chers lecteurs de guineepresse.info, votre site est en pleine mue pour mieux vous servir en alliant confort de lecture, sécurité et intégration des dernières technologies en la matière. Il est de nouveau en ligne, mais ceci n'est encore qu'un désigne provisoire. Vous le verrez très bientôt dans son nouveau costume définitif. Merci encore de votre patience.

Vous êtes aux archives de guineepresse.info

 

Affaire Sankara : une demande d’extradition de Blaise Compaoré va être transmise à la Côte d’Ivoire

Date de publication:2015-12-24 18:09:57

2015-12-24 18:06:56

De JA :

La justice militaire burkinabè a annoncé mercredi qu'une demande d'extradition de Blaise Compaoré sera "incessamment" transmise à la Côte d'Ivoire. L'ancien président déchu est sous le coup d'un mandat d'arrêt international dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Thomas Sankara.

L’étau se resserre autour de Blaise Compaoré. Après le mandat d’arrêt international émis début décembre contre l’ancien président burkinabè, la justice militaire de son pays a annoncé, le 23 décembre, que Burkina va transmettre « incessamment » à la Côte d’Ivoire la demande de son extradition pour son implication présumée dans la mort de l’ancien chef d’État Thomas Sankara.

Le dossier d’extradition contre Blaise Compaoré, exilé en Côte d’Ivoire depuis sa chute en 2014, « est en train d’être monté », a affirmé mercredi à la presse le colonel Sita Sangaré.

Le directeur de la justice militaire du Burkina Faso a rappelé également que le mandat d’arrêt, émis le 4 décembre, « a été notifié à Interpol [conformément aux usages] et a été transmis également par le canal diplomatique via notre ministère des Affaires étrangères ».

Abidjan peut refuser d’extrader Compaoré

Mais cette extradition « peut éventuellement être refusée », a averti le colonel Sangaré.

« Parmi les causes qui peuvent entraîner le refus d’extradition, il y a par exemple la peine de mort », requise par le code pénal burkinabè pour la complicité d’assassinat, a souligné de son côté le lieutenant-colonel Norbert Koudougou, commissaire du gouvernement. Abidjan pourrait prendre ce prétexte pour refuser l’extradition de celui qui a été accueilli sur son sol par le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara.

Source :          jeuneafrique.com

 


 

Commentaire d’un sage guinéen :

« Tout se paye dans la vie!! Le temps est un autre nom de Dieu, ce qui lui permet de régler toujours les comptes »

Que Blaise Compaoré soit extradé ou pas par la Côte d’Ivoire, il termine sa vie dans le regret, dans le déshonneur et dans la peur, à cause de ses crimes du passé ! S’il avait respecté sa parole et conduit le Burkina dans une véritable réconciliation et démocratie, on aurait oublié ses crimes et il serait l’autre Mandela de l’Afrique. Dans peu de temps, il s’agira d’Alpha Condé comme soit un criminel lynché par la foule comme un vulgaire bandit de Kouroussa, soit un criminel recherché par mandat d’arrêt international, soit un héros national fêté en Mandela en Guinée (
Lire).


Commentaires


Retour: http://guineepresse.info/index.php/archives

Imprimer   E-mail

Publish modules to the "offcanvs" position.