger tout d’un coup en « conseillers sanitaires et d’hygiène » les autorités qui ont l’habitude de violenter les villageois ?

1°.C’est pourquoi, l’O.R.E.P. suggère aux députés de l’opposition et de la majorité R.P.G.- Arc-en-ciel de créer une commission d’enquête parlementaire pour :

--Auditionner les notabilités gouvernementales qui ont ordonné les expéditions punitives militarisées contre les villageois de WOMEY.

-- Mener une enquête exhaustive, honnête sur les exactions infligées aux populations de WOMEY, ZOGOTA, SIGUIRI, LABE et CONAKRY.

--Publier les conclusions de l’enquête, ainsi que les recommandations que devrait faire cette commission pour mettre fin aux exactions et à l’arbitraire.

Pour l’O.R.E.P.(Opposition Républicaine Extra-Parlementaire) :

Mamadou Billo SY SAVANE, Vice-Président

HABA Cécé ROGER, Secrétaire Général, chargé de l’organisation.


PARIS, le 11 Octobre 2014.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.