chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Du Respect pour le Peuple- Martyr de Guinée Monsieur le Président

Date de publication:2015-05-04 21:41:25

2015-05-04 21:38:26

C’est en tant que citoyen guinéen humilié et révolté que j’écris cette réflexion pour manifester ma totale désapprobation du discours du 1er Mai 2015 du président Alpha Condé à la suite de son intervention faisant à sa manière l’état des lieux de la Guinée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le président Alpha a égrené tous les malheurs du Peuple-Martyr de Guinée depuis 1958 en donnant à la RTG donc à la face du monde ses vérités à travers des affirmations telles :

« Les guinéens n’ont pas le courage de dire la vérité, les guinéens aiment la démagogie, les cadres guinéens sont paresseux… »

J’estime  qu’une personne qui a l’insigne honneur et le grand privilège de diriger la destinée d’un pays, la moindre des choses c’est de respecter ce pays et ses habitants, car :

« Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles. »

Il se trouve malheureusement que le président Alpha Condé aime traiter les guinéens de tous les noms d’oiseaux. Les guinéens  ne sont pas courageux, les guinéens sont voleurs, ils sont  paresseux… j’en passe. Et cela n’est pas admissible, une fois ça va, pas tout le temps.

Une telle attitude n’est pas le rôle d’un homme responsable à plus forte raison un chef d’Etat.

Le président Alpha Condé  doit savoir que ces soi-disant tares des guinéens sont simplement les conséquences désastreuses de la Mal-gouvernance dont il est aujourd’hui aussi comptable au même titre que ses prédécesseurs. En effet il a été élu, dans le but de changer la donne, ce qui n’est pas du tout le cas, c’est plutôt le contraire !

Je résume les vérités du président :

« Le PDG est venu au lieu de laver le bébé et jeter l’eau sale, on a jeté le bébé avec l’eau sale. Voilà une première vérité. Le PDG a fait le camp Boiro, il y a eu des arrestations, il y a eu de la dictature, mais aussi il a laissé plus de cent usines.

Nous n’avons pas créé la monnaie guinéenne parce que nous l’avons voulu   Quand les francs partaient à Dakar, ils ne revenaient plus. Nous nous sommes retrouvés sans liquidité. C’est ce qui a amené la création de la monnaie guinéenne. Donc, si jamais nous devons faire une conférence nationale, la première personne qui sera condamnée, c’est le colonisateur français.

Lorsque j’ai été élu  en 2010 j’ai dit que j’ai hérité d’un pays  mais pas d’un Etat parce que c’était de l’anarchie totale, où on attrapait un voleur au lieu de l’amener au commissariat, on le tuait.

Nous avons hérité d’un système sanitaire obsolète, alors que pendant la période coloniale on soignait les gens gratuitement

 J’ai le malheur de ne pas connaître les cadres Guinéens… Sinon la moitié des membres du gouvernement n’aurait pas été membres du Gouvernement… Les juges sont les premiers fossoyeurs de l’économie guinéenne… Chaque ministre qui vient, crée son université pour fabriquer des chômeurs !

Il est sorti plus d’argent en deux ans (2008-2010) que pendant les cinquante ans  Il n’y avait pas d’argent les caisses étaient vides.

Moi, je n’ai pas géré la Guinée. Je ne suis pas responsable des usines bazardées. La Guinée a été le premier pays noir d’Afrique à avoir des commandants de bord. Aujourd’hui, est-ce que nous avons un avion »

Le président Alpha Condé semble découvrir en 2015 après près de  5 ans au pouvoir que :

Les syndicats mentent aux travailleurs, que la moitié de ses ministres ne méritent pas  d’être au gouvernement, que les universités créées par les ministres ne sont que des usines à fabriquer des chômeurs… Vu cet état désastreux du pays, je me pose ces quelques questions simples :

Si le président Alpha Condé  avait autant de vertu : courage, véracité, droiture ...

Pourquoi il a recyclé tous les ministres prédateurs connus ?

Pourquoi tous les anciens ministres sont conseillers à la présidence ?

Pourquoi n’a-t-il pas fait un état crédible des lieux au début de son mandat ?

Monsieur le président, il ne faut pas confondre le pouvoir et l’autorité, bien qu’il n’y ait pas de muraille infranchissable entre les deux !

Un chef peut avoir le pouvoir sans l’autorité.

C’est l’autorité qui confère  la légitimité au pouvoir. Détenir le pouvoir ne confère pas toujours de l’autorité qui   demande  de la compétence de celui qui la détient.

La meilleure situation pour un chef est d’avoir le pouvoir et l’autorité pour cela,  son pouvoir doit se fonder  sur : la justice, la bienfaisance et le consensus.

C’est en ce moment que le pouvoir bénéficie de la confiance des administrés. Comme l’écrit le Pr Alfa Ibrahima .Sow( Paix à son âme) :

Dans l’Afrique traditionnelle :

« Lorsque le souverain politique était couronné le doyen du corps social lui déclarait :

Le pays sur ta tête, est une charge de lait frais.

Une charge de lait frais est difficile à porter sur la tête.

Si l’on trébuche le lait se répand !

Ayant sur la tête un pays tout entier, le souverain doit éviter l’irresponsabilité qui pourrait nuire à la sécurité des populations sans défense. »

Monsieur le président le Peuple-Martyr de Guinée, et je dis bien tout le peuple guinéen: aussi bien les syndicats, les cadres, les ministres, vos ministres, les travailleurs, les paysans, les jeunes, les femmes mérite plus d’égard et de considération parce vous êtes président par eux et pour eux ! 

