chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : Alpha Condé veut organiser des élections en 2015 sans participation des partenaires étrangers

Date de publication:2014-12-10 22:40:18

2014-12-10 22:38:45

En Guinée, il ne fait plus aucun doute que nous nous acheminons vers une parodie d’élections en 2015 dont les acteurs principaux seront Alhassane Condé de l’Administration, Bakary Fofana de la Ceni et Ousmane Kaba de la commission des finances de l’Assemblée nationale.

Les deux premiers sont chargés de la planification des fraudes électorales et le dernier est chargé de l’apport financier pour l’application de ce plan.

Alpha Condé qui quémande de l’argent et de l’aide matérielle pour stopper Ebola, a décidé de financer intégralement les élections communales et présidentielles en 2015, sans la participation des partenaires étrangers qui exigent des conditions de transparence. Ce qui permettra au régime condé de faire ce qu’il veut.

En effet, contrairement aux ministres du gouvernement qui sont venus défendre leurs programmes et budgets devant l’Assemblée nationale, Bakary Fofana et la Ceni sont venus directement exposer leur projet à la commission des finances présidée par Kaba Ousmane. Une façon de priver les élus nationaux de leur prérogative de suivie et d’évaluation du processus électoral. Ainsi, ces élus n’ont pas le droit de regard sur la planification des élections, sur la justification du budget, sur l’origine des fonds et le contrôle de leur utilisation pendant le processus électoral.

Nous ne sommes pas surpris de cette évolution de la situation en Guinée par rapport à laquelle nous avons constamment prévenu l’opposition.

En 2011, avant l’organisation des législatives, Alhassane Condé a exigé le remplacement du fichier de la SAGEM qui a servi à la présidentielle de 2010, en violation de la Constitution, sous prétexte que 70% des électeurs inscrits dans ce fichier sont de l’opposition. Il obtient gain de cause sous la passivité de l’opposition avec l’aide de Waymark/Sabari qui procéda à l’élaboration d’un nouveau fichier.

Malgré les recensements sélectifs, à caractère apartheid, qui ajoutent un demi million de nouveaux électeurs en Haute Guinée en diminuant le nombre d’électeurs dans les régions fiefs de l’opposition, l’alliance RPG-arc-en-ciel d’Alpha Condé perdra toutes les communes de la Capitale, grâce à l’implication des partenaires occidentaux qui a conduit au comptage minutieux des voix à Matoto et à Kaloum que le pouvoir prétendait avoir gagnés.

Par ailleurs, le rapport des observateurs européens dénonçant des manquements graves et le non-respect de la loi électoral a rendu Alpha Condé furieux et méfiant pour les élections décisives de 2015 (Lire).

Le 16 avril 2014, il convoqua les membres de la Ceni proches du pouvoir (Mouvance et administration qui sont majoritaires dans l’institution) pour leur donner des instructions de ne plus associer les partenaires étrangers (Européens et Américains) aux travaux de la Ceni, comme cela a été convenu dans les accords du 3 juillet 2013 (Lire). Il convoquera ensuite le Président de l’Assemblée, Kory Koundiano, pour lui interdire de recevoir la représentation européenne qui avait formulé des propositions relatives à la loi électorale permettant la tenue des élections apaisées et équitables en 2015.
Au lieu de protester en ce moment, l’opposition est restée indifférente et a attendu que la Ceni finisse son travail suivant les instructions d’Alpha Condé pour commencer à s’agiter et exiger l’annulation de ces faits accomplis.

Quand on sait que l’Etat guinéen a le plus souvent tardé de payer sa part de participation pour le financement électoral, conduisant ainsi à des retards et que rien que pour les communales la Ceni a demandé 300 milliards de francs guinéens, on est en droit de se demander :

1°)- comme Alpha Condé a de l’argent, pourquoi n’a-t-il pas organisé les communales dans le respect des accords et de la Constitution avant fin mars 2014 ?
2°)- d’où vient tout cet argent ?
3°)- est-ce que l’opposition va-t-elle accepter de nouveau ces faits accomplis ?

Dans le budget 2015, le pouvoir prévoit 250 milliards de francs guinéens pour les élections, moins que ce que la Ceni a demandé pour les communales seulement.

Il semblerait qu’Alpha Condé veut coupler les communales et présidentielles en 2015. Ainsi, ce sont des responsables locaux élus du RPG ou nommés par le pouvoir qui s’occuperont de l’organisation de ces élections sur toute l’étendue du territoire, à son avantage.

Si l’opposition ne montre pas sa détermination à chasser Alpha Condé du pouvoir au cas où il refuse de respecter les accords et remplir les conditions de la tenue des élections crédibles et transparentes, nous assisterons à la plus grande farce électorale frauduleuse que l’Afrique n’ait jamais connue !

Pour guineepresse.info, à la lumière des violations répétées des accords et des lois de la Constitution par Alpha Condé qui veut se maintenir au pouvoir par tous les moyens (Lire 1, 2, 3 & 4), l’opposition n’a pas une autre alternative en 2015 que d’exiger des élections libres et transparentes sous l’égide des Nations Unies. 

Réaction de Fodé Oussou :

« Si le gouvernement Condé est si riche au point de rejeter l'aide des bailleurs pour financer les futures élections, qu'il aille jusqu'au bout de sa logique en retournant l'argent d'Ebola et celui du Onzième FED. » (Lire).

Bien réfléchi, bien exprimé ! Merci Fodé Oussou, c’est ce qu’on attend d’un opposant !

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.