chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Guinée: une adolescente de 13 ans se fait violer à la gendarmerie où elle est allée chercher de l’aide !

Date de publication:2014-12-28 22:00:58

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé


Commentaires


2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 ibrahima-kankalabé

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 Ndalao

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 Ibrahima2

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 Ben

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 Souleymane

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 GuineePresse

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 oumane camara(O C)

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 Mkeoulen

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 Ben

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 GuineePresse

2014-12-28 21:58:25

A Labé, une jeune fille de 13 ans a porté plainte à l'escadron mobile N°8 de la gendarmerie contre son oncle maternel qu'elle accuse de l'avoir violé. Sa famille qui veut sauver l'honneur a refusé de la soutenir.

Quelques temps après, elle s'est confiée à la radio Espace Foutah pour raconter une mésaventure pitoyable. Pendant qu'elle démarchait à la gendarmerie pour faire entendre sa cause, deux agents de l'escadron mobile N°8 auraient profité de sa situation de mineur sans défense pour abuser d'elle par la force. Les agents Pépé Koulemou et Mohamed Lamine Sanoh auraient successivement entraîné la victime loin de la gendarmerie pour la violer à leur tour.

La grand-mère de la victime a par la suite réussi à faire fuir son oncle qui est tombé sur elle le premier. Suite au battage médiatique de la radio Espace Foutah et la mobilisation de la société civile a travers son conseil régional et l'OGDH, les deux gendarmes ont été arrêtés et conduits dans un premier temps au Camp Elhadj Oumar avant d'être transférés à la maison centrale 5 jours après leur interpellation.
 
Tenant compte du statut des accusés, la société civile a encouragé un avocat à accepter de défendre les intérêts de la fille dans cette affaire. Mais ces organisations de la société civile  ont du mal à mobiliser les honoraires de l'avocat alors que la justice semble se donner du temps.

Me Alpha Ibrahima Barry est venu à Labé pour le démarrage de la procédure. Il a déjà remarqué et dénoncé la disparition de certaines pièces à conviction comme le PV dressé par l'officier de police judiciaire, les habits que la fille portait aux moments des viols et une chaîne que la grand-mère de la fille avait utilisée pour l'enchaîner en vu de l'empêcher d’aller dénoncer son oncle. Par ailleurs, certains témoins et acteurs de la société civile commencent à subir des menaces de la part de la gendarmerie.

Toutes les personnes de bonne volonté sont priées d’apporter leur solidarité à cette adolescente et à son avocat qu’elle n’a pas les moyens de rémunérer.

 

Une correspondance de Guineepresse à Labé

2014-12-28 22:00:58 Laouratou diallo
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.