chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Grève générale en Guinée : AGOUTIS répond au porte-parole du Gouvernement

Date de publication:2015-01-06 19:45:36

2015-01-06 19:44:16

Réaction Citoyenne  de l'Association « AGOUTIS » sur l'interview en direct du Gouvernement guinéen représenté par le Ministre d’État chargé de l’Économie et des Finances et le Ministre, porte parole du Gouvernement le lundi 5/01/2015 !

La communication télévisée en direct sur la RTG du lundi 5/01/2015 relative à l'évaluation unilatérale du Gouvernement sur les négociations syndicales nous a inspiré une certaine réaction spontanée !!

Après un préavis annoncé en décembre 2014, le Mouvement Syndical Guinéen a déclenché une grève générale illimitée à compter du Lundi 5 Janvier 2015.
L'évaluation faite par les deux parties lors des négociations a abouti à un constat préoccupant en l'occurrence :

1°)- Le gouvernement reconnaît la légitimité et la légalité des revendications sociales mais justifie son retard dans l'application de certaines dispositions pertinentes des protocoles d'accord signés en Juillet 2014 par divers éléments d'appréciation à savoir:

-situation économique, financière et budgétaire difficile en raison principalement de l'épidémie hémorragique à virus Ebola.

Cependant, le même Gouvernement a indiqué clairement qu'il financera lui même les élections communales, communautaires et présidentielles en 2015 et refuse tout financement extérieur par les Bailleurs de Fonds traditionnels; ce qui suppose que le Gouvernement dispose de moyens suffisants ou bien  il a une volonté manifeste d'empêcher l'observation transparente de ces élections par la Communauté Internationale!
 
-S'il s'engage à financer par ses moyens propres ces consultations évaluées environ à 500 milliards de FG, alors il ne peut plus prétendre avoir des difficultés financières, budgétaires pour honorer des engagements pris six mois auparavant; donc tout engagement en période électorale ne saurait être que du « bluff »; ceci est d'autant plus vrai que la baisse des produits pétroliers qui est passée à plus de 110 $ le baril à moins de 50$ le baril à date, n'a pas été répercutée à la baisse, sur le prix du litre de l'essence ou du gas-oil à la pompe.

2°) - Par ailleurs, sont restées sans suite, toutes les malversations financières dénoncées par certaines mass médias et  sans clarification de l'utilisation de tous les financements obtenus des 10ème et 11ème FED, les 700 Millions $ de Rio Tinto, les 250 Millions $ de Palladino, les montants engrangés auprès de l'Angola, des Sociétés de Télécommunications, les sommes saisies à Dakar pour Dubai/City Bank, les revenus issus de l'exportation non budgétisée des minerais de fer dénoncés par certains Députés, les surfacturations des projets énergie (Kalèta, 100 MW de Tombo, Aggrekko,…) et d'infrastructures routières, immobilières et hôtelières etc.

Tous ces facteurs et d'autres indiquent à suffisance que le Gouvernement disposerait de ressources financières substantielles mais que le problème se trouve dans la qualité de la Dépense ou mieux dans une gestion saine et transparente des deniers publics !

3°)- En clair, les Syndicats restent donc dans leur rôle de défenseur du niveau de vie des travailleurs et des populations laborieuses en général.

A ce titre, ils doivent poursuivre leurs actions jusqu'à aboutissement sans aucun report de date !

Les Députés, toutes sensibilités confondues devraient  également mettre en place une Commission d'enquête parlementaire sur toutes ces questions à défaut de la mise en place volontaire de la Cour des Comptes.

4°) - Les ministres télévisés ont reconnu également que pour la première fois il n'y a pas eu de pèlerinages musulmans à la Mecque en 2014,il n'y a pas d'ouvertures des classes à date, pas de recrutements nouveaux de jeunes à la Fonction Publique, pas de respect des engagements sur la grille salariale signés entre le gouvernement et les Syndicats, pas d'impact du recensement biométrique sur le relèvement des salaires….

5°)- Ils annoncent être disponibles pour poursuivre les négociations! Seulement cette volonté apparente aurait été plus convaincante s'ils étaient dans un débat contradictoire face aux principaux représentants des syndicats sur le plateau de la Télévision et non un monologue unilatéral où ils cherchaient plutôt à convaincre un journaliste qui semble déjà acquis à leur cause !

6°)- En définitive, le Gouvernement donne l'impression de faire une fuite en avant et ne paraît pas très crédible dans ces négociations car ce qui n'a pas été honoré en Juillet 2014 pourrait  difficilement l'être en Juillet 2015, en pleine période électorale !!

Le Gouvernement a donc intérêt à jouer franc jeu et montrer par des actes concrets immédiats et maintenant sa bonne disponibilité dans ces nouvelles renégociations !

7°)- En conclusion, Ebola a été mal évaluée et a été même sous estimée au début par le Gouvernement. Par la suite elle a été reconvertie en opportunités d'affaires quand l'épidémie a pris une dimension planétaire hors de contrôle !

Ainsi grâce à des appuis techniques et financiers divers, sponsorisés par des balais diplomatiques de la Banque Mondiale, de l'OMS, de la Visite du Président Français, Mr François Hollande suivie enfin par le Secrétaire Général des Nations Unies, Mr Banki Moon ,le Gouvernement en se réjouissant de cette nouvelle bienveillance de la Communauté Internationale semble capitaliser tout ceci en crédit politique !

Mais la perspective supposée d'une récession économique pour le pays, risque ,avec sa politisation outrancière de le mener vers une contrainte aussi lancinante que préoccupante; ce qui est loin d'être  souhaitable.

La solution à ces graves problèmes c'est la dépolitisation franche du système de gouvernance économique, financière, institutionnelle et sécuritaire instauré par le président  Alfa CONDE et qui a montré ses limites !

En tout état de cause, le Peuple laborieux et martyr de Guinée ne manquera pas de relever les défis pour sortir définitivement de cette tourmente cyclique qui a tant éploré depuis longtemps ses braves fils et filles.

Aujourd'hui plus que jamais, le pays mérite plutôt un mode de gouvernance bâti sur les vertus Démocratiques et non Démagogiques, gage certain d'un décollage socio-économique viable dans l'intérêt bien compris de toutes les populations guinéennes sans exclusive !

Paris, le 06 Janvier 2015

L'Association « AGOUTIS »

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.