Vive la Paix

Vive la Guinée.

Dr.B. Diakité


Commentaires


2015-05-04 21:38:26

C’est en tant que citoyen guinéen humilié et révolté que j’écris cette réflexion pour manifester ma totale désapprobation du discours du 1er Mai 2015 du président Alpha Condé à la suite de son intervention faisant à sa manière l’état des lieux de la Guinée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le président Alpha a égrené tous les malheurs du Peuple-Martyr de Guinée depuis 1958 en donnant à la RTG donc à la face du monde ses vérités à travers des affirmations telles :

« Les guinéens n’ont pas le courage de dire la vérité, les guinéens aiment la démagogie, les cadres guinéens sont paresseux… »

J’estime  qu’une personne qui a l’insigne honneur et le grand privilège de diriger la destinée d’un pays, la moindre des choses c’est de respecter ce pays et ses habitants, car :

« Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles. »

Il se trouve malheureusement que le président Alpha Condé aime traiter les guinéens de tous les noms d’oiseaux. Les guinéens  ne sont pas courageux, les guinéens sont voleurs, ils sont  paresseux… j’en passe. Et cela n’est pas admissible, une fois ça va, pas tout le temps.

Une telle attitude n’est pas le rôle d’un homme responsable à plus forte raison un chef d’Etat.

Le président Alpha Condé  doit savoir que ces soi-disant tares des guinéens sont simplement les conséquences désastreuses de la Mal-gouvernance dont il est aujourd’hui aussi comptable au même titre que ses prédécesseurs. En effet il a été élu, dans le but de changer la donne, ce qui n’est pas du tout le cas, c’est plutôt le contraire !

Je résume les vérités du président :

« Le PDG est venu au lieu de laver le bébé et jeter l’eau sale, on a jeté le bébé avec l’eau sale. Voilà une première vérité. Le PDG a fait le camp Boiro, il y a eu des arrestations, il y a eu de la dictature, mais aussi il a laissé plus de cent usines.

Nous n’avons pas créé la monnaie guinéenne parce que nous l’avons voulu   Quand les francs partaient à Dakar, ils ne revenaient plus. Nous nous sommes retrouvés sans liquidité. C’est ce qui a amené la création de la monnaie guinéenne. Donc, si jamais nous devons faire une conférence nationale, la première personne qui sera condamnée, c’est le colonisateur français.

Lorsque j’ai été élu  en 2010 j’ai dit que j’ai hérité d’un pays  mais pas d’un Etat parce que c’était de l’anarchie totale, où on attrapait un voleur au lieu de l’amener au commissariat, on le tuait.

Nous avons hérité d’un système sanitaire obsolète, alors que pendant la période coloniale on soignait les gens gratuitement

 J’ai le malheur de ne pas connaître les cadres Guinéens… Sinon la moitié des membres du gouvernement n’aurait pas été membres du Gouvernement… Les juges sont les premiers fossoyeurs de l’économie guinéenne… Chaque ministre qui vient, crée son université pour fabriquer des chômeurs !

Il est sorti plus d’argent en deux ans (2008-2010) que pendant les cinquante ans  Il n’y avait pas d’argent les caisses étaient vides.

Moi, je n’ai pas géré la Guinée. Je ne suis pas responsable des usines bazardées. La Guinée a été le premier pays noir d’Afrique à avoir des commandants de bord. Aujourd’hui, est-ce que nous avons un avion »

Le président Alpha Condé semble découvrir en 2015 après près de  5 ans au pouvoir que :

Les syndicats mentent aux travailleurs, que la moitié de ses ministres ne méritent pas  d’être au gouvernement, que les universités créées par les ministres ne sont que des usines à fabriquer des chômeurs… Vu cet état désastreux du pays, je me pose ces quelques questions simples :

Si le président Alpha Condé  avait autant de vertu : courage, véracité, droiture ...

Pourquoi il a recyclé tous les ministres prédateurs connus ?

Pourquoi tous les anciens ministres sont conseillers à la présidence ?

Pourquoi n’a-t-il pas fait un état crédible des lieux au début de son mandat ?

Monsieur le président, il ne faut pas confondre le pouvoir et l’autorité, bien qu’il n’y ait pas de muraille infranchissable entre les deux !

Un chef peut avoir le pouvoir sans l’autorité.

C’est l’autorité qui confère  la légitimité au pouvoir. Détenir le pouvoir ne confère pas toujours de l’autorité qui   demande  de la compétence de celui qui la détient.

La meilleure situation pour un chef est d’avoir le pouvoir et l’autorité pour cela,  son pouvoir doit se fonder  sur : la justice, la bienfaisance et le consensus.

C’est en ce moment que le pouvoir bénéficie de la confiance des administrés. Comme l’écrit le Pr Alfa Ibrahima .Sow( Paix à son âme) :

Dans l’Afrique traditionnelle :

« Lorsque le souverain politique était couronné le doyen du corps social lui déclarait :

Le pays sur ta tête, est une charge de lait frais.

Une charge de lait frais est difficile à porter sur la tête.

Si l’on trébuche le lait se répand !

Ayant sur la tête un pays tout entier, le souverain doit éviter l’irresponsabilité qui pourrait nuire à la sécurité des populations sans défense. »

Monsieur le président le Peuple-Martyr de Guinée, et je dis bien tout le peuple guinéen: aussi bien les syndicats, les cadres, les ministres, vos ministres, les travailleurs, les paysans, les jeunes, les femmes mérite plus d’égard et de considération parce vous êtes président par eux et pour eux ! 

Vive la Paix

Vive la Guinée.

