chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Le 19 Janvier 2015 n’est pas une bonne date de rentrée scolaire

Date de publication:2015-01-17 17:53:31

2015-01-17 17:51:37

La date du 19 Janvier pour la rentrée scolaire n’est pas tenable pour une année scolaire avec zéro cas d’Ebola. Un mois supplémentaire de préparation est indispensable pour être sérieux et ne pas mettre les enfants à risque.

Avant de donner les raisons de mon affirmation, je vous invite à imaginer les conséquences d’un seul cas d’Ebola dans une école. C’est plus de deux fois le nombre d’élèves en cas suspects donc à surveiller.  Il faut prendre les élèves de cette classe plus les encadreurs et leurs familles comme personnes de contact et les traiter comme tels. C’est à dire les mettre en quarantaine. La mise en quarantaine de cette école sera obligatoire.

Les raisons sont les suivantes :

  1. L’apparition d’un seul cas d’Ébola dans une école rendra le pays davantage suspect donc forcé à la quarantaine internationale avec toutes ses mauvaises conséquences. Au lieu de lutter contre Ebola on l’aura favorisée.
  2. Si un enfant ou un maître vient d’arriver d’un foyer non éteint, il devient un cas suspect qui aura besoin de 21 jours au moins pour être situé. Si la période de 21 jours n’est pas ajoutée à la date promise du 19, il y a fort à parier que des cas suspects pourraient rejoindre les écoles.
  3. La pauvreté des guinéens dans la grande majorité est devenue insupportable.
  4. Les parents d’élèves n’ont pas eu du temps suffisant pour se préparer. Le 19 est une date difficile pour les fonctionnaires- par exemple- qui sont à l’orée de la fin du mois qu’ils passent difficilement même en temps normal.
  5.  Les commerçants qui ont pris des dettes auprès des banques pour acheter des fournitures ne sont pas prêts non plus car il n’y a pas d’argent encore pour payer les fournitures scolaires.
  6. De nombreux fonctionnaires ont pris des crédits scolaires qu’ils n’ont pas pu verser aux écoles et qu’ils ont déjà consommés. Ceux qui n’ont pas pris n’ont pas assez de temps pour avoir des montants suffisants pour leurs besoins si la dernière échéance est toujours au 31 juillet. Il ne reste plus que 6 mois. Et en six mois on ne peut pas compter avoir un montant  suffisant à un taux de remboursement soutenable auprès des banques.
  7. De ce qui précède, beaucoup de parents d’élèves se verront obligés de sortir leurs enfants du privé pour les inscrire au public ce qui de facto posera le problème de capacité d’accueil et de couverture pédagogique au sein des établissements publics.
  8. La préparation des écoles et encadreurs est insuffisante. La logistique n’est pas à point et son usage n’est pas bien programmé pour éviter les pertes de temps au lavage des mains, à la prise de température et au contrôle  des kits de prévention. Calculez le temps perdu avant d’entrer en classe pour les élèves d’une classe de 50 élèves et pour l’ensemble des classes de l’école. Vous verrez de quoi je parle. Nous risquons soit de bâcler le cérémonial de rentrée en classe soit de commencer les cours à 10 heures le matin et 16h le soir au moins au début, pendant la période d’apprentissage.

Pour ces raisons et bien d’autres, il est impératif que le Gouvernement change de calendrier et renforce l’étude de faisabilité du processus de la rentrée scolaire 2015.

Labé le 16 Janvier 2015

Dr Mamadou Maladho Diallo

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.