chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Alpha CONDE ou le mépris au service du peuple

Date de publication:2014-11-30 20:15:56

2014-11-30 20:14:18

Du Président mal élu ou non  élu qui aurait hérité d’un pays sans Etat, il passe au Président qui ne lit pas  et n’écoute pas les médias et qui faillit par la même occasion, pour cesser  ainsi d’être Président. Il devient le Président qui n’existe pas et reste  commentateur de la chose publique à ses dégoûts et désirs. ISKIN !

Venons-en aux faits. Voulant réduire les adversités tout en projetant de couper l’herbe sous les pieds de ses talonneurs, il les qualifie, je cite ; « de petits comptables, de nains politiques et de rigolos. » Fin de citation. Seulement, le rire qu’il pouffait en qualifiant de rigolos ses opposants, est resté un rire ridicule au point de le ridiculiser devant le peuple et l’opinion. Cet état de fait était marqué par le mépris et l’outrage de son auteur vis-à-vis de ses opposants.

Mais l’étonnement et le comble du mépris dans ses propos reste la fuite en avant prônée sur des manifestants qui n’ont même pas encore décidé d’exprimer leur droit naturel.

« J’appliquerai la loi anti-casse sur toute personne qui sortirait pour manifester … et que personne ne compte sur moi pour gracier qui que ce soit… » Dit-il.

Une sentence du Président de l’Exécutif sur « des faits encore en procréation cervicale », de toutes ses forces et béni par sa langue à travers son mépris. Comme dans la théâtralisation de la fausse et fameuse conspiration du 19 juillet 2011, où il condamna BAH Oury par avance sur Radio France Internationale (RFI).

Les manifestations qui se sont toujours voulues pacifiques en Guinée et qui ont viré au drame par la fâcheuse habitude de nos forces de l’ordre à utiliser des balles réelles à travers des armes de guerre, n’ont nul responsable que l’Etat guinéen à travers leurs chefs à toutes époques.

Les casses alors occasionnées par l’Etat et son chef en personne se veulent être stoppé. Et si Alpha CONDE veut appliquer la loi anti-casse, le peuple de Guinée serait heureux et se verrait libéré du joug d’un Président aussi tyrannique qu’éphémère. Car, il devra en ce moment commencer par démissionner. Se remémorant bien sûr de ses centaines de tués par balles dans ces manifestations et par règlement de compte  ou de ceux qu’il a laissés mourir pour ne pas dire « crever » par passivité, à travers Ebola, juste pour avoir du soutien de par le monde, par solidarité au peuple entier de Guinée.

Se préoccupant de sa personne plus que le peuple de Guinée, il affirme ne plus accepter d’être diffamé ou insulté, au nom de la loi. De quelle loi ferait-il allusion ? Certainement de celle qui depuis 2010 dépénalise le délit de presse.

Au sommet de sa pyramide, il perd les pédales et met son mépris au service du peuple pour encore sévir et en rire.

Cependant je suis d’accord avec lui sur un seul point. Si le peuple manifeste pour réclamer ou revendiquer des élections transparentes sous son ère, il serait vraiment rigolo. Il n’aura pas raison de son geste, puisque des élections n’auront jamais lieu comme elles se devraient sous son égide. Et le peuple le sait plus que pertinemment. Par contre sortir et manifester pour chasser Alpha CONDE du pouvoir serait mieux fondé et plus légitime pour le peuple de Guinée. Au nom de tout les MAUX qu’il a infligé et continue et dont ce peuple porte les séquelles.

Eh bien ! En avant et marche… ! A Faakoudou !

Mohamed Lamine KEITA

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.