chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

OIF: Michaëlle Jean succède à Abdou Diouf

Date de publication:2014-12-01 12:37:01

2014-12-01 12:33:59

Contre la règle non écrite et contre l’équilibre de l’Organisation internationale de la Francophonie, logée et financée en grande  partie par les pays du Nord, voilà que le poste de secretaire général de l’OIF échoit à la canadienne Michaëlle Jean.

Michaëlle Jean, polyglotte, ancienne gouverneur général du Canada, succède à Abdou Diouf. La victoire à l’arraché de la représentante de ce pays clé, une victoire de raison, le Canada etant un grand bailleur, laissera plus que des traces.

C’est une fracture béante entre le Nord et le Sud.

Le grand perdant dans ce jeu est l’Afrique divisée entre une foultitude de candidatures dont certaines, malvenues, ont accentué les rivalités. Le continent qui abritera le plus nombre de personnes de locuteurs francophones en 2050  donne désormais le sentiment d’être devenu un observateur d’une Organisation logée à Paris administrée et dirigée par des canadiens.

Accusant de fortes lacunes sur l’Afrique qu’elle ne connaît pas, Michaëlle Jean, a tout un mandat pour se familiariser avec un continent qu’elle a, méthodiquement, snobé et ignoré pour se concentrer sur Paris et Bruxelles, là où se joue l’élection selon ses soutiens. Au vu du résultat l’on est tenté de lui donner raison.

L’Afrique est le poids mort – en tout cas peu décisif- de la francophonie. Durant sa campagne, elle avait appelé à une francophonie économique. Gageons qu’il ne s’agissait pas seulement d’un slogan.

Source :
http://www.financialafrik.com/2014/11/30/oif-michael-jean-succede-abdou-diouf/

 

--------------------- O ----------------------

Pour une fois, on peut parler de vraie élection au sommet de la francophonie en lieu et place des manœuvres habituelles qui font que la France y place toujours ses marionnettes décriées dans leurs pays.

L’Afrique ne perd rien si cette organisation échappe aux manipulations des Français en faveur des dictateurs africains à leur service. L’OIF a toujours joué un mauvais rôle dans les processus électoraux en Afrique. Il est facile de constater que ce sont les pays francophones qui sont le plus en retard sur le plan démocratique en Afrique. N’est-ce pas que F. Hollande voulait même choisir le criminel et dictateur Blaise Compaoré comme successeur d’Abdou Djouf ? Pourtant, l’OIF joue un rôle de premier plan dans les processus électoraux en Afrique. Un dictateur chassé par son peuple avec plusieurs dizaines de morts est-il indiqué pour un tel poste ?

Nos félicitations à cette dame qui pourrait faire la différence et rendre cette organisation un peu crédible. Le fait qu’elle ne connaît pas l’Afrique et ses dirigeants francophones corrompus en majorité est plutôt une chance de réussite pour elle si elle veut positivement reformer cette organisation mal vue par les populations africaines à cause de ses connivences avec les dictateurs sanguinaires du continent. Logiquement, cette dame est du genre de personnes qui s’en tiennent aux textes et qui appliquent la loi. L’Afrique ne demande pas mieux que cela aujourd’hui.

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.