chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée: Tibou Kamara fait à nouveau des révélations sur la venue d’Alpha Condé au pouvoir

Date de publication:2015-01-19 22:23:32

2015-01-19 22:21:46

Le 20 août 2012, le Premier ministre de la transition 2010, Jean Marie Doré, avait révélé non seulement que l’histoire de l’empoisonnement des partisans du RPG (essentiellement Malinkés), par des Peuls, était un coup monté, mais que c’est par leur aide (autorités de la transition) qu’Alpha Condé est devenu Président en Guinée (Lire).

Tibou Kamara, homme fort de la Présidence de la transition, fera un déballage dans le même sens dans une interview accordée à guinee58 le lundi 25 mars 2013. Il fera savoir que c’est sur son intervention qu’il y a eu des réaménagements pour qu’Alpha Condé obtienne la deuxième place que Sidiya Touré occupait déjà par des résultats que la Ceni avait présentés à la présidence avant publication (Lire).

Ce Tibou Kamara qui doit forcément avoir des informateurs dans tous les rouages de l’Etat aujourd’hui, vient d’alerter l’opposition dans un article publié sur aminata.com le 12 janvier 2015 :

« Alpha Condé a déjà fini son montage, un autre hold-up électoral, en perspective : Cellou, son principal challenger sera cantonné au Foutah où il lui sera attribué le gros des électeurs 60 à 70%. »

Il révèle qu’Alpha Condé compte s’attribuer 30 à 40% de l’électorat du Fouta en invoquant des percées réalisées dans la région, grâce à des alliances avec des notabilités et hommes d’affaires originaires de la région, la majorité en Basse Côte et en Forêt, la totalité des voix en Haute Guinée où aucun contrôle de l’opposition ne sera possible.

Ces révélations de Tibou Kamara sont d’autant plus vraies que toute la politique d’Alpha Condé ces 4 dernières années a été consacré à cela et c’est le reflet des résultats frauduleux des législatives de 2013 malheureusement validés par l’opposition: le RPG sort majoritaire dans toutes les régions sauf au Fouta où l’UFDG est donnée gagnante avec un progrès notable pour le parti au pouvoir.

Comme on les a prévenus à l’époque, les erreurs des anciens ministres leaders lors des législatives de septembre 2013 pourraient bien les poursuivre à la présidentielle de 2015.

Tibou Kamara révèle également que la Ceni corrompue par Alpha Condé, à travers son ancien président, est au cœur de la stratégie d’une victoire au premier tour du Président sortant. Une révélation que les faits et les informations confidentielles que nous recevons confirment (Lire).

Les techniciens de la Ceni (l’équipe d’Ali Badra Kakoro) sont en train de préparer les communales avec le fichier hérité de Sabari/Waymark. Dans le programme de la Ceni, ce travail doit finir le 30 janvier, c'est-à-dire avant l’arrivée de Gemalto qui est prévue pour début février 2015. C’est le résultat de ce travail que Gemalto devrait installer dans son système pour la Présidentielle.

Le nouveau compromis que le pouvoir veut obtenir de l’opposition est d’accepter d’aller aux communales sous les conditions obscures basées sur celles des législatives de 2013 avec l’ancienne équipe et le fichier Sabari/Waymark et à la présidentielle avec le système Gemalto qui, en réalité, aurait déjà intégré Sabari/Waymark.

L’opposition va-t-elle abandonner ses revendications relatives à la recomposition de la Ceni et la reprise des travaux effectués sans concertation et en violation des accords politiques du 3 juillet 2013 pour tomber à nouveau dans le piège du pouvoir en allant directement aux communales avec l’équipe de Bakary Fofana et le fichier de Waymark ?

Cela est à craindre. En effet, aujourd’hui comme avant les législatives, le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo, tient des propos fermes et durs contre Alpha Condé, comme le ferait un acteur de cinéma qui joue le rôle qu’on lui a attribué avec des assurances qu’il ne risque rien. Lui qui, en fin juillet 2011, refusa de rentrer en Guinée malgré l’arrestation infondée de sa fille et de son beau-fils, avant qu’Alpha Condé ne lui donne des garanties que rien ne va lui arriver !

