chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

Enfin 2015 est là !

Date de publication:2015-02-09 10:33:20

2015-02-09 10:30:23

21 décembre 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et enfin 2015 !

Voilà que la cinquième année d’un mandat infernal, d’un mandat inédit, d’un mandat teinté de malédiction, d’un mandat marqué par une pourriture de fond en comble s’offre à nous. Un mandat qu’aucun guinéen lucide ne souhaiterait, même dans un cauchemar, revivre.

En cette année 2015, nous sommes appelés par la force de la réalité calendaire à changer de dirigeant ou premier responsable dans notre pays où un homme trône sur nous comme bon lui semble sans avoir des comptes à rendre à personne. Un règne qui s’est démarqué comme plus que jamais par le mépris du Guinéen et un déni existentiel.

En cette année électorale qui a commencé par janvier et qui finira par décembre comme toute autre année, Alpha Condé aimerait plutôt compter le nombre de jours lui restant au pouvoir que le nombre de mois. 2015 c’est bien l’année où les Guinéens épris de progrès, de coexistence pacifique se montrent plus que jamais déterminés à prendre leur destin en main face un néo despote qui veut les bâillonner. Ca ne marchera pas Koro Alpha. Tu n’as que quelques mois à passer comme président à la tête de ce pays car tu ne le mérites pas.

Face à ce que nous offre le régime condé par rapport au défi immense du moment que nous vivons (la nécessité de fonder une nation unie et soudée au prix d’un sacrifice hautement désespéré), nous n’avons qu’un devoir : celui de ne pas choisir. C'est-à-dire que notre survie doit dépendre du départ d’Alpha.

On me demandera pour quoi et comment le départ d’Alpha.

En ce qui est du pour quoi : à défaut de pouvoir faire son bilan ici, chose qui reviendra à son porte parole et/ou à son principal adversaire pour le fauteuil présidentiel, je me limiterai à quelques éléments qui me poussent à être opposé à lui, à sa façon de faire et du coup à ce qu’il fait. Juste quelques éléments et le reste vous m’excuserez du peu.

I-Sur le plan social : l’élément le plus fondamental à mon avis, pour qu’un régime ait du sens et de la chance,  c’est quand les fils du terroir se retrouvent au tour d’un idéal commun et se montrent soudés face au problème qui les guète. Mais de nos jours, ce qui est plus frappant dans notre pays, c’est qu’avec ce pseudo régime, chacun s’identifie au nom de son ethnie et se moque du sort réservé à ceux qui ne sont pas de la même couche ou groupement social que lui. Tant que le sort que subit l’autre ne m’arrive pas, il n’y a pas de problème. Le comble de l’ignominie se manifeste par le fait qu’en réalité les enfants du même pays ne se disent plus sincèrement bonjour. Chacun défend le sien aveuglement quitte à tordre la raison ou à dénaturer la vérité. Et le revers de la médaille ne se fera plus attendre longtemps.

II-Sur le plan socio-sportif : cette année qui vient de commencer, on se permet de pousser la malveillance au bout en constituant une équipe du Syli sans un seul joueur peulh. Il faut oser le dénoncer !  On me dira que l’on n’en a pris que les meilleurs pour nous ramener la coupe. Mais personne ne peut me dire qu’il n’y avait pas un seul joueur Peulh CAPABLE dans aucun championnat du monde à commencer par celui guinéen. Cependant, je félicite tous les enfants Peulhs qui ont manifesté pour dénoncer cet état de fait mais aussi qui sont sortis en même temps pour acclamer les différentes réussites glanées par ceux là qui ont porté le maillot national. C’était une belle leçon de la part de ces jeunes ( particulièrement rejetés par le pouvoir) comme pour dire que nous n’avons rien contre un succès national même si du côté du pouvoir on voulait caresser un rêve : celui de remporter une CAN sans Peulh, histoire de dire que la Guinée est en marche sur les trois roues. Alpha, ce que nous n’avons pas pu faire avec les quatre roues nationales, nous ne le ferons pas à trois roues qui ne sont que le reflet de la panne de l’engin que tu pilotes.             

III-Sur le plan sécuritaire : tantôt des cadres compétents éliminés par la mafia des médiocres, tantôt des paisibles citoyens qui se battent pour ne subir le sort de la misère se retrouvent criblés de balles par des criminels de tout bord et qui ne seront jamais inquiétés. Citer ici des exemples ne relève pas d’un exercice difficile car les assassinats ciblés relèvent de notre quotidien sous ce règne. Parfois nous avons à faire à des cadavres tués à l’arme blanche, d’autres à la kalachnikov et maintenant d’autres par grenade. 

Mais le plus choquant c’est lorsqu’on sait bien que la plupart des commanditaires de ces actes sont tapis au pus haut niveau. Ce qui explique la non-inquiétude des exécutants.

