chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Pourquoi le Vatican - l'Eglise catholique - et le Parti Socialiste français doivent-ils empêcher la mise à mort programmée de la démocratie en Afrique

Date de publication:2014-10-27 22:44:34

2014-10-27 22:39:53

Je rappelle que l’avènement de la démocratie en Afrique, dans les années 90, est, et c'est incontestable, avant tout le résultat de la conjugaison de deux événements majeurs, à savoir: la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989, qui marqua la fin de la guerre froide; et le discours du Président François Mitterrand à Baule, en 1990.

Or, Dieu sait ô combien Karol Józef Wojtyla, Le Pape Jean Paul II, a joué un rôle décisif dans la chute du mur de Berlin et la la fin de la guerre froide, notamment dans la période précédant l'effritement de l'Union soviétique (l'URSS - le fameux bloc de l'Est); ce qui fit de lui "Le Pape héros de la chute du communisme"

Le deuxième élément déclencheur du processus démocratique en Afrique est bien évidemment le discours de La Baule, écrit par Erik Orsenna et prononcé par le Président socialiste, François Mitterrand, le 20 juin 1990, devant 37 chefs d'Etat et de gouvernements de pays africains qui étaient invités dans le cadre de la 16e conférence des chefs d’État d’Afrique et de France qui avait lieu dans la commune de La Baule-Escoublac, en Loire-Atlantique.

Ce discours était en réalité une conséquence directe de la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide. Et pour cause, selon Roland Dumas, ancien ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand, ce discours se résume ainsi : « Le vent de liberté qui a soufflé à l'Est devra inévitablement souffler un jour en direction du Sud (...) Il n'y a pas de développement sans démocratie et il n'y a pas de démocratie sans développement ».

Il marquera en tout cas un tournant décisif dans les relations entre le nord et le sud, notamment entre la France et ses anciennes colonies africaines. En effet, alors que dans un contexte de guerre froideles relations avec l'Afrique s'étaient fondées uniquement sur une sécurisation des approvisionnements des matières premières sans aucune considération pour le respect des droits de l'Homme et de la démocratie de la part des pays exportateurs, le discours de La Baule représente une avancée majeure vers la conditionnalité des échanges. Les pays d'Afrique étaient désormais invités à accélérer leur processus de démocratisation en vue d'une pérennisation des échanges avec le Nord.

Donc, comme chacun peut le voir, la démocratie en Afrique est un bel héritage que nous devons en grande partie au Pape Jean II et donc au Vatican et à l'Eglise catholique en général mais aussi au Président socialiste, François Mitterrand, et donc au Parti socialiste français.

C'est pourquoi nous disons que le Vatican et l'Eglise catholique, François Hollande et le Parti Socialiste français (PS), doivent aujourd'hui défendre ce noble héritage aux cotés des peuples d'Afrique et empêcher la mise à mort programmée de la démocratie en Afrique.

L'Eglise catholique doit se mobiliser partout pour exprimer son attachement à la démocratie en Afrique dans la mesure où les prêtres catholiques ont été aux premières loges lors des conférences nationales souveraines qui ont conduit à la débâcle des régimes des partis uniques sur le continent. 

L'heure est donc venue pour le nouveau Pape, Le Pape François, et le nouveau Président socialiste français, François Hollande, de se joindre au Président Barack Obama et aux démocrates africains et du monde entier pour défendre la démocratie en Afrique et rendra ainsi hommage au Pape Jean Paul II et au Président François Mitterrand, sans lesquels, rien de ce qui s'est passé en Afrique en matière de démocratie n'aurait été possible.

Nous pensons qu'en plus d’être "Le Pape des Pauvres", Le Pape François doit être également "Le Pape héros de la défense de la démocratie en Afrique et partout dans le monde". Car au-delà même de la pauvreté, l’absence de démocratie et de liberté en Afrique est indéniablement l'une des raisons qui poussent souvent des milliers de Jeunes Africains, hommes et femmes, à émigrer vers l'Europe en prenant tous les risques du monde jusqu'à échouer dans des embarcations de fortune au large de l’île de Lampedusa.  

 

Bienvenu MABILEMONO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.