chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Préfecture de Pita : une bande de criminels protégée par la Mouvance Présidentielle sévit contre les populations

Date de publication:2014-12-01 10:16:51

2014-12-01 10:15:47

Les citoyens de Pita  sont victimes de crimes perpétrés par les membres de la Mouvance  Présidentielle.

La Préfecture de Pita est actuellement sous l’emprise d’une bande de criminels dont les membres sont tous des militants actifs du RPG Arc-en-Ciel.

La bande qui opère actuellement à Pita est dirigée par Elhadj Ousmane Bobibo Bah qui s’en prend généralement aux biens immobiliers et mobiliers des populations locales avec la complicité de l’ensemble des autorités dont notamment le Préfet, le Juge, le Commandant de la Gendarmerie et le Commissaire de la police préfectorale.

Elhadj Bobibo est chauffeur de profession, un métier qu’il n’a jamais exercé. Pour faire vivre sa nombreuse famille, il a décidé de militer dans les partis politiques qui dirigent la Guinée. Il avait commencé avec le Parti de l’Unité et du Progrès (PUP) et avait détourné de l’argent avant d’être expulsé. Il a ensuite décidé de rejoindre l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo avant d’être également expulsé en 2010 pour détournement de motos destinées aux responsables locaux du Parti.

Elhadj Bobibo milite finalement auprès de Bah Ousmane qui avait déjà rejoint l’Alliance Arc-en-Ciel du Président Alpha Condé.

C’est ainsi que dès l’annonce de la victoire du Président Alpha Condé aux élections présidentielles de 2010, Elhadj Bobibo décide de se venger des militants de l’Alliance Cellou Dalein en prenant sa voiture pour faire le tour de la ville de Pita en proférant des injures à l’encontre de tout le monde, jeunes, femmes et Sages y compris. Surpris de l’attitude de Elhadj Bobibo, un groupe de jeunes, victimes de sa provocation, s’était dirigé chez lui pour demander des explications. Ces derniers étaient surpris de voir que Elhadj Bobibo détenait des armes de guerre dans sa maison et qu’il n’a pas hésité de les utiliser pour tirer contre le groupe des jeunes visiteurs. Son arme de guerre avait tué au moins trois personnes et en avait blessé plusieurs autres. La réponse des autorités a été d’envoyer immédiatement les forces de police et de la gendarmerie de Pita au domicile de Elhadj Bobibo pour le protéger en attendant l'arrivée d'un camion de militaires en provenance du Camps Elhadj Oumar Tall de Labé pour l'aider à s'en fuir à Conakry. Bobibo fut ensuite triomphalement raccompagné à Pita après l'investiture du Président Alpha Condé en Décembre 2010.  Depuis, cet horrible crime est resté impuni à cause de son appartenance à la Mouvance Présidentielle.

Le crime de Elhadj Bobibo a pourtant fait l’objet de plaintes qui sont actuellement classées par les autorités judiciaires de notre pays. Les familles endeuillées par les crimes n'espèrent plus voir aboutir une enquête ou un jugement à l'encontre Bobibo.

Elhadj Bobibo continue ainsi à dicter librement sa loi aux populations de Pita en s'accaparant de leurs biens avec la complicité de toutes les autorités locales.

Aucune plainte contre Bobibo ne peut aboutir par une enquête ou un  jugement auprès des autorités. Par ailleurs, toute plainte déposée par Bobibo contre un citoyen de Pita ferait tout de suite l’objet d’une affaire d’Etat qui amènera les autorités de la police, de la gendarmerie et de la justice de procéder à des arrestations arbitraires des concernés, des jugements expéditifs et des condamnations à de lourdes peines pécuniaires et d'emprisonnement en faveur de Bobibo.

Pourquoi Bah Ousmane de la Mouvance Présidentielle persiste dans sa volonté d'encourager et protéger un criminel qui a constitué une bande de voyous pour terroriser les paisibles citoyens de Pita? Les pouvoirs publics de Pita sont actuellement personnalisés. Ses représentants, notamment la police, la gendarmerie, la justice et souvent le préfet, obéissent aveuglement à Elhadj Bobibo au risque de se voir mutés ailleurs. À quand la fin du calvaire des populations de Pita?

Il serait tant de revenir aux fondamentaux d'un Etat de droit par une logique politique et démocratique adéquates pour permettre aux citoyens de la préfecture de Pita de bénéficier eux-aussi, du principe de la sécurité et de la justice pour tous dans notre République.

Tout pouvoir politique, qu'il soit démocratique ou dictatorial, a pour but essentiel l'organisation, la gestion et la protection de la cité.

Force est aujourd'hui d'admettre que la Mouvance Présidentielle Arc-en-Ciel, constituée par le président Alpha Condé en 2010, cautionne le grand banditisme et le crime organisé dans la préfecture de Pita.

 

Amadou Missidé Bah

Pita, Guinée

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.