Et le plus déplorable se manifeste avec les crimes de masse commis par les forces de l’ordre avec la bénédiction du pouvoir en place sous prétexte de rétablir l’ordre. En guise d’exemple, les paisibles manifestants, que je voudrais voir armés (moi personnellement), qui se lèvent pour réclamer leur droit le plus basique. Demandons à nos frères et sœurs de Saoro, de Zoghota, de Conakry ou de Fria sans oublier tout récemment ceux de Labé. Partout c’est l’insécurité de la part de ceux qui sont censés nous sécuriser. Des centaines de morts partout dans ces différentes zones. Quand les agents de force de l’ordre nous blessent on se dit miraculeux, quand ils nous pillent les biens on se dit chanceux. Et quand ils nous tuent, il n’y a aucune enquête, c’est aussi le déni total parfois.

Changeons ensemble ce changement !              

IV-Côté économique : comme le disait l’autre : « son bilan, c’est son boulet » et ça Alpha le sait. Alpha a voulu faire reposer tout son programme économique sur les mines avec une obsession trop lucrative et hâtive se justifiant par son deal matinal avec Rio Tinto tout en ignorant que pour qu’il y ait un travail viable et fiable de la part d’un nouvel investisseur de taille sur n’importe quel marché, il y a des préalables qui s’appellent : sécurité, justice, infrastructures de base solides, cadre des affaires viable débarrassé de la corruption institutionnalisée comme dans notre pays : la Guinée.

Et voilà qu’à la fin de ce mandat dont il ne reste à priori que quelques mois, le président veut nous faire croire que ce qu’il n’a pas pu faire en trois ans, il aurait pu le faire lors de la quatrième année et que malheureusement pour les Guinéens, Ebola est venu pour l’en empêcher. Hééé Koro !

Cette cinquième année représente pour Alpha Condé le moment idéal d’exhiber des chantiers et parler des hôtels et projets comme si le peuple devrait habiter dans des hôtels ou des cités comme Plaza Diamond qui ne sont rien d’autres que des lieux qui regorgeront sans nul doute de narcotrafiquants nargeurs du peuple et de proxénètes de grand chemin dans un pays où la prostitution progresse au rythme de l’enlisement des citoyens dans la misère.

Si du côté des citoyens c’est la misère, alors du côté de ce gouvernement  nous avons une économie guinéenne sous perfusion totale. C’est ça la réalité ou bien que l’on m’en dise le contraire ! Tous les indicateurs sont au rouge tandis que le mensonge parraine l’incapacité notoire du premier responsable du pays.

C’est avec cette réalité connue du peuple affamé, mal sécurisé et qui ne tardera plus à le chasser, comme j’en ai déjà la certitude, que Alpha se permet de dire : « J’ai promis aux guinéens qu’après trois ans, la Guinée va changer. Et, effectivement, en 2014, la Guinée a commencé à changer. Malheureusement, l’épidémie Ebola a freiné nos élans » disait-il à Plaza Diamond.

Ebola lui sert de bouc émissaire alors qu’Ebola a bénéficié de sa désinvolture, de son incurie, de son incompétence à gérer les choses. Quel alibi !!!

En prenant Plaza Diamond comme une vitrine manifeste de la réussite de son quinquennat, Alpha ignore que non seulement personne ne sait les modalités de cette réalisation, mais aussi certes c’est bien une belle place si elle est entretenue à long terme. Mais une place d’une société privée qui n’est pas faite pour soulager le problème du Guinéen lambda qui devrait pourtant être au centre de ses préoccupations, si jamais il pouvait tenir ses promesses !

Cette cité profitera à qui ? Nous ne voulons pas pour le moment dans ce pays des cités à visiter mais à habiter. Nos maîtres d’école, nos conducteurs, nos juristes, nos administrateurs civils, nos forgerons ne pourront se doter d’un appartement à Plaza Diamond. Il leur faut des logements sociaux qui prennent en compte leur situation et qui vont favoriser leur lendemain.

Le peu d’entreprises qui fonctionnaient à son arrivée ont fini par fermer par sa boulimie du gain ou son incapacité à trouver des solutions sociales et sociétales (cf. Fria).

Ce quinquennat avait débuté avec des discours de bienvenue à des investisseurs qui se sont toujours faits rares et il se termine par : ‘’il nous faut un deuxième mandat pour pouvoir faire quelque chose car nous n’avons rien pu faire parce que tous les bailleurs nous ont fuis’’.

V-Sur le plan de la bonne gouvernance : j’essaierai toujours d’être bref dans ce que je dirai.

J’aborderai juste quelques points illustratifs de certains critères :

-Respect des lois de la république : l’exercice favori d’Alpha, c’est de violer les lois de la République (cf. la nomination de certains responsables locaux à la place des maires élus par le peuple). Même si leur mandat était arrivé à échéance.  En plus du fait de violer les lois de la République, nous assistons aujourd’hui à une fraude, à une falsification des textes juridiques du pays devant être appliqués. C’est le cas avec la création de l’INDH. Le texte a été falsifié à la guise du premier responsable du pays.

