chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Guinée : violences donzos contre les populations peules de Labé !

Date de publication:2015-02-05 10:43:33

2015-02-05 10:42:39 

Depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir, le régime tribal RPG s’est livré à des limogeages, des licenciements abusifs et à des mutations punitives de tout genre contre les militants et cadres de l’opposition en général, ceux de l’UFDG en particulier.

Pratiquement tous les agents de sécurité et patrons de l’administration de Labé sont des cadres et donzos de la Haute Guinée ou importés des pays voisins, déguisés en forces de l’ordre ou administrateurs, pour assiéger le Fouta avant les futures élections. Ce phénomène a déjà eu des conséquences dramatiques au sud du pays, dans la région forestière. Malgré tout, le parti concerné dont le leader ne cesse de se dire Républicain et l’ethnie visée ont accepté ce fait pendant 4 ans. Jamais une seule fois, ils n’ont concrètement protesté contre ce fait en dehors des déclarations bidon qui ne fatiguent que ceux qui les rédigent. A présent, la guerre des donzos contre les populations peules au cœur du Fouta a commencé : femmes, enfants, mosquées, hôpital etc. les féticheurs de la savane n’ont de respect pour rien, pour personne !

Ce qui se passe à Labé contraste avec ce qui s’est passé à Siguiri et à Kankan où les forces de l’ordre se sont montrées plutôt soucieuses de la sécurité des citoyens et où des policiers et gendarmes furent arrêtés et suspendus de leurs fonctions pour avoir accidentellement fait une ou deux victimes.

Les agents du RPG qui sont responsables des troubles en cours sont Mamady Magassouba, directeur préfectoral de l’éducation et Mory Sangaré inspecteur régional de l’éducation.

L’UFDG a promis de chasser Alpha Condé du pouvoir s’il ne répond pas à leur revendication. Si ce parti est incapable de chasser, de Labé (de son principal fief), les imposteurs Mamady Magassouba, Mory Sangaré et leurs frères idéologiques responsables des forces de répression, comment compte-t-il pouvoir chasser Alpha Condé du pouvoir ? C'est bien ce qu'il faut faire au lieu de s'en prendre à des citoyens innocents, parce que simplement considérés comme des militants du parti au pouvoir.

Si nous n’y prenons garde, ce qui va nous arriver en 2015 pendant et après la présidentielle sera pire que le génocide du 28 septembre 2009 qui est resté impuni et à cause duquel l’opposition n’a jamais manifesté pour demander que justice soit faite.

Réaction à chaud d’un doyen et intellectuel du Fouta (correction apportée par le doyen):

<<

En 2009, M. Georges Frêche, alors président du conseil de la région française Languedoc-Roussillon, dévoilait comme suit son Secret politique: "Quand je fais une campagne, je ne la fais jamais pour les gens intelligents. Des gens intelligents, il y en a de 5% à 6%. Je fais campagne auprès des cons et je ramasse des voix en masse." (Source: L'actualité, 1er Octobre 2009).

Chez certains de nos compatriotes, la tentation est souvent forte d'applaudir ce genre de discours (franc, mais cynique par ailleurs) et de sauter à la conclusion (hâtive) qu'en Guinée comme ailleurs, "les grands électeurs, c'est le petit peuple. Je donne raison à ce politicien"...

Ce faisant, ceux-ci tendent à oublier que ce politicien français évolue dans un environnement très différent. Une société dont les valeurs sont synonymes, entre autres, de démocratie et qu'il faut distinguer de la parodie de "République", tître à la mode, drapeau ou slogan à la fois démagogique, trompeur et banal qu'arborent la plupart des pays africains.

En Guinée notamment, Alfa Condé a déjà proclamé les résultats des prochaines élections: il est assuré de sa victoire dès le premier tour. Et il ne nous a rien appris de nouveau. N'en déplaise à l'opposition guinéenne, il n'y a pas d'autre "SECRET politique" que la force de la rue ou, à défaut, la force armée pour faire de la Guinée un pays de liberté, de justice et de démocratie.

Il nous appartient à tous d'y veiller et d'agir en conséquence au plus vite.

Après Hamdallaye, Bambéto, Cosa, c'est à présent le coeur du Foutah Djallon qui est l'objet d'actes de banditisme et de violences commandités par Alfa Condé.

Tous les jours, l'arrogance et l'animosité de ce quidam à peine lettré montent d'un cran, précisément parce que depuis son intronisation en 2010, Alfa Condé s'est permis de commettre toutes sortes d'exactions envers les Foulbés et certains forestiers, sans pour autant qu'il ait essuyé la moindre réplique de ceux qu'il traite comme des ennemis à abattre.

Sommes-nous assez limités dans notre fierté d'humains à part entière, démunis, poltrons, lâches, dépouillés de (couilles) pour que ce maudit et vulgaire aventurier nous balance au quotidien sa crotte en pleine figure, sans que cela nous interpelle au plus profond de nous-mêmes?

Chers frères et amis, il est grand temps de nous donner la main, sous une plateforme résolument engagée à combattre Alfa Condé, son clan et, aussi, ce système qui gère le quotidien du guinéen depuis bientôt 57 ans.

>>

 

GUINEEPRESSE.INFO

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.