Dr.B. Diakité

2015-05-04 21:41:25 Barry

2015-05-04 21:38:26

C’est en tant que citoyen guinéen humilié et révolté que j’écris cette réflexion pour manifester ma totale désapprobation du discours du 1er Mai 2015 du président Alpha Condé à la suite de son intervention faisant à sa manière l’état des lieux de la Guinée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le président Alpha a égrené tous les malheurs du Peuple-Martyr de Guinée depuis 1958 en donnant à la RTG donc à la face du monde ses vérités à travers des affirmations telles :

« Les guinéens n’ont pas le courage de dire la vérité, les guinéens aiment la démagogie, les cadres guinéens sont paresseux… »

J’estime  qu’une personne qui a l’insigne honneur et le grand privilège de diriger la destinée d’un pays, la moindre des choses c’est de respecter ce pays et ses habitants, car :

« Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles. »

Il se trouve malheureusement que le président Alpha Condé aime traiter les guinéens de tous les noms d’oiseaux. Les guinéens  ne sont pas courageux, les guinéens sont voleurs, ils sont  paresseux… j’en passe. Et cela n’est pas admissible, une fois ça va, pas tout le temps.

Une telle attitude n’est pas le rôle d’un homme responsable à plus forte raison un chef d’Etat.

Le président Alpha Condé  doit savoir que ces soi-disant tares des guinéens sont simplement les conséquences désastreuses de la Mal-gouvernance dont il est aujourd’hui aussi comptable au même titre que ses prédécesseurs. En effet il a été élu, dans le but de changer la donne, ce qui n’est pas du tout le cas, c’est plutôt le contraire !

Je résume les vérités du président :

« Le PDG est venu au lieu de laver le bébé et jeter l’eau sale, on a jeté le bébé avec l’eau sale. Voilà une première vérité. Le PDG a fait le camp Boiro, il y a eu des arrestations, il y a eu de la dictature, mais aussi il a laissé plus de cent usines.

Nous n’avons pas créé la monnaie guinéenne parce que nous l’avons voulu   Quand les francs partaient à Dakar, ils ne revenaient plus. Nous nous sommes retrouvés sans liquidité. C’est ce qui a amené la création de la monnaie guinéenne. Donc, si jamais nous devons faire une conférence nationale, la première personne qui sera condamnée, c’est le colonisateur français.

Lorsque j’ai été élu  en 2010 j’ai dit que j’ai hérité d’un pays  mais pas d’un Etat parce que c’était de l’anarchie totale, où on attrapait un voleur au lieu de l’amener au commissariat, on le tuait.

Nous avons hérité d’un système sanitaire obsolète, alors que pendant la période coloniale on soignait les gens gratuitement

 J’ai le malheur de ne pas connaître les cadres Guinéens… Sinon la moitié des membres du gouvernement n’aurait pas été membres du Gouvernement… Les juges sont les premiers fossoyeurs de l’économie guinéenne… Chaque ministre qui vient, crée son université pour fabriquer des chômeurs !

Il est sorti plus d’argent en deux ans (2008-2010) que pendant les cinquante ans  Il n’y avait pas d’argent les caisses étaient vides.

Moi, je n’ai pas géré la Guinée. Je ne suis pas responsable des usines bazardées. La Guinée a été le premier pays noir d’Afrique à avoir des commandants de bord. Aujourd’hui, est-ce que nous avons un avion »

Le président Alpha Condé semble découvrir en 2015 après près de  5 ans au pouvoir que :

Les syndicats mentent aux travailleurs, que la moitié de ses ministres ne méritent pas  d’être au gouvernement, que les universités créées par les ministres ne sont que des usines à fabriquer des chômeurs… Vu cet état désastreux du pays, je me pose ces quelques questions simples :

Si le président Alpha Condé  avait autant de vertu : courage, véracité, droiture ...

Pourquoi il a recyclé tous les ministres prédateurs connus ?

Pourquoi tous les anciens ministres sont conseillers à la présidence ?

Pourquoi n’a-t-il pas fait un état crédible des lieux au début de son mandat ?

Monsieur le président, il ne faut pas confondre le pouvoir et l’autorité, bien qu’il n’y ait pas de muraille infranchissable entre les deux !

Un chef peut avoir le pouvoir sans l’autorité.

C’est l’autorité qui confère  la légitimité au pouvoir. Détenir le pouvoir ne confère pas toujours de l’autorité qui   demande  de la compétence de celui qui la détient.

La meilleure situation pour un chef est d’avoir le pouvoir et l’autorité pour cela,  son pouvoir doit se fonder  sur : la justice, la bienfaisance et le consensus.

C’est en ce moment que le pouvoir bénéficie de la confiance des administrés. Comme l’écrit le Pr Alfa Ibrahima .Sow( Paix à son âme) :

Dans l’Afrique traditionnelle :

« Lorsque le souverain politique était couronné le doyen du corps social lui déclarait :

Le pays sur ta tête, est une charge de lait frais.

Une charge de lait frais est difficile à porter sur la tête.

Si l’on trébuche le lait se répand !

Ayant sur la tête un pays tout entier, le souverain doit éviter l’irresponsabilité qui pourrait nuire à la sécurité des populations sans défense. »

Monsieur le président le Peuple-Martyr de Guinée, et je dis bien tout le peuple guinéen: aussi bien les syndicats, les cadres, les ministres, vos ministres, les travailleurs, les paysans, les jeunes, les femmes mérite plus d’égard et de considération parce vous êtes président par eux et pour eux ! 

Vive la Paix

Vive la Guinée.

