chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Annulation de la date des communales en Guinée : un problème déplacé et non résolu

Date de publication:2015-06-22 12:13:45

2015-06-22 12:11:25 

Dans une page du journal  burkinabé "Le Pays", on peut lire des passages suivants :

« Longtemps victime de l’incurie de ses dirigeants, le peuple guinéen aspire au bien-être social. Et il ne saurait être l’otage d’une élite politique en mal d’inspiration, tant elle est incapable de dépasser ses ego surdimensionnés ».

« Le pouvoir ne dit pas clairement si les communales se dérouleront avant la présidentielle. … On ne peut pas négocier avec un couteau derrière le dos et vouloir que l’adversaire se montre réceptif. Quand on va à des négociations, c’est pour trouver un compromis, et qui dit compromis, sous-entend des concessions de la part des différentes parties prenantes. C’est ce que l’on attend de l’opposition et du pouvoir guinéens qui, en principe, doivent se retrouver cet après-midi pour arrêter de façon consensuelle une date pour les communales. Car, faut-il le rappeler, l’opposition est dans son bon droit de demander que les communales soient antéposées à la présidentielle, et cela pour deux raisons essentielles. La première, c’est que cela a déjà fait l’objet d’un accord en 2013. Le président Alpha Condé avait pris l’engagement d’organiser les communales avant la présidentielle pour plus de crédibilité du scrutin, avant de faire marche arrière. … La seconde raison qui découle de la précédente, c’est que depuis l’avènement du président Condé au pouvoir, jamais la Guinée n’a connu d’élections communales. A la place des élus locaux, ont été nommés des préfets-maires qui, à en croire l’opposition, ne sont rien moins que les suppôts du régime en place. Ce qui n’est pas faux quand on sait qu’en Afrique, il n’existe pas de devoir d’ingratitude envers celui qui vous a promu à un poste de responsabilité. Alors que faire ? Il revient au président Condé de respecter ses engagements en accédant à la requête de l’opposition qui mène là un combat juste. … » (Lire l’article).

En remerciant nos confrères burkinabés, nous pensons que c’est à l’opposition qu’il faut lancer un appel et la conseiller de se montrer ferme cette fois-ci comme l’a fait l’opposition burkinabé face au dictateur Balise Compaoré. Alpha Condé est un tricheur et un dirigeant de mauvaise foi qui est prêt à marcher sur des milliers de cadavres pour se maintenir au pouvoir.

 

GUINEEPRESSE.INFO


Commentaires


2015-06-22 12:11:25 

Dans une page du journal  burkinabé "Le Pays", on peut lire des passages suivants :

« Longtemps victime de l’incurie de ses dirigeants, le peuple guinéen aspire au bien-être social. Et il ne saurait être l’otage d’une élite politique en mal d’inspiration, tant elle est incapable de dépasser ses ego surdimensionnés ».

« Le pouvoir ne dit pas clairement si les communales se dérouleront avant la présidentielle. … On ne peut pas négocier avec un couteau derrière le dos et vouloir que l’adversaire se montre réceptif. Quand on va à des négociations, c’est pour trouver un compromis, et qui dit compromis, sous-entend des concessions de la part des différentes parties prenantes. C’est ce que l’on attend de l’opposition et du pouvoir guinéens qui, en principe, doivent se retrouver cet après-midi pour arrêter de façon consensuelle une date pour les communales. Car, faut-il le rappeler, l’opposition est dans son bon droit de demander que les communales soient antéposées à la présidentielle, et cela pour deux raisons essentielles. La première, c’est que cela a déjà fait l’objet d’un accord en 2013. Le président Alpha Condé avait pris l’engagement d’organiser les communales avant la présidentielle pour plus de crédibilité du scrutin, avant de faire marche arrière. … La seconde raison qui découle de la précédente, c’est que depuis l’avènement du président Condé au pouvoir, jamais la Guinée n’a connu d’élections communales. A la place des élus locaux, ont été nommés des préfets-maires qui, à en croire l’opposition, ne sont rien moins que les suppôts du régime en place. Ce qui n’est pas faux quand on sait qu’en Afrique, il n’existe pas de devoir d’ingratitude envers celui qui vous a promu à un poste de responsabilité. Alors que faire ? Il revient au président Condé de respecter ses engagements en accédant à la requête de l’opposition qui mène là un combat juste. … » (Lire l’article).

En remerciant nos confrères burkinabés, nous pensons que c’est à l’opposition qu’il faut lancer un appel et la conseiller de se montrer ferme cette fois-ci comme l’a fait l’opposition burkinabé face au dictateur Balise Compaoré. Alpha Condé est un tricheur et un dirigeant de mauvaise foi qui est prêt à marcher sur des milliers de cadavres pour se maintenir au pouvoir.

 

GUINEEPRESSE.INFO

2015-06-22 12:13:45 boubacar
Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.