chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Conférence de presse d’Alpha Condé : analyse et commentaire (partie 1)

Date de publication:2014-10-13 17:11:18

2014-10-13 17:10:18

Après le complot peul en Guinée (19 juillet 2011), celui des Forestiers (Womey, 16 septembre 2014) ?

Dans son article du 2 octobre 2014, guineenews a rapporté les propos du semi-lettré du RPG, Alousseny Makanera, élevé au rang de ministre de la communication par Alpha Condé dans son gouvernement de mission :

« Ils ont voulu créer un désordre total à partir de Womey. Dans leur plan machiavélique, c'était de créer une déstabilisation totale de notre pays à partir de Womey ce jour-là. Leur objectif, c'était d'opposer les différentes ethnies pour amener la Guinée à la guerre civile, c'était leur plan. … Je voudrais vous dire que le gouvernement, le Premier ministre en tête et le président de la république, le professeur Alpha Condé… Il est décidé d'envoyer des forces de défense et de sécurité qui doivent établir leur capitale à Womey maintenant. Puisque c'est la violence qu'ils comprennent, on va leur parler le langage de la violence. … »

Avant de promettre : « On va condamner toute la Guinée à travers les actions que nous allons poser à Womey, soyez sûrs ! ».

A travers quelles actions contre un village ou une communauté peut-on condamner un Etat ? Sans aucun doute, la réponse est le Génocide.

Dans un article publié le 9 avril 2014, nous avons mis l’opinion nationale et internationale en garde sur des risques sérieux de génocide en Guinée Forestière contre les autochtones de la région (Lire). Lire également notre article du 29 avril 2014 (Guinée: peut-on éviter la guerre civile ?).

Ces propos du ministre de l’information Makanéra trahissent les véritables motivations des extrémistes du RPG au pouvoir pour créer les conditions d’assiéger Womey, le cœur du pays guerzé.
 
Dans ses accusations et attaques à caractère ethnique à peine voilé, ce ministre de la propagande du régime fasciste du RPG est allé jusqu’à citer la maman du député originaire de la région Holomou Koni.

Il est donc évident que le régime RPG prépare quelque chose de très grave contre les populations de Womey et toutes celles qui seront en solidarité avec elles, c'est-à-dire les populations autochtones de la région forestière de Guinée. D’autant plus que les propos du chef de l’Etat Alpha Condé, le vendredi 3 octobre 2014, ne sont pas rassurants :

 « A ce niveau des enquêtes, nous ne pensons pas que les événements de Womey, que ça soit une affaire d’Ebola. Nous pensons que c’est autre chose. Mais la justice continue son cours. Et quelle que soit la personne qui est concernée, quel que soit son niveau, qu’il soit ministre, général, préfet ou n’importe quoi qui sera concerné, sera effectivement poursuivi et sanctionné. Nous n’accepterons plus cette pagaille. Désormais chaque fois que quelqu’un portera atteinte, tiendra des discours pour opposer des ethnies aux autres, il sera poursuivi par le procureur qu’il soit journaliste, ministre ou homme politique. Nous n’acceptons plus qu’au moment où la nation doit se mobiliser contre cette maladie qui menace notre existence, quelqu’un tient des discours qui soient contraires à la constitution. »

On peut comprendre ici, une volonté du pouvoir d’en profiter pour procéder à un nettoyage ethnique qui viserait cette fois-ci les militaires, cadres et hommes politiques forestiers.

Après son investiture, Alpha Condé a refusé de déclarer ses biens comme l’exige l’article 36 de la Constitution. Il n’a pas respecté le délai constitutionnel de 6 mois pour l’organisation des législatives (3 ans de retard), il roule dans des véhicules non immatriculés, il fait des recensements, des nominations et des licenciements à caractère ethnique, il crée et entretient une milice armée, il refuse de légaliser des partis politiques d’opposition mais il crée et légalise des mouvements anti-peuls Manden Djalon et l’Union des Rundès.

C’est plutôt étonnant qu’un tel Président promette d’agir contre des personnes qui font des choses contraires à la Constitution.

En consultant la Constitution par rapport à ces manquements, nous constatons une violation manifeste et répétée des articles 1, 2, 3, 4, 5, 6, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 36 et 143 de la Constitution par Alpha Condé !

Pas plus tard que le 4 octobre, c'est-à-dire le lendemain de la conférence de presse d’Alpha Condé, la Coordination Nationale Haali Pular de Guinée a énuméré des crimes et actes graves d’Alpha Condé et de son gouvernement RPG dans un document que nous avons publié. Le 18 septembre, un autre acte de division et d’incitation à la haine et à la violence intercommunautaires au Fouta avait été dénoncé par la même Coordination (Lire 1 & 2).

Pour ce qui est de la région forestière, il est connu de tous qu’il y a toujours eu des affrontements interethniques entre les militants du RPG (malinkés) qui veulent contrôler la région et les populations forestières (autochtones) qui se sentent marginalisées, ségrégées et maltraitées dans leur propre région.