Dr.B. Diakité

2015-05-04 21:41:25 Ibrahima Kankalabé

2015-05-04 21:38:26

C’est en tant que citoyen guinéen humilié et révolté que j’écris cette réflexion pour manifester ma totale désapprobation du discours du 1er Mai 2015 du président Alpha Condé à la suite de son intervention faisant à sa manière l’état des lieux de la Guinée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le président Alpha a égrené tous les malheurs du Peuple-Martyr de Guinée depuis 1958 en donnant à la RTG donc à la face du monde ses vérités à travers des affirmations telles :

« Les guinéens n’ont pas le courage de dire la vérité, les guinéens aiment la démagogie, les cadres guinéens sont paresseux… »

J’estime  qu’une personne qui a l’insigne honneur et le grand privilège de diriger la destinée d’un pays, la moindre des choses c’est de respecter ce pays et ses habitants, car :

« Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles. »

Il se trouve malheureusement que le président Alpha Condé aime traiter les guinéens de tous les noms d’oiseaux. Les guinéens  ne sont pas courageux, les guinéens sont voleurs, ils sont  paresseux… j’en passe. Et cela n’est pas admissible, une fois ça va, pas tout le temps.

Une telle attitude n’est pas le rôle d’un homme responsable à plus forte raison un chef d’Etat.

Le président Alpha Condé  doit savoir que ces soi-disant tares des guinéens sont simplement les conséquences désastreuses de la Mal-gouvernance dont il est aujourd’hui aussi comptable au même titre que ses prédécesseurs. En effet il a été élu, dans le but de changer la donne, ce qui n’est pas du tout le cas, c’est plutôt le contraire !

Je résume les vérités du président :

« Le PDG est venu au lieu de laver le bébé et jeter l’eau sale, on a jeté le bébé avec l’eau sale. Voilà une première vérité. Le PDG a fait le camp Boiro, il y a eu des arrestations, il y a eu de la dictature, mais aussi il a laissé plus de cent usines.

Nous n’avons pas créé la monnaie guinéenne parce que nous l’avons voulu   Quand les francs partaient à Dakar, ils ne revenaient plus. Nous nous sommes retrouvés sans liquidité. C’est ce qui a amené la création de la monnaie guinéenne. Donc, si jamais nous devons faire une conférence nationale, la première personne qui sera condamnée, c’est le colonisateur français.

Lorsque j’ai été élu  en 2010 j’ai dit que j’ai hérité d’un pays  mais pas d’un Etat parce que c’était de l’anarchie totale, où on attrapait un voleur au lieu de l’amener au commissariat, on le tuait.

Nous avons hérité d’un système sanitaire obsolète, alors que pendant la période coloniale on soignait les gens gratuitement

 J’ai le malheur de ne pas connaître les cadres Guinéens… Sinon la moitié des membres du gouvernement n’aurait pas été membres du Gouvernement… Les juges sont les premiers fossoyeurs de l’économie guinéenne… Chaque ministre qui vient, crée son université pour fabriquer des chômeurs !

Il est sorti plus d’argent en deux ans (2008-2010) que pendant les cinquante ans  Il n’y avait pas d’argent les caisses étaient vides.

Moi, je n’ai pas géré la Guinée. Je ne suis pas responsable des usines bazardées. La Guinée a été le premier pays noir d’Afrique à avoir des commandants de bord. Aujourd’hui, est-ce que nous avons un avion »

Le président Alpha Condé semble découvrir en 2015 après près de  5 ans au pouvoir que :

Les syndicats mentent aux travailleurs, que la moitié de ses ministres ne méritent pas  d’être au gouvernement, que les universités créées par les ministres ne sont que des usines à fabriquer des chômeurs… Vu cet état désastreux du pays, je me pose ces quelques questions simples :

Si le président Alpha Condé  avait autant de vertu : courage, véracité, droiture ...

Pourquoi il a recyclé tous les ministres prédateurs connus ?

Pourquoi tous les anciens ministres sont conseillers à la présidence ?

Pourquoi n’a-t-il pas fait un état crédible des lieux au début de son mandat ?

Monsieur le président, il ne faut pas confondre le pouvoir et l’autorité, bien qu’il n’y ait pas de muraille infranchissable entre les deux !

Un chef peut avoir le pouvoir sans l’autorité.

C’est l’autorité qui confère  la légitimité au pouvoir. Détenir le pouvoir ne confère pas toujours de l’autorité qui   demande  de la compétence de celui qui la détient.

La meilleure situation pour un chef est d’avoir le pouvoir et l’autorité pour cela,  son pouvoir doit se fonder  sur : la justice, la bienfaisance et le consensus.

C’est en ce moment que le pouvoir bénéficie de la confiance des administrés. Comme l’écrit le Pr Alfa Ibrahima .Sow( Paix à son âme) :

Dans l’Afrique traditionnelle :

« Lorsque le souverain politique était couronné le doyen du corps social lui déclarait :

Le pays sur ta tête, est une charge de lait frais.

Une charge de lait frais est difficile à porter sur la tête.

Si l’on trébuche le lait se répand !

Ayant sur la tête un pays tout entier, le souverain doit éviter l’irresponsabilité qui pourrait nuire à la sécurité des populations sans défense. »

Monsieur le président le Peuple-Martyr de Guinée, et je dis bien tout le peuple guinéen: aussi bien les syndicats, les cadres, les ministres, vos ministres, les travailleurs, les paysans, les jeunes, les femmes mérite plus d’égard et de considération parce vous êtes président par eux et pour eux ! 

Vive la Paix

Vive la Guinée.