-La lutte contre la corruption : aucune mesure sérieuse digne de nom et qui mérite d’être saluée ou projet de loi s’inscrivant dans le cadre de la lutte contre la corruption n’a vu le jour à ma connaissance avec ce pouvoir.

Quand on se rappelle que des cargaisons de devises ont été saisies à Dakar dont la destination finale reste encore à préciser et dont le destinateur ne s’est jamais exprimé devant le peuple de Guinée, on n’a pas trop à espérer sur ce plan aussi. Des questions se posent : d’où vient cet argent (pot de vin )? A qui est-il réellement destiné ?

-En matière de droit de l’homme : son ministre des droits de l’homme serait plus éloquent que n’importe qui pour dresser le bilan du pouvoir auquel il appartient malgré tous ses efforts que je salue ici solennellement de passage. Mes frères et sœurs de Womé ont été frappés, chassés, malmenés en masse avec un déni de droit total. Chaque manifestant guinéen n’appartenant pas à la mouvance a droit à un bonjour musclé ou ensanglanté s’il n’écope d’un petit séjour en prison.

Demandez à Bakayako le prix à payer pour jouir de sa liberté d’opinion et d’expression !

-Stabilité politique : le pays le plus instable de l’Afrique de l’ouest s’appelle Guinée. Ceci s’explique par le fait que Koro Alpha veut toujours passer par des manœuvres dilatoires afin de bien préparer sa machine à frauder. Tout en ignorant que nous l’avons à l’œil, il se dit capable de gagner sans tricher les élections. Qu’il l’essaie ! Je le mets au défi d’organiser une élection libre et transparente et d’obtenir un résultat conséquent. Je serais le premier à lui prêter allégeance.

Après la question de la bonne gouvernance, nous allons parler de quelques autres aspects.

VI-Santé : des milliers de personnes et villages décimés par Ebola par son incapacité à faire face aux urgences  et autres préoccupations nationales parce qu’il privilégie toujours ses calculs et combines dans le seul but de se faire de l’argent quitte à mettre en danger le pays. Vive les investisseurs étrangers pendant que l’on étrangle les fils du terroir et que les cadavres jonchent nos villages et villes. Ceci faisant de la Guinée au final un pays infréquentable. Un pays pestiféré. Jusqu’à nos jours, nos frères et sœurs ne peuvent pas voyager librement et même pas obtenir un visa canadien ou australien. La Mecque n’a pas vu un Guinéen venant de Conakry cette année.  Sacré Alpha !

Nous sommes dans un pays où le peu de bâtiments qui servent d’hôpitaux sont délabrés, les laboratoires et autres équipements sont inexistants, où les malades sont laissés à leur propre sort au simple motif d’être démunis d’argent et où les femmes auxquelles le professeur candidat avait promis la césarienne gratuite sont laissées à leur propre sort si jamais elles ne déboursent pas de l’argent.

Je suis conscient qu’il y a encore plein d’autres aspects à aborder même si je me limite là aujourd’hui.

Au vu des ces différents éléments qui ne constituent pas son bilan mais seulement quelques éléments de la réalité que vivent mes frères et sœurs de Guinée, un pays qui n’a ni eau, ni électricité, ni route et pont, ni école et enseignement adéquat malgré les promesses du professeur-candidat, l’heure est venue pour nous de changer et/ou chasser le professeur-président.

C’est là que la seconde question se pose. Le comment !!!

-Conscients des différentes méthodes peu orthodoxes des élections de 2010 et 2013 nous ne devons pas nous attendre à des élections crédibles pour changer Alpha. Nous devons le chasser.

Et pour ce faire, nous devons nous lever comme un seul homme pour le mettre out. Alpha doit partir par la rue. Et c’est à ce prix que nous retrouverons le salut national qui nous a fuis depuis 2010, année de son avènement à la tête du pays. Alpha Condé n’ayant jamais été élu Président, ne cherchera jamais aussi à l’être.

Après avoir tué une soixantaine de civils réclamant leur droit, des centaines de personnes en Guinée Forestière soit par sa milice, soit en laissant délibérément  Ebola ravager la zone ; après avoir trahi maints responsables avec qui il avait des pactes et tout le peuple de Guinée par le fait des violations répétitives de la Constitution et autres lois de la République, l’heure est à la chasse déterminée.

C’est à nous de bien nous organiser malgré le risque que nous courrons. Il est fort probable qu’une force encore ignorée soit de notre côté le jour du rendez-vous à ne pas manquer. J’en appelle à la nécessité consciencieuse pour un sursaut national de la part du peuple martyr auprès duquel certains hommes en uniforme pourront se racheter par leur appui avec efficacité. Je sens mon peuple déterminé plus que jamais.

Le changement est à note portée.

Bonne année 2015 qui finira sans Alpha à la tête de notre pays.

Boubacar 1 Barry

‘’Citoyen guinéen pour une Guinée Nation’’.

Commentaires

Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.