Alpha Condé et son parti ont tenu à assiéger la Forêt et affaiblir les militaires et hommes politiques de cette région avant d’organiser les élections communales et communautaires et ainsi que les présidentielles 2015 afin d’en prendre le contrôle effectif. L’opportunité leur est offerte par les événements de Womey. Déjà, dès l’arrivée du RPG au pouvoir, il y a installé la base de sa milice donso fondée avec des chasseurs et anciens rebelles malinkés de la Guinée et des pays voisins recrutés par le leader du RPG, Alpha Condé, entre les deux tours de la Présidentielle de 2010.

Tant le ministre Makanera que le président Alpha Condé, ils laissent tous deux sous-entendre que le drame de Womey est un complot des Forestiers pour déstabiliser le régime et provoquer une guerre civile (qu’ils ont déjà planifiée eux-mêmes contre la Forêt). D’ailleurs cette campagne d’Alpha Condé et du RPG présentant les Forestiers comme des sauvages inhumains ne date pas d’aujourd’hui (Lire). C’est pourquoi on ne peut pas exclure que ces violences aient été organisées par le pouvoir lui-même à dessein.

Lors de sa conférence de presse, Alpha Condé lui-même a déclaré : « Nous sommes en guerre. Quand on est en guerre, on utilise toutes les armes possibles pour gagner la guerre. ».

C’est ce qu’il a fait en 2010 contre les Peuls. C’est ce qu’il est en train de faire pour 2015 contre tout le monde.

Il est facile de vérifier qu’en Guinée, depuis le processus démocratique, c’est le RPG qui a toujours manœuvré et conduit à des violences ethniques contre les autres communautés et contre les cadres des partis adverses. Sans cette stratégie qui a été utilisée en Forêt en 1990 lors des communales, à Conakry, en Haute Guinée et dans une partie de la Forêt en 2010, Alpha Condé ne pouvait pas être président et le RPG ne pourra pas rester au pouvoir en 2015.

Ce qui s’est passé à Womey n’est pas un cas isolé. Les attaques contre les Médecins Sans Frontière (MSF) ont fait suite à la campagne d’Alpha Condé et du RPG contre les équipes qui cherchaient à lutter contre Ebola et empêcher sa propagation, comme elels l’ont toujours bien réussi dans le passé et partout ailleurs. Cela s’est passé à N’Zérékoré et à Guekedougou avant Womey, organisé par des cellules du parti au pouvoir RPG.

Par ailleurs, le journal Le populaire du 7 octobre 2014 fait également cas d’agression et de bastonnade contre l’équipe anti-Ebola à Macenta, le mercredi 1er octobre, dans la sous-préfecture de Sérébédou. Cette équipe était composée des membres de l’Association des ressortissants de Macenta (Aréma) en campagne de sensibilisation et de prévention de l’épidémie d’Ebola. Ils furent attaqués dans leur propre région et pour les mêmes raisons que l’équipe gouvernementale à Womey. Ce qui dément formellement Alousseny Makanéra et son président Alpha Condé qui laissent croire que l’agression de Womey a été organisée parce qu’on ciblait d’autres ethnies guinéennes pour provoquer une guerre civile.

Si les membres de l’Association Aréma portaient aussi des armes et s’étaient montrés arrogants et menaçants contre les villageois en tirant des coups de feu ou en portant la main sur des notables, il y aurait eu des morts dans cette localité aussi.

La révolte des populations contre tout ce que l’Etat symbolise ou accompagne en Guinée est simplement l’expression du rejet d’Alpha Condé et de son régime tribal du RPG.

Il est temps que les Guinéens de toutes les régions se réveillent. Si l’on accepte que Womey soit assiégé avant les élections communales, Mamou, Labé, Pita, Dalaba, Guekedougou, N’Zérékoré, Lola, Boké, Fria, Kindia, Ratoma, Matam, Matoto et même Kaloum seront assiégés avant les élections présidentielles de 2015.

Enfin, c’est dommage qu’après l’assassinat du responsable de l’UFDG Amadou Oury Diallo (Lire), le leader de l’UFDG Cellou Dalein Diallo qui avait promis une réaction ferme à son retour en Guinée, ne trouve rien à faire aujourd’hui que de déclarer que eux ils cherchent le dialogue mais que le pouvoir refuse. Le leader de l’opposition dont les militants sont froidement assassinés depuis l’installation d’Alpha Condé au pouvoir jouit même de la sympathie et reçoit des félicitations de la part de son adversaire Alpha Condé aujourd’hui, qui le remercia et félicita, le 4 octobre 2014, pour sa "bonne" conduite.

Qui peut encore douter que Cellou Dalein Diallo est l’adversaire politique rêvé d’Alpha Condé ?

 

GUINEEPRESSE.INFO

Articles recommandés:

1- Présidentielle 2015 : Alpha Condé joue au boulanger en Guinée comme Laurent Bagbo l’avait fait en Côte d’Ivoire.

2- RFI et MÉDECINS SANS FRONTIÈRES se mobilisent ensemble pour la prévention d'Ebola

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.