Dr.B. Diakité

2015-05-04 21:41:25 nb

2015-05-04 21:38:26

C’est en tant que citoyen guinéen humilié et révolté que j’écris cette réflexion pour manifester ma totale désapprobation du discours du 1er Mai 2015 du président Alpha Condé à la suite de son intervention faisant à sa manière l’état des lieux de la Guinée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le président Alpha a égrené tous les malheurs du Peuple-Martyr de Guinée depuis 1958 en donnant à la RTG donc à la face du monde ses vérités à travers des affirmations telles :

« Les guinéens n’ont pas le courage de dire la vérité, les guinéens aiment la démagogie, les cadres guinéens sont paresseux… »

J’estime  qu’une personne qui a l’insigne honneur et le grand privilège de diriger la destinée d’un pays, la moindre des choses c’est de respecter ce pays et ses habitants, car :

« Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles. »

Il se trouve malheureusement que le président Alpha Condé aime traiter les guinéens de tous les noms d’oiseaux. Les guinéens  ne sont pas courageux, les guinéens sont voleurs, ils sont  paresseux… j’en passe. Et cela n’est pas admissible, une fois ça va, pas tout le temps.

Une telle attitude n’est pas le rôle d’un homme responsable à plus forte raison un chef d’Etat.

Le président Alpha Condé  doit savoir que ces soi-disant tares des guinéens sont simplement les conséquences désastreuses de la Mal-gouvernance dont il est aujourd’hui aussi comptable au même titre que ses prédécesseurs. En effet il a été élu, dans le but de changer la donne, ce qui n’est pas du tout le cas, c’est plutôt le contraire !

Je résume les vérités du président :

« Le PDG est venu au lieu de laver le bébé et jeter l’eau sale, on a jeté le bébé avec l’eau sale. Voilà une première vérité. Le PDG a fait le camp Boiro, il y a eu des arrestations, il y a eu de la dictature, mais aussi il a laissé plus de cent usines.

Nous n’avons pas créé la monnaie guinéenne parce que nous l’avons voulu   Quand les francs partaient à Dakar, ils ne revenaient plus. Nous nous sommes retrouvés sans liquidité. C’est ce qui a amené la création de la monnaie guinéenne. Donc, si jamais nous devons faire une conférence nationale, la première personne qui sera condamnée, c’est le colonisateur français.

Lorsque j’ai été élu  en 2010 j’ai dit que j’ai hérité d’un pays  mais pas d’un Etat parce que c’était de l’anarchie totale, où on attrapait un voleur au lieu de l’amener au commissariat, on le tuait.

Nous avons hérité d’un système sanitaire obsolète, alors que pendant la période coloniale on soignait les gens gratuitement

 J’ai le malheur de ne pas connaître les cadres Guinéens… Sinon la moitié des membres du gouvernement n’aurait pas été membres du Gouvernement… Les juges sont les premiers fossoyeurs de l’économie guinéenne… Chaque ministre qui vient, crée son université pour fabriquer des chômeurs !

Il est sorti plus d’argent en deux ans (2008-2010) que pendant les cinquante ans  Il n’y avait pas d’argent les caisses étaient vides.

Moi, je n’ai pas géré la Guinée. Je ne suis pas responsable des usines bazardées. La Guinée a été le premier pays noir d’Afrique à avoir des commandants de bord. Aujourd’hui, est-ce que nous avons un avion »

Le président Alpha Condé semble découvrir en 2015 après près de  5 ans au pouvoir que :

Les syndicats mentent aux travailleurs, que la moitié de ses ministres ne méritent pas  d’être au gouvernement, que les universités créées par les ministres ne sont que des usines à fabriquer des chômeurs… Vu cet état désastreux du pays, je me pose ces quelques questions simples :

Si le président Alpha Condé  avait autant de vertu : courage, véracité, droiture ...

Pourquoi il a recyclé tous les ministres prédateurs connus ?

Pourquoi tous les anciens ministres sont conseillers à la présidence ?

Pourquoi n’a-t-il pas fait un état crédible des lieux au début de son mandat ?

Monsieur le président, il ne faut pas confondre le pouvoir et l’autorité, bien qu’il n’y ait pas de muraille infranchissable entre les deux !

Un chef peut avoir le pouvoir sans l’autorité.

C’est l’autorité qui confère  la légitimité au pouvoir. Détenir le pouvoir ne confère pas toujours de l’autorité qui   demande  de la compétence de celui qui la détient.

La meilleure situation pour un chef est d’avoir le pouvoir et l’autorité pour cela,  son pouvoir doit se fonder  sur : la justice, la bienfaisance et le consensus.

C’est en ce moment que le pouvoir bénéficie de la confiance des administrés. Comme l’écrit le Pr Alfa Ibrahima .Sow( Paix à son âme) :

Dans l’Afrique traditionnelle :

« Lorsque le souverain politique était couronné le doyen du corps social lui déclarait :

Le pays sur ta tête, est une charge de lait frais.

Une charge de lait frais est difficile à porter sur la tête.

Si l’on trébuche le lait se répand !

Ayant sur la tête un pays tout entier, le souverain doit éviter l’irresponsabilité qui pourrait nuire à la sécurité des populations sans défense. »

Monsieur le président le Peuple-Martyr de Guinée, et je dis bien tout le peuple guinéen: aussi bien les syndicats, les cadres, les ministres, vos ministres, les travailleurs, les paysans, les jeunes, les femmes mérite plus d’égard et de considération parce vous êtes président par eux et pour eux ! 

Vive la Paix

Vive la Guinée.

