chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Peter Pham: Danger imminent en Guinée, et pourquoi il est important que les USA s’intéressent aux conditions de l’organisation des élections dans ce pays

Date de publication:2014-12-02 10:47:24
  2014-12-02 10:44:50

Il est désormais clair pour le monde entier qu’Alpha Condé n’a pas été élu en Guinée, mais qu’il est arrivé au pouvoir par la fraude et des manœuvres ethnico-mafieuses, avec l’aide des services d’apartheid de l’Afrique du Sud. Aujourd’hui, il est plus décrié  par les Guinéens qu’en 2010 où malgré le soutien de la communauté malinké, des autorités de la transition et du parti du PM Jean Marie Doré, il n’a pu recueillir que 18% des voix électorales en Guinée.

L’article ci-dessous de l’Américain Peter Pham, Directeur du Centre de l’Afrique au sein de l’Atlantic Council, édifiera chacun sur ce qui s’est passé en Guinée en 2010, sur la situation actuelle et les risques qui pèsent sur notre pays.

En 2015, que les partenaires de la Guinée (France, USA, CEDEAO, UA, Union Européenne et autres) n’attendent pas que ceux qui sont victimes de l’ethnocentrisme et du système d’apartheid du régime RPG d’Alpha Condé se résignent à nouveau en faisant preuve de sagesse pour laisser les fascistes se maintenir au pouvoir et continuer d’instrumentaliser l’Etat et son appareil de répression contre eux.

Ceux qui veulent que la Guinée survive après 2015 et que la stabilité et la paix sociale y règnent, doivent œuvrer pour que les futures élections soient transparentes, équitables, démocratiques, incontestables. C'est maintenant que ces conditions doivent être remplies (recensement correct et non-discriminatoire de tous les Guinéens, une nouvelle CENI neutre et crédible, c'est à dire sans un seul membre de la présente qui est corrompue et incompétente, un nouvel opérateur électoral consensuel ou choisie par les Nations Unies, le respect des échéances électorales, la mise en place des institutions républicaines indépendantes au préalable dont la Cour Constitutionnelle qui sert de recours possible).

 

------------------------ O ------------------------

 

« Récemment, les allégations ont indiqué publiquement que la victoire électorale du président Alpha Condé a été truquée avec la complicité des services secrets sud-africains ».

Peter Pham Directeur du Centre de l’Afrique au sein de l’Atlantic Council , dans un article publié sur le site internet (The Hill) qui est l’une des  destinations privilégiées des  parlementaires américains  et la maison blanche,  alerte les décideurs américains et notamment la Maison Blanche sur le danger que court la Guinée à l’approche des différentes échéances électorales.

Danger imminent en Guinée, et pourquoi cela est-il important ?

Alors que Washington reste préoccupé par les résultats et les conséquences de sa propre élection de mi-mandat, les décideurs américains pourraient être excusés de ne pas avoir assez réfléchi récemment sur des scrutins qui se tiendront ailleurs. L’Afrique, que l’administration Obama a décrit dans les documents de stratégie comme étant «plus que jamais importante pour la sécurité et la prospérité » des Etats-Unis , sera le théâtre de près d’une douzaine d’élections nationales dans les 12 prochains mois, dont les résultats pourraient avoir des implications importantes sur  la politique américaine et sur la communauté internationale dans son ensemble. Cela est encore plus vrai dans le cas de la Guinée.

La Guinée reçoit rarement beaucoup d’attention à Washington, sauf lorsqu’une crise éclate, comme récemment lorsque le pays est devenu l’épicentre de l’épidémie d’Ebola. Alors que La Guinée était un rempart de stabilité relative au moment où ses voisins incluant la Côte d’Ivoire souffraient de guerres civiles dans les années 1990 et au début des années 2000, elle ne sera peut-être pas aussi chanceuse dans sa marche vers des élections locales prévues dans les mois à venir et la prochaine élection présidentielle.

Récemment, les allégations ont indiqué publiquement que la victoire électorale du président Alpha Condé a été truquée avec la complicité des services secrets sud-africains. Cela survient dans un contexte où des propriétaires actuels du projet de Simandou –un grand projet de minerai de fer- revendiquent que leurs droits de propriété ont été expropriés pour récompenser des alliés politiquement connectés.

Au moment où la Guinée se prépare pour les élections locales ainsi que la présidentielle de l’année prochaine, la situation risque de devenir instable précisément à cause du manque de progrès social et économique du pays qui est directement liée à ses politiques dysfonctionnelles. Au moment de l’indépendance en 1958, le premier président du pays, Ahmed Sékou Touré, a rompu ses relations avec la France et s’est aligné avec l’Union soviétique, en poursuivant un programme marxiste révolutionnaire qui a détruit l’économie tout en réprimant brutalement toute opposition.

Pendant le règne du dictateur, des dizaines de milliers de personnes ont disparu dans le goulag africain du régime, y compris l’archevêque catholique de Conakry (la capitale), Raymond-Marie Tchdimbo, qui a passé près d’une décennie dans le tristement célèbre camp de concentration Boiro. Après la mort de Sékou Touré en 1984 – ironiquement, tout en recevant un traitement pour une maladie cardiaque à la clinique privée de Cleveland -, Lansana Conté, a pris le pouvoir au cours d’un coup d’Etat militaire. Conté a abandonné l’expérience socialiste de son prédécesseur, et au fil du temps, a ouvert à contrecœur l’espace politique dans le pays. Son propre quart de siècle de règne au pouvoir (il est mort en 2008) n’a apporté que peu de soulagement à l’extrême pauvreté qui était le lot de la grande majorité des Guinéens.