Aussi, les expériences du passé dont celle de la première reforme de la Ceni qui lui a fait perdre son indépendance et son obligation d’associer l’opposition et de décider par consensus, tout comme celle des élections législatives avec Sabary/Waymark prouvent à suffisance qu’on ne peut pas se fier aux paroles des anciens PM leaders de l’opposition.

Si l’opposition accepte d’aller aux communales avec Bakary Fofana et le fichier Waymark, elle ne pourrait plus revenir à ses revendications pour la Présidentielle : la Ceni va retarder alors le processus électoral de sorte que tout de suite après les communales, on se retrouve dans les préparatifs du premier tour de la présidentielle ou bien le report obligatoire des élections, car le mandat d’Alpha Condé finit officiellement le 27 juin (date du premier tour de la présidentielle de 2010). En effet, les élections présidentielles doivent se dérouler soit avant octobre 2015 soit après décembre 2015 donc en 2016. Car, selon la Constitution, la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale s’ouvre le 05 octobre pour une durée maximale de quatre vingt dix (90) jours soit 3 mois (octobre – décembre). D’où la nécessité absolue d’organiser les élections présidentielles avant octobre 2015.

Cependant, il ne faudra jamais aller aux élections avant de réunir les conditions d'équité et de transparences prescrites par la loi. Quitte à les repousser de 3 mois si nécessaire. Dans ce cas de figure, on devrait exiger le départ d'Alpha Condé à la fin de son mandat constitutionnel en faveur d'un gouvernement de transition sous l'autorité d'une personnalité sage et crédible. Alpha Condé qui savait, le jour de son investiture, qu'il doit organiser des élections avant la fin de son mandat ne doit pas bénéficier du fait qu'il n'a pas fait son devoir dans le respect de la Constitution. Il doit dégager et servir d'exemple aux futurs dirigeants du pays.

Conclusion de Tibou Kamara :

« De l’issue de ce combat (de l’opposition), dépendra le sort des prochaines élections et aussi l’avenir de la démocratie guinéenne, surtout le destin de chaque guinéen sur lequel pèse l’hypothèse et l’hypothèque d’une fraude en cours de préparation pour empêcher le changement en maintenant Alpha Condé au pouvoir, une nouvelle fois encore contre la volonté des guinéens et la vérité des urnes. La foutaise de trop ? ».

Nous notons deux points dans cet article de Tibou :

1- Il signe par « Tibou Kamara, Ancien ministre de la communication ».

Ce titre date du régime conté quand Cellou Dalein Diallo était Premier ministre. La dernière fonction occupée par Tibou en Guinée et par laquelle il doit signer aujourd’hui est « Ministre secrétaire général à la Présidence pendant la transition 2010 ».

2- Le 17/09/2010, JA écrit à propos de Tibou Kamara :

« Nommé ministre secrétaire général à la Présidence en mars 2010, il constitue la tour de contrôle du régime. ».

« C’est lui qui a rédigé le discours lu par Sékouba Konaté lors de sa prise de fonctions. Encore lui qui a suggéré la nomination de Jean-Marie Doré comme chef du gouvernement de transition. Toujours lui qui a suscité la désignation de Rabiatou Serah Diallo à la tête du Conseil national de transition (CNT, l’organe législatif) » (Lire).

A rappeler que dans son témoignage du 20 août 2012, le PM de la transition, Jean Marie Doré, a précisé que lui il avait pris des mesures contre le préfet de Siguiri lors des violences anti-peules à Siguiri, Kouroussa, Kissidougou et en Forêt, mais que la présidence de la transition (Sékouba Konaté et Tibou Kamara) n’y a pas donné suite.

Ainsi, Tibou Kamara est mieux placé pour savoir ce qui s’est passé réellement en 2010 et nous apporter les preuves ou révéler des informations édifiantes et précises là-dessus. Surtout qu’il affirme clairement dans son dernier article qu’Alpha Condé est venu au pouvoir en 2010 par la fraude électorale (Lire).

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.