chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : le leader de la GECI, Fodé Mohamed Soumah, parle de la Ceni et de la contribution de son parti à l’UFDG en 2010

Date de publication:2014-11-22 11:40:25

2014-11-22 11:38:18

Au second tour de la présidentielle de 2010, la quasi-totalité des leaders politiques, personnalités crédibles et intellectuels sérieux de la Basse Côte ont rejoint le candidat de l’UFDG afin de former l’alliance des Bâtisseurs pour l’élection de Cellou Dalein Diallo à la Présidence de la République de Guinée.

Intoxiqués par des préjugés et les campagnes de mensonges d’Alpha Condé et de son alliance RPG-arc-en-ciel, beaucoup de Guinéens continuent de penser que ces leaders de la Basse Côte ont reçu des milliards afin qu’ils se rallient au candidat peul Cellou.

Cet esprit a été renforcé après l’élection, quand Cellou Dalein Diallo a expliqué son échec par la fermeté de son vice-président qui exigea le départ du Président de la Ceni, Louncény Camara, qui a retiré les bulletins de Mali Yemberen et de Ratoma pour empêcher la victoire de l’UFDG au premier tour et par le fait que ses alliés (Sidiya Touré, Fodé Soumah et Abé Sylla) n’auraient "pas mouillé la chemise" pour sa victoire.

Cellou avait félicité, à cette occasion, le Président, par intérim, de la transition, le général Sékouba Konaté qui avait pourtant déclaré qu’il n’était pas un bâtard pour passer le pouvoir à un Peul (Cellou était au courant de cette information).

En réalité, c'est Cellou Dalein Diallo, et non pas la Basse Côte, qui a encaissé de l'argent lors de cette élection de 2010.

La Basse Côte a participé aux efforts matériels et humains et a grandement investi elle aussi. Nous avons tous perdu, parce que nous avons parié sur le mauvais cheval (Cellou Dalein).

Tenez ! De tous les leaders de la Basse Côte, c’est Abé Sylla qui est connu comme le plus fortuné. Nous ne savons pas quelle a été sa contribution lors des élections de 2010, mais Fodé Soumah, le plus petit poids des principaux leaders de la Basse Côté de l’alliance Cellou Dalein Président nous livre un témoignage édifiant : rien qu’en argent, son parti avait donné un milliard (1 000 000 000) de francs guinéens à Cellou au titre de la contribution financière de la GéCi pour la campagne. Un étonnement pour beaucoup, y compris des membres du bureau exécutif de l’UFDG qui viennent eux aussi de l’apprendre sur le Net.

Ci-dessous, un extrait de son interview de cette semaine sur aminata.com.

 

-------------------------------- O -------------------------------

 

Aminata.com: la CENI vient de recruter un nouvel opérateur chargé de la révision du fichier électoral. Que vous inspire ce choix?

Fodé Mohamed Soumah: la vie politique guinéenne semble se conjuguer au passé et sous l’étendard de l’éternel recommencement, alors que les affaires de la Cité s’inscrivent toujours dans la continuité.

La science politique enseigne de partir de l’expérience du passé pour éviter de commettre les mêmes erreurs. Dans le cas de notre CENI décriée et discréditée depuis fort longtemps, il fallait associer l’opposition au choix du nouvel opérateur malgré que ce soit un rôle dévolu à la seule institution.

Face au déficit de confiance et la suspicion qui pèse sur les agissements de la CENI, la transparence devrait être de mise depuis la révision du fichier jusqu’à la proclamation des résultats provisoires. Ce n’est pas le cas et la GéCi s’associe à ceux qui critiquent cet état de fait. Donc, il faut s’attendre à des contestations et des complications que nous aurions pu éviter.

Les élections locales devaient se tenir au mois de mars 2014. Selon vous qu’est-ce qui explique ce retard?

Les raisons sont nombreuses. Un pouvoir qui prend le temps de tout verrouiller après le camouflet des Législatives. Une assemblée nationale sitôt installée qui a privilégié ses propres intérêts au détriment du respect du chronogramme des Communales et de l’installation des institutions manquantes. Une opposition divisée et tiraillée de toutes parts. Une société civile gangrenée par le grand écart. Des populations désabusées qui regardent tout ça de loin. L’absence de culture politique et de conscience collective citoyenne, etc.

Pendant ce temps, le pays donne une image inquiétante qui ne peut pas rassurer les investisseurs ni inviter les Guinéens à se projeter dans un futur constructif aux lendemains prometteurs. Maintenant, en cette période de fièvre Ebola qui a retardé la rentrée scolaire et mis en berne le débat politique, tout porte à croire qu’un décalage se profilerait à l’horizon avec beaucoup d’inconnus.

Notre pays s’éloigne de plus en plus des standards en matière de durée entre les différentes élections. On n’est pas sorti de l’auberge.

Vous avez été le premier candidat malheureux à soutenir Cellou Dalein Diallo au second tour de la présidentielle de 2010. Il y a quelque mois vous aviez été très critique à son égard. Le divorce n’est-il pas consommé entre vous et le leader de l’UFDG?

Je voudrais profiter de votre question pour apporter certains éléments que mes détracteurs ne connaissent certainement pas.

Cellou est mon ami et le restera car nos relations sont gravées dans le marbre. Je ne connaissais pas l’homme que j’ai rencontré pour la 1ère fois de ma vie suite au choix de la GéCi de l’accompagner au 2nd tour. Et ceci sans condition, si ce n’était la certitude de participer à la gouvernance et montrer aux Guinéens de quoi la GéCi est capable.

Nous avons tissé des liens qui vont au-delà des élections et de nos familles respectives. C’est pour la vie. Mais je peux vous confirmer que le divorce est totalement consommé entre nos partis car la GéCi a mis une croix sur le parti qu’il dirige. J’en profite pour dire à ses thuriféraires qui estiment que l’apport de la GéCi dans l’alliance CDP (Cellou Dalein Président) n’était que pure figuration avec zéro virgule quelque chose pour cent, qu’aucun allié ne s’est investi plus que moi. J’ai effectué de nombreux déplacements à l’étranger. J’ai fait le tour de la Guinée durant la campagne en sa compagnie. J’ai fait venir des experts de l’étranger qui lui ont offert le programme minimum d’urgence des 100 premiers jours et le programme sectoriel qui se déclinait en une action tous les 10 jours, et même son discours d’investiture. J’ai fait venir de Paris des banderoles en toile, des T-shirts Lacoste, des casquettes à son effigie, des affiches, des flyers et des objets personnels. Le véhicule à sonorisation embarquée est venu de Dakar et c’est celui utilisé par Macky Sall pour sa campagne. Je ne parle pas des soutiens financiers dont un ami qui lui a donné 1000 000 000 de francs guinéens au titre de la contribution financière de la GéCi pour la campagne, etc.

De tout ce qui précède, je crois que Cellou devait se garder de supporter quelqu’un face de moi, à défaut d’apporter son soutien à la GéCi et à son Président, tout comme la NGR, envers et contre tout.

Aujourd’hui, une page est tournée. La GéCi travaille avec d’autres partis de l’opposition et des personnalités de la société civile afin de constituer une alternative crédible au pouvoir en place.

 

Entretien réalisé par Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com

Pour lire l’intégralité de l’interview, aller au lien !

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.