chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Recensement Général de la Population et de l’Habitat de 2014 (RGDH-3) : décryptage d’une supercherie !

Date de publication:2014-10-28 16:51:47

2014-10-28 16:47:09

Les résultats préliminaires du 3ème Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH-3) , effectué du 01 mars 2014 au 01 avril 2014, a surpris plus d’un observateur. D’abord, parce que la population guinéenne serait, selon ce RGPH3, moins nombreuse (environ 10 millions) que toutes les projections démographiques jusque-là usuelles (12-13 millions), avec toutes les conséquences en résultant. Ensuite, à cause de la baisse de la population, à contre-courant, dans certaines préfectures (Guéckédou, Dalaba…). Et enfin, parce que le RGPH-3 fait de la région administrative de Kankan (zone de savane africaine) la plus peuplée de la Guinée, devant la capitale administrative et économique Conakry et la région de N’Zérékoré (la plus peuplée en 1996). Dans cet article, un accent particulier sera mis sur ce dernier point (par ricochet, sur le 1er point) !

Qu’une région de l’intérieur du pays soit plus peuplée que la capitale n’est, en soi, pas un problème. Encore faut-il l’expliquer de manière plausible. En 1996, la région de N’Zérékoré était la région la plus peuplée du pays, selon le RGPH-2. La raison avancée était indiscutable et palpable: l’afflux de réfugiés de 2 pays frontaliers (de la région) en guerres civiles simultanées à l’époque (Libéria et Sierra-Leone). Néanmoins les raisons avancées pour le RGPH3, de surcroit sous un climat politique teinté d’ethno stratégie, laissent plutôt perplexe. Il n’est pas suffisant de se contenter de souligner son étonnement face à ces chiffres. Il faudrait aller au-delà et décortiquer ces chiffres. C’est-à-dire les éplucher et expliquer ce qu’ils signifient !

Dans cet article, il ne sera point question d’analyser les résultats du RGPH-3 en fonction de celui de 1996. En effet, il est vrai que depuis 1996, date du dernier recensement, d’importants mouvements migratoires peuvent avoir eu lieu vers la région administrative de Kankan (dû à la guerre civile en Côte d’Ivoire, à la « ruée vers l’eldorado minier ») et à partir de la région de N’Nzérékoré (retour des réfugiés libériens et sierra léonais à la fin desdites guerres). Aussi ne feront nous recours qu’aux chiffres exhaustifs officiels les plus récents de parties non négligeables de la population guinéenne : corps électoral (guinéens de 18 ans et plus) des élections législatives du 28 septembre 2013 , des effectifs de l’Ecole Primaire de Juin 2013 et ceux du Secondaire (collège et lycée) de Juin 2013 . Si on peut admettre que des flux migratoires importants (dû aux raisons citées plus haut) ont pu avoir une incidence majeure sur la population guinéenne pendant la décennie précédente, il ne serait nullement incongru de penser qu’aucune raison de choc migratoire important n’a été enregistrée depuis juin 2013 et depuis la fin du recensement électoral pour les législatives du 28 septembre 2013 jusqu’au RGPH-3 (Mars 2014). En effet tous les flux migratoires majeurs de guinéens (de l’Extérieur ou de l’Intérieur), par exemple vers la Haute-Guinée, ont déjà dû avoir été absorbés par le recensement électoral des Législatives du 28 septembre 2013. D’où l’accroissement notable du corps électoral dans cette région (selon les arguments entendus). OK ?   

Oublions un instant les anomalies du recensement électoral pour les Législatives du 28 septembre 2013 (non recensement avéré de beaucoup dans les fiefs de l’opposition en raison, entre autres, du boycott de cette dernière, « gonflement » probable du corps électoral dans les fiefs du parti au pouvoir) ! Maintenant, nous allons procéder á une analyse statique de ces données officielles à notre disposition. 

Annuaire Statistique Enseignement Primaire 2012-2013, Ministère de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Education Civique, Juin 2013.

Annuaire Statistique Enseignement Secondaire, Ministère de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Education Civique, Juin 2013.

( Lire la suite dans le fichier ci-dessous )


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.