Dr.B. Diakité

2015-05-04 21:41:25 Bangaly Traore

2015-05-04 21:38:26

C’est en tant que citoyen guinéen humilié et révolté que j’écris cette réflexion pour manifester ma totale désapprobation du discours du 1er Mai 2015 du président Alpha Condé à la suite de son intervention faisant à sa manière l’état des lieux de la Guinée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le président Alpha a égrené tous les malheurs du Peuple-Martyr de Guinée depuis 1958 en donnant à la RTG donc à la face du monde ses vérités à travers des affirmations telles :

« Les guinéens n’ont pas le courage de dire la vérité, les guinéens aiment la démagogie, les cadres guinéens sont paresseux… »

J’estime  qu’une personne qui a l’insigne honneur et le grand privilège de diriger la destinée d’un pays, la moindre des choses c’est de respecter ce pays et ses habitants, car :

« Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles. »

Il se trouve malheureusement que le président Alpha Condé aime traiter les guinéens de tous les noms d’oiseaux. Les guinéens  ne sont pas courageux, les guinéens sont voleurs, ils sont  paresseux… j’en passe. Et cela n’est pas admissible, une fois ça va, pas tout le temps.

Une telle attitude n’est pas le rôle d’un homme responsable à plus forte raison un chef d’Etat.

Le président Alpha Condé  doit savoir que ces soi-disant tares des guinéens sont simplement les conséquences désastreuses de la Mal-gouvernance dont il est aujourd’hui aussi comptable au même titre que ses prédécesseurs. En effet il a été élu, dans le but de changer la donne, ce qui n’est pas du tout le cas, c’est plutôt le contraire !

Je résume les vérités du président :

« Le PDG est venu au lieu de laver le bébé et jeter l’eau sale, on a jeté le bébé avec l’eau sale. Voilà une première vérité. Le PDG a fait le camp Boiro, il y a eu des arrestations, il y a eu de la dictature, mais aussi il a laissé plus de cent usines.

Nous n’avons pas créé la monnaie guinéenne parce que nous l’avons voulu   Quand les francs partaient à Dakar, ils ne revenaient plus. Nous nous sommes retrouvés sans liquidité. C’est ce qui a amené la création de la monnaie guinéenne. Donc, si jamais nous devons faire une conférence nationale, la première personne qui sera condamnée, c’est le colonisateur français.

Lorsque j’ai été élu  en 2010 j’ai dit que j’ai hérité d’un pays  mais pas d’un Etat parce que c’était de l’anarchie totale, où on attrapait un voleur au lieu de l’amener au commissariat, on le tuait.

Nous avons hérité d’un système sanitaire obsolète, alors que pendant la période coloniale on soignait les gens gratuitement

 J’ai le malheur de ne pas connaître les cadres Guinéens… Sinon la moitié des membres du gouvernement n’aurait pas été membres du Gouvernement… Les juges sont les premiers fossoyeurs de l’économie guinéenne… Chaque ministre qui vient, crée son université pour fabriquer des chômeurs !

Il est sorti plus d’argent en deux ans (2008-2010) que pendant les cinquante ans  Il n’y avait pas d’argent les caisses étaient vides.

Moi, je n’ai pas géré la Guinée. Je ne suis pas responsable des usines bazardées. La Guinée a été le premier pays noir d’Afrique à avoir des commandants de bord. Aujourd’hui, est-ce que nous avons un avion »

Le président Alpha Condé semble découvrir en 2015 après près de  5 ans au pouvoir que :

Les syndicats mentent aux travailleurs, que la moitié de ses ministres ne méritent pas  d’être au gouvernement, que les universités créées par les ministres ne sont que des usines à fabriquer des chômeurs… Vu cet état désastreux du pays, je me pose ces quelques questions simples :

Si le président Alpha Condé  avait autant de vertu : courage, véracité, droiture ...

Pourquoi il a recyclé tous les ministres prédateurs connus ?

Pourquoi tous les anciens ministres sont conseillers à la présidence ?

Pourquoi n’a-t-il pas fait un état crédible des lieux au début de son mandat ?

Monsieur le président, il ne faut pas confondre le pouvoir et l’autorité, bien qu’il n’y ait pas de muraille infranchissable entre les deux !

Un chef peut avoir le pouvoir sans l’autorité.

C’est l’autorité qui confère  la légitimité au pouvoir. Détenir le pouvoir ne confère pas toujours de l’autorité qui   demande  de la compétence de celui qui la détient.

La meilleure situation pour un chef est d’avoir le pouvoir et l’autorité pour cela,  son pouvoir doit se fonder  sur : la justice, la bienfaisance et le consensus.

C’est en ce moment que le pouvoir bénéficie de la confiance des administrés. Comme l’écrit le Pr Alfa Ibrahima .Sow( Paix à son âme) :

Dans l’Afrique traditionnelle :

« Lorsque le souverain politique était couronné le doyen du corps social lui déclarait :

Le pays sur ta tête, est une charge de lait frais.

Une charge de lait frais est difficile à porter sur la tête.

Si l’on trébuche le lait se répand !

Ayant sur la tête un pays tout entier, le souverain doit éviter l’irresponsabilité qui pourrait nuire à la sécurité des populations sans défense. »

Monsieur le président le Peuple-Martyr de Guinée, et je dis bien tout le peuple guinéen: aussi bien les syndicats, les cadres, les ministres, vos ministres, les travailleurs, les paysans, les jeunes, les femmes mérite plus d’égard et de considération parce vous êtes président par eux et pour eux ! 

Vive la Paix

Vive la Guinée.