Des élections ont finalement eu lieu en 2010, qui ont porté le président actuel, Alpha Condé, au pouvoir. Les élections, entachées par des retards, les divisions ethniques et diverses controverses, ont été acceptées par une communauté internationale lasse. Condé, le vainqueur au second tour, avait remporté seulement 18 pour cent des voix au premier tour, par rapport à 44 pour cent pour Cellou Dalein Diallo, un ancien premier ministre qui est issu du plus grand groupe ethnique de la Guinée et qui avait un pacte électoral avec le troisième, un membre du troisième plus grand groupe ethnique.

Un « outsider » politique, Condé est arrivé au pouvoir avec peu d’expérience. Il a vécu la plupart de son temps en dehors de la Guinée, principalement à Paris, où il a donné des conférences universitaires sur des sujets comme «africain engagé » (le titre d’un de ses livres) et  » le néo-colonialisme américain » (le sous-titre d’une autre de ses œuvres). Alors qu’il a parlé de « une nouvelle ère » dans la politique guinéenne, la composition de son cabinet comprend plusieurs personnalités controversées d’anciennes juntes.

Peu de temps après son élection, Condé s’est tourné vers le financier milliardaire George Soros pour l’aider à réécrire les lois minières du pays, mais cela a conduit à un cercle vicieux de retards dans l’exploitation des ressources naturelles extraordinaires du pays – entre autres choses, La guinée détient deux-tiers des plus grandes réserves mondiales de bauxite et d’énormes quantités d’or, de diamants, de minerai de fer, de graphite, de manganèse et d’autres ressources minérales qui font que la Guinée est potentiellement l’un des pays les plus riches en Afrique – pour relancer son développement et créer des projets prêts à démarrer afin de créer des emplois et stimuler la croissance économique.

La situation depuis l’élection de Condé n’a pas inspiré confiance. Des membres d’anciennes juntes ont été accueillis. Les élections législatives, qui devaient se tenir dans les six mois de l’inauguration en Décembre 2010, ont été reportées à plusieurs reprises. Et maintenant Condé est confronté à une poursuite de plusieurs millions de dollars devant un tribunal fédéral américain qui cherche à exécuter une décision de la Cour Commune de Justice et d’Arbitrage, la plus haute juridiction sur le droit commercial d’un organisme régional de l’Afrique composée de 16 membres dont la Guinée est membre. Selon la poursuite le régime a illégalement annulé un contrat de gestion du port avec la compagnie de fret français Getma international.

Pour être juste, Condé a hérité d’une situation macro-économique lamentable. Tant la fonction publique et les militaires ont reçu des augmentations salariales multiples – les déficits budgétaires résultants ont été financés en grande partie par la banque centrale ayant pour effet d’augmenter la masse monétaire, complétant ainsi le cercle vicieux. 

Après un si long malaise, la Guinée a désespérément besoin d’investissements importants et une croissance économique soutenue. Tout cela prépare la scène pour 2015, lorsque le président Condé devra briguer un second et son dernier mandat. Non seulement il devra faire face à des adversaires déterminés et bien organisés pour un match retour de l’élection précédente qui était serrée , mais il le fera avec de moins bons résultats économiques – ni en termes de croissance globale du produit intérieur brut, ni en termes de réduction de la pauvreté (indices de la pauvreté urbaine et rurale ont en fait augmenté pendant le mandat du président , selon le rapport de son propre ministère des finances qui a été transmis au Fonds monétaire international) – que les dictateurs qui l’ont précédé, l’exposant à une réelle possibilité de la défaite malgré les avantages de la titularisation. Ainsi la bataille sera âprement disputée et, si le scrutin n’est pas juste ou si le gagnant ne parvient pas à tenir ses promesses de développement qui ont longtemps été différées, la situation sera de plus en plus désastreuse non seulement pour la Guinée, où les tensions ethniques sont déjà attisées, mais aussi pour une région dont les frontières ont récemment montré leurs extremes porosités au cours de propagation rapide du virus Ebola (Les chercheurs considèrent que L’épidémie, il convient de rappeler, a commencé dans la préfecture de Guéckédou, dans le sud-est de la Guinée, il y a exactement un an.)

Considérant que Washington est récemment enclin à mettre la priorité sur l’amélioration des relations économiques et sécuritaires avec une Afrique de plus en plus importante sur le plan géopolitique, les décideurs doivent accorder plus d’attention à l’état de la primauté du droit et les perspectives d’élections démocratiques libres et équitables dans un état régional comme la Guinée qui constitue un pivot – ça ou se préparer pour les conséquences si l’une de ces conditions de gouvernance de base fait défaut. 

Peter Pham Directeur du Centre de l’Afrique au sein de l’Atlantic Council

*Atlantic Council est un groupe de réflexion influent dans le domaine des affaires internationales. Fondé en 1961, le Conseil fournit un forum pour la politique internationale, les affaires et les leaders intellectuels. Il gère dix centres régionaux et des programmes fonctionnels liés à la sécurité internationale et la prospérité économique mondiale. Il a son siège à Washington. Le Vice-Président américain, Joe Biden a clôturé ce mois-ci le sommet de l’Atlantic Council. Cet article a été publié sur le site internet (the hill), l’une des destinations privilégiées  des parlementaires américains et s’adressent en premier lieu aux décideurs américains notamment la Maison Blanche.

Source :

http://intellivoire.net/pham-danger-imminent-en-guinee-et-pourquoi-cela-est-il-important/

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.