chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Meeting de l’opposition: où était le leader de l’UFR Sidiya Touré

Date de publication:2015-01-08 09:38:23

2015-01-08 09:30:25 

La date du 7 janvier a été choisie par les leaders de l’opposition par consensus plusieurs semaines à l’avance, sous l’impulsion de l’UFDG et de l’UFR. C’est d’ailleurs le leader de l’UFR, Sidiya Touré, qui a le premier parlé de reprise des manifestations de l’opposition. Quel fut donc notre étonnement d’apprendre le jour du meeting que Sidiya Touré ne se trouve pas en Guinée ?  Certes des militants de l’UFR comme beaucoup d’autres Guinéens se sont massivement mobilisés, mais l’attitude de Sidiya n’est pas compréhensible, lui qui voudrait être le candidat unique de l’opposition face à Alpha Condé.

Les principaux leaders qui ont fait appel à la population au stade du 28 septembre, eux qui ont invité le peuple à ce meeting devraient être là pour l’accueillir, lui parler et louer son courage et son engagement contre la dictature. Surtout qu’il s’agissait du premier jour d’action de l’opposition. C’est irresponsable et lâche d’inviter les gens et disparaître des lieux soi-même. Car, la présence du premier responsable n’a pas les mêmes effets, tant pour le peuple que pour le pouvoir, que celle même du bureau tout entier du parti. A moins que Sidiya Touré cherche à suivre l’exemple de l’opposant Alpha Condé qui appelait à un rassemblement à Conakry en faisant sa valise le même jour pour prendre la tangente, aller faire ses besoins naturels en brousse à Pinet à plus de 1000 km de la capitale ou dormir à des milliers de km du pays, à Paris ou à NY.

Comme le dit le député uninominal de Dixinn, Aboubacar Soumah, la prochaine manifestation de l’opposition doit se tenir à Kaloum, au fief de l’UFR (Vidéo). Nous espérons que Sidiya Touré n’aurait pas un autre programme prioritaire ce jour et que Lansana Kouyaté qui sait bien parler ne manquera pas lui aussi au rendez-vous !

Comme toujours, le parti d’Alpha Condé, RPG a provoqué hier des violences à Hamdallaye, appuyé par des forces angbansannées (la gendarmerie dont la majorité est originaire de la Haute Guinée, fief du parti au pouvoir).

A Hamdallaye, ces violences ont éclaté quand les militants du RPG ont tenté, au niveau du siège du RPG-Arc-en-ciel, d’empêcher les militants de l’opposition à se rendre au meeting le matin et à rentrer chez dans l’après-midi.

Les victimes enregistrées dans les centres hospitaliers sont toutes peules, bien que beaucoup de manifestants étaient venus du Kaloum et d’ailleurs :

  1. Boubacar Barry, 22 ans qui rentrait du travail,  
  2. Boubacar Bah, un étudiant de 26 ans
  3. Un commerçant tiré à bout portant sur la poitrine

Ce qui permet de parler d’intervention ciblée et ethniquement motivée des gendarmes.

Le gouvernement s’est empressé de parler de 4 gendarmes blessés par balles alors que les responsables de sécurité sur le terrain parlent de détention de lance-pierres par des jeunes qu’ils pourchassent dans les quartiers et d'intifada à Hamdallaye. Chacun comprendra le but de ces mensonges : justifier la violence ciblée et les violations de domiciles dans « les quartiers peuls ».

Il serait pourtant légitime pour les habitants de Ratoma qui sont constamment pris pour cibles jusque dans leurs concessions de se défendre aussi en tirant sur des gendarmes et donzos armés qui viennent les agresser et tuer leurs enfants. La Constitution n’autorise pas que des forces de l’ordre guinéennes utilisent des armes à feu contre les civils guinéens, alors que la loi permet la légitime défense à tout citoyen victime d’agression.

Tout récemment, un père de famille s’est donné la mort à l’aide d’un fusil à Ratoma parce que son voisin l’a accusé de convoiter sa femme. Pourquoi ne sont-ils pas capables de pointer une telle arme plutôt sur ceux qui viennent tuer leurs enfants, violer leurs femmes et leurs filles ?

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.