Dr.B. Diakité

2015-05-04 21:41:25 Bangoura

2015-05-04 21:38:26

C’est en tant que citoyen guinéen humilié et révolté que j’écris cette réflexion pour manifester ma totale désapprobation du discours du 1er Mai 2015 du président Alpha Condé à la suite de son intervention faisant à sa manière l’état des lieux de la Guinée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le président Alpha a égrené tous les malheurs du Peuple-Martyr de Guinée depuis 1958 en donnant à la RTG donc à la face du monde ses vérités à travers des affirmations telles :

« Les guinéens n’ont pas le courage de dire la vérité, les guinéens aiment la démagogie, les cadres guinéens sont paresseux… »

J’estime  qu’une personne qui a l’insigne honneur et le grand privilège de diriger la destinée d’un pays, la moindre des choses c’est de respecter ce pays et ses habitants, car :

« Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles. »

Il se trouve malheureusement que le président Alpha Condé aime traiter les guinéens de tous les noms d’oiseaux. Les guinéens  ne sont pas courageux, les guinéens sont voleurs, ils sont  paresseux… j’en passe. Et cela n’est pas admissible, une fois ça va, pas tout le temps.

Une telle attitude n’est pas le rôle d’un homme responsable à plus forte raison un chef d’Etat.

Le président Alpha Condé  doit savoir que ces soi-disant tares des guinéens sont simplement les conséquences désastreuses de la Mal-gouvernance dont il est aujourd’hui aussi comptable au même titre que ses prédécesseurs. En effet il a été élu, dans le but de changer la donne, ce qui n’est pas du tout le cas, c’est plutôt le contraire !

Je résume les vérités du président :

« Le PDG est venu au lieu de laver le bébé et jeter l’eau sale, on a jeté le bébé avec l’eau sale. Voilà une première vérité. Le PDG a fait le camp Boiro, il y a eu des arrestations, il y a eu de la dictature, mais aussi il a laissé plus de cent usines.

Nous n’avons pas créé la monnaie guinéenne parce que nous l’avons voulu   Quand les francs partaient à Dakar, ils ne revenaient plus. Nous nous sommes retrouvés sans liquidité. C’est ce qui a amené la création de la monnaie guinéenne. Donc, si jamais nous devons faire une conférence nationale, la première personne qui sera condamnée, c’est le colonisateur français.

Lorsque j’ai été élu  en 2010 j’ai dit que j’ai hérité d’un pays  mais pas d’un Etat parce que c’était de l’anarchie totale, où on attrapait un voleur au lieu de l’amener au commissariat, on le tuait.

Nous avons hérité d’un système sanitaire obsolète, alors que pendant la période coloniale on soignait les gens gratuitement

 J’ai le malheur de ne pas connaître les cadres Guinéens… Sinon la moitié des membres du gouvernement n’aurait pas été membres du Gouvernement… Les juges sont les premiers fossoyeurs de l’économie guinéenne… Chaque ministre qui vient, crée son université pour fabriquer des chômeurs !

Il est sorti plus d’argent en deux ans (2008-2010) que pendant les cinquante ans  Il n’y avait pas d’argent les caisses étaient vides.

Moi, je n’ai pas géré la Guinée. Je ne suis pas responsable des usines bazardées. La Guinée a été le premier pays noir d’Afrique à avoir des commandants de bord. Aujourd’hui, est-ce que nous avons un avion »

Le président Alpha Condé semble découvrir en 2015 après près de  5 ans au pouvoir que :

Les syndicats mentent aux travailleurs, que la moitié de ses ministres ne méritent pas  d’être au gouvernement, que les universités créées par les ministres ne sont que des usines à fabriquer des chômeurs… Vu cet état désastreux du pays, je me pose ces quelques questions simples :

Si le président Alpha Condé  avait autant de vertu : courage, véracité, droiture ...

Pourquoi il a recyclé tous les ministres prédateurs connus ?

Pourquoi tous les anciens ministres sont conseillers à la présidence ?

Pourquoi n’a-t-il pas fait un état crédible des lieux au début de son mandat ?

Monsieur le président, il ne faut pas confondre le pouvoir et l’autorité, bien qu’il n’y ait pas de muraille infranchissable entre les deux !

Un chef peut avoir le pouvoir sans l’autorité.

C’est l’autorité qui confère  la légitimité au pouvoir. Détenir le pouvoir ne confère pas toujours de l’autorité qui   demande  de la compétence de celui qui la détient.

La meilleure situation pour un chef est d’avoir le pouvoir et l’autorité pour cela,  son pouvoir doit se fonder  sur : la justice, la bienfaisance et le consensus.

C’est en ce moment que le pouvoir bénéficie de la confiance des administrés. Comme l’écrit le Pr Alfa Ibrahima .Sow( Paix à son âme) :

Dans l’Afrique traditionnelle :

« Lorsque le souverain politique était couronné le doyen du corps social lui déclarait :

Le pays sur ta tête, est une charge de lait frais.

Une charge de lait frais est difficile à porter sur la tête.

Si l’on trébuche le lait se répand !

Ayant sur la tête un pays tout entier, le souverain doit éviter l’irresponsabilité qui pourrait nuire à la sécurité des populations sans défense. »

Monsieur le président le Peuple-Martyr de Guinée, et je dis bien tout le peuple guinéen: aussi bien les syndicats, les cadres, les ministres, vos ministres, les travailleurs, les paysans, les jeunes, les femmes mérite plus d’égard et de considération parce vous êtes président par eux et pour eux ! 

Vive la Paix

Vive la Guinée.

Dr.B. Diakité

2015-05-04 21:41:25 boubacar

2015-05-04 21:38:26

C’est en tant que citoyen guinéen humilié et révolté que j’écris cette réflexion pour manifester ma totale désapprobation du discours du 1er Mai 2015 du président Alpha Condé à la suite de son intervention faisant à sa manière l’état des lieux de la Guinée depuis l’accession de notre pays à l’indépendance.

Le président Alpha a égrené tous les malheurs du Peuple-Martyr de Guinée depuis 1958 en donnant à la RTG donc à la face du monde ses vérités à travers des affirmations telles :

« Les guinéens n’ont pas le courage de dire la vérité, les guinéens aiment la démagogie, les cadres guinéens sont paresseux… »

J’estime  qu’une personne qui a l’insigne honneur et le grand privilège de diriger la destinée d’un pays, la moindre des choses c’est de respecter ce pays et ses habitants, car :

« Le respect mutuel constitue l'un des fondements de la paix sociale et des relations interpersonnelles. »

Il se trouve malheureusement que le président Alpha Condé aime traiter les guinéens de tous les noms d’oiseaux. Les guinéens  ne sont pas courageux, les guinéens sont voleurs, ils sont  paresseux… j’en passe. Et cela n’est pas admissible, une fois ça va, pas tout le temps.

Une telle attitude n’est pas le rôle d’un homme responsable à plus forte raison un chef d’Etat.

Le président Alpha Condé  doit savoir que ces soi-disant tares des guinéens sont simplement les conséquences désastreuses de la Mal-gouvernance dont il est aujourd’hui aussi comptable au même titre que ses prédécesseurs. En effet il a été élu, dans le but de changer la donne, ce qui n’est pas du tout le cas, c’est plutôt le contraire !

Je résume les vérités du président :

« Le PDG est venu au lieu de laver le bébé et jeter l’eau sale, on a jeté le bébé avec l’eau sale. Voilà une première vérité. Le PDG a fait le camp Boiro, il y a eu des arrestations, il y a eu de la dictature, mais aussi il a laissé plus de cent usines.

Nous n’avons pas créé la monnaie guinéenne parce que nous l’avons voulu   Quand les francs partaient à Dakar, ils ne revenaient plus. Nous nous sommes retrouvés sans liquidité. C’est ce qui a amené la création de la monnaie guinéenne. Donc, si jamais nous devons faire une conférence nationale, la première personne qui sera condamnée, c’est le colonisateur français.

Lorsque j’ai été élu  en 2010 j’ai dit que j’ai hérité d’un pays  mais pas d’un Etat parce que c’était de l’anarchie totale, où on attrapait un voleur au lieu de l’amener au commissariat, on le tuait.

Nous avons hérité d’un système sanitaire obsolète, alors que pendant la période coloniale on soignait les gens gratuitement

 J’ai le malheur de ne pas connaître les cadres Guinéens… Sinon la moitié des membres du gouvernement n’aurait pas été membres du Gouvernement… Les juges sont les premiers fossoyeurs de l’économie guinéenne… Chaque ministre qui vient, crée son université pour fabriquer des chômeurs !

Il est sorti plus d’argent en deux ans (2008-2010) que pendant les cinquante ans  Il n’y avait pas d’argent les caisses étaient vides.

Moi, je n’ai pas géré la Guinée. Je ne suis pas responsable des usines bazardées. La Guinée a été le premier pays noir d’Afrique à avoir des commandants de bord. Aujourd’hui, est-ce que nous avons un avion »

Le président Alpha Condé semble découvrir en 2015 après près de  5 ans au pouvoir que :

Les syndicats mentent aux travailleurs, que la moitié de ses ministres ne méritent pas  d’être au gouvernement, que les universités créées par les ministres ne sont que des usines à fabriquer des chômeurs… Vu cet état désastreux du pays, je me pose ces quelques questions simples :

Si le président Alpha Condé  avait autant de vertu : courage, véracité, droiture ...

Pourquoi il a recyclé tous les ministres prédateurs connus ?

Pourquoi tous les anciens ministres sont conseillers à la présidence ?

Pourquoi n’a-t-il pas fait un état crédible des lieux au début de son mandat ?

Monsieur le président, il ne faut pas confondre le pouvoir et l’autorité, bien qu’il n’y ait pas de muraille infranchissable entre les deux !

Un chef peut avoir le pouvoir sans l’autorité.

C’est l’autorité qui confère  la légitimité au pouvoir. Détenir le pouvoir ne confère pas toujours de l’autorité qui   demande  de la compétence de celui qui la détient.

La meilleure situation pour un chef est d’avoir le pouvoir et l’autorité pour cela,  son pouvoir doit se fonder  sur : la justice, la bienfaisance et le consensus.

C’est en ce moment que le pouvoir bénéficie de la confiance des administrés. Comme l’écrit le Pr Alfa Ibrahima .Sow( Paix à son âme) :

Dans l’Afrique traditionnelle :

« Lorsque le souverain politique était couronné le doyen du corps social lui déclarait :

Le pays sur ta tête, est une charge de lait frais.

Une charge de lait frais est difficile à porter sur la tête.

Si l’on trébuche le lait se répand !

Ayant sur la tête un pays tout entier, le souverain doit éviter l’irresponsabilité qui pourrait nuire à la sécurité des populations sans défense. »

Monsieur le président le Peuple-Martyr de Guinée, et je dis bien tout le peuple guinéen: aussi bien les syndicats, les cadres, les ministres, vos ministres, les travailleurs, les paysans, les jeunes, les femmes mérite plus d’égard et de considération parce vous êtes président par eux et pour eux ! 

Vive la Paix

Vive la Guinée.

Dr.B. Diakité

2015-05-04 21:41:25 Mamadou L Barry
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.